• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-Choix PM-Quota : « Fanm yo la » plaide pour le respect de l’article 17 de la Constitution

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 4
MauvaisTrès bien 

Le Collectif féminin pour la participation politique des femmes « Fanm yo la », plaide pour le respect du quota de 30 % des femmes dans la liste de personnalités pressenties au poste de chef du gouvernement. Selon la Directrice exécutive de l’organisme féminin, l’article 17 de la Constitution amendée, évoquant le quota de 30 % de têtes féminines dans les sphères de décision politique du pays, doit être respecté tel que le prescrit la Loi mère.

 

 

Dans un entretien téléphonique exclusif accordé, ce mercredi 17 décembre, à HPN, la Directrice exécutive de « Fanm yo la », Mme Lisa François, qui réagissait sur la situation socio-politique actuelle du pays, a déploré du fait qu’il n’y ait pas au moins quatre noms de femme figurés dans la liste des 12 personnalités pressenties au poste de Premier ministre.

Mme François qui souligne en passant les préoccupations de « Fanm yo la » par rapport à la situation socio-politique difficile du pays, s’est référée à la Constitution qui stipule en son l’article 17, le quota de 30 % de femmes dans les espaces de décision politique.

« Il existe plein de femmes compétentes, honnêtes, scrupuleuses et crédibles en Haïti qui soient en mesure d’occuper ce poste. Elles sont là. Prêtes à mettre leur savoir et leur savoir-faire au service du pays. Il faut les chercher. Il faut les appeler », soutient Lisa François.

Toutefois, elle a applaudi les deux noms féminins cités dans la liste, à savoir : Edmonde Supplice Beauzile, ex-sénatrice de la République et présidente du parti politique Fusion des socio-démocrates et Anne Valérie Timothée Milfort, actuelle directrice de cabinet du président Michel joseph Martelly.

« N’importe laquelle serait la bienvenue comme étant chef de gouvernement », a lâché Lisa François, avant d’indiquer que ces deux femmes disposent à son sens, les compétences et les expériences politiques nécessaires pour diriger le nouveau gouvernement.

D’après la militante féministe, les femmes peuvent penser et décider aussi bien que les hommes. Les postes traditionnellement réservés aux hommes, doivent être ouverts aujourd’hui aux femmes  », a-t-elle plaidé.

Par ailleurs, Mme François dit croire que le combat pour équilibrer la représentativité homme-femme dans la société, notamment au niveau politique, est l’affaire de tous et de toutes. Car, estime-t-elle, l’apport des 52 % de femmes à la société haïtienne, surtout en ce qui concerne la prise en charge familiale et le développement économique, n’est pas mesurable.

Rappelons que le Collectif féminin pour la participation politique des femmes (Fanm yo la), à l’instar de tous les autres organismes féminins en Haïti, se fixe comme objectif d’atteindre la parité homme/femme dans toutes les sphères de pouvoir politique de la République.

Texte et photo : Alix Laroche

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 280 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter