Haïti-Insécurité : Pétion-Ville lance un SOS à la police

Securite
Typographie

Des rafales d\'armes automatiques retentissent presque chaque jour dans la commune de Pétion-Ville. Incapable de vaquer normalement à ses activités, la population pétionvilloise lance quand même un vibrant appel à la police, afin de maitriser les groupes de bandits qui tentent de la prendre en otage dans cette commune, comme c\'est le cas dans de nombreux endroits de l’aire métropolitaine de Port-au-Prince, a constaté Haiti Press Network.

Après des journées de tension qu’a connues la commune de Pétion-Ville depuis le début de la semaine, ce vendredi 8 octobre encore, tôt dans la matinée, sans mobiles apparents, des tirs y ont été entendus, créant ainsi la panique chez riverains et passants qui devraient vaquer à leurs activités, y compris des élèves.

Suivant les informations obtenues par l’Agence, ces tirs qui pourrissent la vie ces derniers jours à Pétion-Ville, sont des forces de l’ordre et des bandits armés qui tentent d’assiéger la commune.  

Sur l’autoroute de Delmas, notamment au carrefour de Delmas 95, des barricades de pneus enflammées ont été dressées de très tôt dans la matinée. Les protestataires, a-t-on appris, réclamaient la libération d’un certain « Ti Grèg », un ancien policier devenu chef de bandes armées dans cette zone, arrêté hier jeudi par les forces de l’ordre. 

Par crainte d’être victimes, beaucoup de gens ont préféré de rester à la maison ce vendredi. Quant aux élèves qui devraient emprunter la zone de Delmas 95, nombreux sont obligés de rester chez eux. Tandis que, ont été obligés de rebrousser chemin, ceux qui tentaient de se rendre à l’école en vue de boucler la semaine de classe qui a déjà connu une journée de grève.

Alix Laroche

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.    

 

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .