Haïti: 3 nouveaux centres d’accueil pour les personnes victimes de violence à Croix-des-bouquets

Vendredi, 08 Juin 2012 08:17 DJ/HPN Societe & Culture - Societe
Imprimer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

L’Oxfam et ses partenaires ont inauguré mercredi dernier à Croix-des-Bouquets trois centres d’accueil pour lutter contre la violence basée sur le genre, des centres qui vont constituer un pont entre la population et les différentes institutions du système national de référencement des personnes victimes de violences sexo-spécifiques, a constaté Haïti Press Network.

« 8 femmes sur 10 en Haïti sont victimes ou sont exposées à la violence basée sur le genre, c’est un problème systémique dans le pays et constitue un obstacle majeur au développement », explique Mme Marie Soudnie Rivette, conseillère en genre à Oxfam.

ACSIS, situé à Krajadel; MOFRE à Santo 19 ; et FRADES à Duval 35, sont les 3 centres d’accueil dans la Commune de Croix-des-Bouquets.

Ces centres vont accueillir les victimes mais  aussi toutes personnes qui veulent recevoir de l’information au sujet de la violence liée au genre. Ces victimes seront conseillées par rapport à leurs droits et l’importance de l’accompagnement avant d’être référencées auprès des centres de santé.

Mme Evelyne Bien-Aimé, coordonnatrice du bureau départemental de l’Ouest du ministère à la condition féminine et aux droits des femmes, a salué l’initiative et encourage cette idée. Elle affirme que cela est un grand pas dans la lutte contre la violence surtout sur les femmes et le ministère va accompagner ces organisations dans cette lutte contre la violence basée sur le genre.

La commission de crime sexuel de la police national à travers l’agent Joseph Serania a aussi salué cette initiative et demande aux autorités concerné de garantir aux victimes d’agression des suivies nécessaires pour trouver justice.

A cette  occasion l’assistance a profité pour dénoncer le juge de la ville des Croix-des-bouquets qui n’accepte pas les certificats de santé fournis aux victimes d’agression par le centre de santé de la ville. Selon eux, le juge dit que ces certificats ne sont pas valides.


Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.