• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-Culture : BIC, la voix, le verbe et... la volupté !

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 15
MauvaisTrès bien 

En concert à l’Institut français d’Haïti, le jeudi 4 octobre, dans le cadre de la vente signature de son 5e album, « Kreyòl chante, Kreyòl konprann » vol II, sous-titré : Nou byen mal, BIC, de son vrai nom Roosevelt Saillant, a, une fois de plus, reconfirmé son talent et transcendé du même coup, un public enthousiaste qui n’arrêtait pas de l’ovationner, a constaté un reporter de Haiti Press Network.



Il faut dire en effet que ces trois « V » placés en levée de rideau de ce papier, caractérisent fort bien le « moi » de Roosevelt Saillant. Ils résument en peu de mots, ce qu’est le « BIC Tizon dife ». Le musicien, le talent, l’artiste, le créateur !

Grand ambassadeur de la culture haïtienne, génie des temps modernes, il semblerait pour BIC, que la créativité est cette capacité innée d’innover. Et, celle-ci est motivée tant par la connaissance (l’intellect), l’expérience (pratique, technique) que par l’intuition (esprit immatériel). Quant à l’originalité, elle est la capacité d’étonner de par sa façon d’être et de faire pour se différencier par rapport à du déjà vu et entendu.

La voix de BIC, comble sans conteste, le déficit de voix masculines enregistré dans la musique haïtienne depuis un certain temps. Ce n’est certaine pas une voix réduite au rang de chanteurs de circonstance ou des fêtes de famille. C’est cette voix qui fleurit l’espace d’un matin, d’un après-midi, d’un soir, bref : tous les instants de la vie quotidienne.

À l’Institut français d’Haïti le jeudi 4 octobre dernier, ce fut en effet une nouvelle occasion pour BIC de prouver au grand public, que la voix auditionnée à la radio est également celle qu’on peut en jouir de façon live. Ce ne sont nullement les effets de résonance du matériel de studio qui l’enjolivent et la rendent vendable.    

Par son expression vive, son phrasé élaboré, riche, sa tenue de gentleman, la présence de ses amis musiciens et chanteurs comme Jean-Jean Roosevelt, Wanito, Rutshelle et autres, l’exécution en complicité avec Jean-Jean d’une scène de danse, la performance des musiciens qui l’accompagnaient, BIC a su offrir un spectacle époustouflant pour le bonheur des spectateurs, composés particulièrement de jeunes.

Magistralement accompagné par des musiciens talentueux et chevronnés, BIC a dû interpréter des chansons anciennes de son répertoire et aussi de son nouvel album solo. L’on retient : « Pòtopwens », « Anndan m », « Mèsi ti cheri doudou », interprétée en duo avec la belle Rutshelle, « Alèkile », « Nou byen mal » pour ne citer que celles-là.

Ainsi la conquête a eu lieu ! Ovation debout ! Jovial, enjoué, BIC laissait entrevoir une magnifique expression sur scène, sachant jouer de son corps et de son registre vocal avec modération, intelligence et agrément. Quant à ses tubes, n’en parlons pas !

Outre sa qualité vocale, ses messages bien travaillés à l’instar de n’importe quelle distinguée œuvre d’art ont convaincu le public avec, bien sûr, l’accent d’un aspect humoristique qui frise la bouffonnerie.


« Kreyòl chante, Kreyòl konprann vol II, sous-titré : Nou byen mal », est un disque à se procurer si l’on souhaite enrichir sa discothèque.


Texte et photo : Alix Laroche
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

 

HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 296 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter