“Résoudre le problème de sécurité doit passer par une politique publique , selon des spécialistes

Securite
Typographie
 
 
James Boyard et Yves Cadet, deux spécialistes en sécurité publique se sont prononcés sur le climat accablant de la criminalité en Haïti. Ces professionnels de la sécurité publique croient que la résolution du problème passe inexorablement par une politique en la matière. Faute de cette dernière, le climat d'insécurité, selon eux, ne fera qu'accroître.
 
Le professeur à l’Université d’État, James Boyard, croit que la véritable problématique de l’insécurité dans le pays n'existe que maintenant. “Maintenant que les acteurs de la société civile et étatique prennent à cœur la sécurité comme une problématique à part entière, elle devient un enjeu national et existe“, soutient Boyard.
 
L’implication de tous les acteurs, selon Boyard, dans la compréhension de l’élément de sécurité transforme celle-ci en un simple phénomène de société. La population était considérée depuis un laps de temps comme des spectateurs par rapport à l’insécurité. Ils ont été, la plupart du temps, en reste au phénomène. Mais aujourd’hui, souligne l’expert en sécurité, ils sont devenus la cible des bandits et s’alarment.
 
Dans son intervention comme co-panéliste à l’émission Top Haïti diffusée sur les ondes de la radio D’S 104.7 FM (sur Tunein Radio D’S et sur impartialnews.info), Yves Cadet, spécialiste en sécurité a expliqué que le pays ne fait que commencer à être gangstérisé. “Dépourvu de tout espace économique et financier, certains quartiers ne font que propulser le phénomène“, a déclaré  M.Cadet.
 
Les gangs vont  proliférer, selon Docteur Cadet, à cause de l’inexistence de l’État dans les quartiers populaires. Le Spécialiste et auteur de plusieurs ouvrages sur la criminalité et le banditisme défend le principe que la Police Nationale d’Haïti n’a pas pour mission d’extirper les gangs dans le pays.
 
Les intervenants de l’émission Top Haïti du samedi 27 avril 2019 répondant à la question en rapport au colmatage du phénomène de l’insécurité ont eu des positions divergentes sur le mode opératoire de la PNH. Yves Cadet soutient que, même dans le conjoncturel, les opérations menées par les forces de l’ordre n’ont pas leur place. À l’inverse, James Boyard, croit qu’il faut agir selon un mode opérationnel logique pour contrecarrer un par un les foyers de gangs en gestation dans divers coins et recoins du pays.
 
Le problème, selon eux, ne sera pas résolu en mettant des moyens supplémentaires à la disposition de la PNH. Les zones délabrées, selon Yves Cadet, sont des terrains fertiles à la criminalité et au banditisme. “Il faut mettre de l’ordre. Pas de sécurité dans le désordre“, avance Cadet  rappelant que la PNH ne pourra pas intervenir dans le désordre.
 
Pour combattre le banditisme, il faut tenir compte d’une trilogie : l’État, la Population et la Police Nationale d’Haïti (PNH) a fait savoir Yves Cadet.
 
 de son coté James boyard fait remarquer que “La police ne représente que 20% dans les interventions dans un plan global de sécurité“.
 
James Boyard, Coordonnateur du Centre de Recherche International en Sécurité (CRISE), dit constater que la démographie dans le pays et les problèmes liés à l’État civil constituent une entrave majeure à la mise en place d’un plan de sécurité.
 
Yves Cadet et James Boyard s’entendent sur le fait que la pérennisation des actions visant à sécuriser le pays sortira d’un Paquet ou l’État tâchera de mettre dans les zones difficiles des services sociaux de base.
 
Godson Lubrun
Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages