Madens Michel enlevé ce lundi à Carrefour est libéré quelques heures après son enlèvement a informé une source digne de foi. Des riverains ont occupé le quartier de Bizoton à proximité de la base Navale Amiral Killick à Carrefour pour exiger sa libération et dénoncer les actes d'enlèvement dont sont victimes les écoliers ces dernières semaines.

 

La circulation automobile était paralysée sur la route de Carrefour avec des barricades de pneus enflammés dressées notamment non loin de la marine haïtien. Aucune information n'a filtré sur les négociations ou non de la famille de l'enfant avec les ravisseurs suite à sa libération. L'enfant a été retrouvé quelques heures après son enlèvement dans le quartier sensible de Martissant.

 

Il a été enlevé alors que ses parents le conduisaient à l’école. La semaine dernière, des mouvements de protestation avaient également été organisés suite à plusieurs cas d’enlèvement enregistrés notamment à Carrefour.

 

C’est dans ce contexte que le ministère de l’éducation nationale a publié une note pour condamner les actes d’enlèvement touchant les écoles. Le MENFP plaide en faveur du renforcement de la sécurité autour des bâtiments scolaires.

 

DO/HPN

 

 

Tôt ce lundi matin, l'élève, accompagné de sa mère, a été kidnappé à proximité de l'institution scolaire Basile Moreau à Bizoton 53. Plusieurs parents pris de panique ont dû rebrousser chemin avec leurs enfants. La Population en colère a manifesté ce lundi matin dans la zone de Bizoton pour réclamer la libération de l'enfant.

 

Les riverains ont dressé des barricades sur l'axe de la grande route menant vers le grand Sud pour protester contre les actes de Kidnapping devenus fréquents et récurrents dans la Commune de Carrefour.  Environ deux semaines une écolière de 16 ans avait été enlevée à Diquini puis violée à plusieurs reprises.

 

Les hommes du gang de Grand Ravine dirigé par le nommé " Ti lapli" sont pointés du doigt dans plusieurs de ces cas d'enlèvements. Les soldats de ce gang puissant  éparpillés dans la commune de Carrefour opèrent à visage découvert. Plusieurs d'entre eux auraient des connections avec des policiers de plusieurs commissariats de la région métropolitaine particulièrement dans la Commune de Carrefour.

 

La situation devient révoltante et malgré les avis de recherches lancés contre ces chefs de gang, aucun d'entre eux n'a été arrêté. Aucune inquiétude pour ces hommes qui interviennent ouvertement dans certaines stations de Radio de la Capitale affichant fièrement leurs forfaits.

 

HPN

 

 

 

 

 

 

 

Nelson Jeune est le nom de ce chauffeur nouvellement enlevé mercredi soir au Portail Léogâne, la grande gare de la station Sud. Une nouvelle qui révolte le secteur des transporteurs qui devient la nouvelle cible des ravisseurs qui réclament 500 mille dollars pour la libération du chauffeur assurant le trajet Port au Prince/ Jacmel. 

 

La Direction de l'association des propriétaires et chauffeurs d'Haïti annoncent des mouvements de protestation contre cet enlèvement de trop qui révolte l'opinion publique et qui appauvrit les foyers qui sont obligés de verser de forte somme d'argent aux kidnappeurs en échange de libération de leurs proches.

 

Le Président Jovenel Moïse dit déclarer la guerre aux gangs qui organisent ces crimes financiers dans le pays. Si certaines interventions de la PNH ont permis de baisser le niveau d'enlèvement dans la région métropolitaine, il reste un fait que les bandits continuent de rançonner les citoyens notamment de la classe moyenne. Les nouveaux matériels distribués à l'institution policière mercredi devrait permettre de mieux contrôler la situation  à l'entrée Sud de Port au Prince avec des cas de kidnappings en nette augmentation.

 

Certains chauffeurs pointent du doigt le gang de Grand Ravine qui opère en toute impunité. ils vont jusqu'à demander une intervention plus musclée de la PNH dans les hauteurs de Martissant qui abritent ces malfrats. Le Chef de gang dirigé par le nommé "Ti la pli", dans un langage codé lors d'une intervention dans une station de radio de la capitale, a avoué que son équipe réalise ces forfaits qu'il appelle Bric à brac ou "Plann". Une façon de dire qu'il garde ces personnes et les libère après rançon.

 

La rédaction de HPN a appris que le chauffeur a été libéré dans le courant de la journée du jeudi. Nous ne savons pas toutefois si la famille du chauffeur a versé une rançon contre sa libération.

 

HPN

 

 

 

Le président Jovenel Moise a remis mercredi un lot de matériels à la police nationale, lors d’une cérémonie officielle au local de la Direction générale de la PNH, à Clercine, en présence du Premier ministre Joseph Jouthe, du ministre de la Justice, Me Rockfeller Vincent et des membres du haut état-major de l'institution policière.

 

Cette flotte de véhicules et de motocyclettes permettra d’améliorer les capacités opérationnelles de la Police nationale sur le terrain. Ce don s’inscrit dans une démarche de faciliter les policiers de coordonner leurs actions et de répondre aux défis rencontrés sur le terrain, a soutenu le Chef de l'état, l’air heureux et satisfait.

 

"J’ai procédé á la remise des clés de plusieurs véhicules à l’institution policière. Ces matériels roulants contribueront à renforcer la capacité de la PNH. Je salue les valeureux agents de la Police pour leurs efforts de résultats, en matière de protection des vies et des biens", a déclaré M. Moise.

 

Installé au poste le 16 novembre 2020, le directeur général aï, Léon Charles, avait sollicité du Gouvernement, de meilleurs équipements pour faire face à cette criminalité galopante, la prolifération des gangs armés et le nombre élevé des cas de kidnapping.

 

Yves Paul LEANDRE

 

Plus d'articles...

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages