La Première Église Baptiste de Port-au-Prince  condamne l’agression odieuse, ignoble, ténébreuse et mortelle contre son temple

Securite
Typographie

 

 « Nous, Pasteurs de La Première Eglise Baptiste de Port-au-Prince, sommes profondément attristés et choqués suite à l\'incident survenu au moment de notre premier culte du dimanche 26 septembre 2021 », lit-on dans une note de cette Église.

 

 Attristés, précisent les pasteurs, parce que cela a causé parmi nos fidèles un mort (le Diacre Sylner LAFAILLE, 60 ans), une séquestration contre rançon (Sœur Marie Marthe LAFAILLE, 59 ans), des blessés et des traumatismes. Choqués, soutiennent-t-ils, parce que des hommes sans foi ni loi ont souillé le Temple de Dieu et ont empêché l\'exercice de cultes autorisés à un groupe de citoyens, fait puni par l\'article 219 du Code Pénal Haïtien, ce qui constitue une entrave au libre exercice des cultes conformément à l\'article 220 du même Code.

 

« Nous interpellons donc l\'État Haïtien, en particulier le Ministère des Affaires Etrangères et des Cultes, l’Office de Protection des Citoyens (OPC), la Fédération Protestante d\'Haïti, les Organisations de Droits Humains, les forces vives de la nation et la Communauté Internationale, face aux violations flagrantes des droits consacrés par les Conventions, la Constitution et les Lois de la République », affirme la Première Eglise Baptiste de Port-au-Prince.

 

Par ailleurs, l’Eglise affirme condamner fermement cette agression odieuse, ignoble, honteuse, ténébreuse et mortelle contre notre Eglise et réclamons des Forces de Police la diligence indispensable pour parvenir à la libération de notre Sœur, Madame Marie Marthe Laurent LAFAILLE, à qui, il est réclamé un montant faramineux dont elle est très  loin de disposer.

 

 « Le peuple haïtien dans toutes ses composantes ne peut plus attendre de voir le pays sortir de la misère, de l’insécurité, de l’illégalité chronique et de l\'impunité. Il est impératif que nous retrouvions la sérénité nécessaire pour permettre aux Eglises haïtiennes spécialement et à la société en général de fonctionner en toute quiétude et à la nation de prendre son envol. Nous saisissons l\'occasion pour exprimer notre gratitude à toutes celles et tous ceux, d\'ici et d\'ailleurs, qui nous ont fait part de leur solidarité en cette circonstance douloureuse », conclut cette note.

 

GL

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .