Dans une lettre ouverte en date du 5 juin 2021 adressée à ses pairs du secteur privé des Affaires, le Dr. Pierre Réginald Boulos s’est montré « préoccupé » par les affrontements entre gangs rivaux qui ont déjà causé la mort de plusieurs personnes, l’incendie de plusieurs maisons et entreprises.

« Nul ne peut rester indifférent face à une telle détresse », estime Boulos qui invite le secteur privé à ne pas rester les bras croisés. 

 

« Tout silence ne peut être que complice ! Tout silence est suicidaire. Car, ce serait de la folie de penser que, dans nos conforts, dans nos demeures et dans nos zones prétendument sécurisées, nous sommes à l’abri », sensibilise Pierre Réginald Boulos.

 

Sans langue de bois, Pierre Réginald Boulos rappelle que les bandes armées sont entretenues par les forces politiques et par toutes sortes d’intérêts mafieux et qu’il serait illusoire de croire qu’elles limiteront leurs actions aux quartiers populaires. 



« Elles (les bandes armées) ont aujourd’hui la capacité de paralyser des départements entiers. Si rien n’est fait, bientôt elles se pavaneront dans les rues des beaux quartiers », prévient l’homme d’Affaires.

Il a également lancé un appel à la solidarité envers les milliers de déplacés, les hommes, femmes et enfants, jetés dans les rues, les mains vides et qui attendent un geste de ceux qui ont certainement le pouvoir quand ils se mettent ensemble.

« Nous ne devons plus rester passifs devant ces abus, ces démissions, ces compromissions affectant notre sécurité nationale. Nous devons au plus vite entreprendre une grande action humanitaire pour toutes les zones atteintes par cette violence aveugle tolérée et peut-être même encouragée par le pouvoir », écrit le numéro un du Mouvement pour la Transformation et la Valorisation d’Haïti (MTV). 



 

 

Une dizaine de personnes tuées, dont des civils, plusieurs blessés, des maisons et petites entreprises incendiées, plusieurs milliers de personnes jetées dans la rue, notamment des femmes, des enfants en bas âge ainsi que des personnes à mobilité réduite, tel est le bilan partiel des affrontements entre les gangs des quartiers de Martissant et Grand-ravine, rapporte l’Office de Protection du Citoyen (OPC) dans un communiqué.

 

L’OPC s’insurge du fait que tout se passe sous les yeux et le silence des autorités et institutions chargées d’assurer la sécurité des vies et des biens des citoyens. La population est livrée à elle-même, dénonce l’organisme public de promotion et de protection des droits humains.

 

L'OPC dit constater avec beaucoup de tristesse que les gangs armés ont repris du service depuis lundi dernier dans la troisième circonscription de Port-au-Prince, particulièrement dans les quartiers de Martissant et de Fontamara.

 

Parallèlement, les attaques et les affrontements se poursuivent dans les quartiers de Bel-Air, de Bas-Delmas et de Cité-Soleil. D’autres poches de tension sont créées, notamment à Laboule 12 sans oublier, la reprise timide des cas d’enlèvement contre rançon, déplore le bureau. 

 

L’Office de la Protection du Citoyen condamne avec force ces actions des gangs armés qui blessent, tuent les populations civiles, incendient, vandalisent les maisons et les petites entreprises et attaquent les ambulances en violation flagrante des principes de base en matière de droits humains.

 

L’OPC rappelle qu’il est de la responsabilité de l’État d’assurer la sécurité de la population, de protéger les vies et les biens, tout en exhortant les autorités compétentes à prendre des dispositions rapides et urgentes pour ramener l’ordre et la paix dans la 3e circonscription de Port-au-Prince et permettre aux familles déplacées de regagner leur domicile avec des accompagnements sociaux.

 

Jean Chrisnol Prophète

 

 

 

Le Premier ministre aï, Dr Claude Joseph accompagné du Directeur général aï de la PNH, Léon Charles, a visité dimanche les quartiers de Martissant et Fontamara théatres depuis une semaine de vives tensions et de guerres de gangs qui a fait 5 morts, des dizaines de blessés et des centaines de déplacés parmi la population civile, a appris Haïti Press Network.

 

« J’ai emprunté la route de Martissant à la Marine haïtienne, en passant par la Place de Fontamara, pour constater, de visu, que l’institution policière a pu y ramener l’ordre et rouvrir la voie à la circulation, conformément aux directives du CSPN », affirme le Chef du gouvernement sur son compte Twitter.

 

Trois réunions du Conseil Supérieur de la Police Nationale, ont été organisées ces dernières 72 heures, apprend-on sur le compte du Premier Ministre a.i. Pendant que ces réunions se tenaient, des centaines de familles ont du fuir les zones de combat entre les gangs armés, parfois avec des nourrissons dans les bras.

 

Les images qui tournent sur les réseaux sociaux montrent plusieurs dizaines de personnes sur des places publiques. Des chefs de gangs armes en bandoulière ont diffusé des séquences montrant des tas d’uniformes de la police et des armes récupérés lors des affrontements qui se sont déroulés pendant une semaine sans intervention des autorités de la police.

 

Les rues de Martissant et Fontamara demeuraient vides dimanche après-midi alors que des détonations sporadiques étaient toujours perceptibles. Cet axe routier dessert 4 grands départements : Les Nippes, le Sud'Est, le Sud et la Grand'Anse, inaccessibles depuis plus d’une semaine.

 

Rappelons que samedi, les Nations-Unies avaient appelé le gouvernement haïtien à mettre un terme à ces spirales de violences entre les groupes armés, de façon à ce qu'elles apportent de l'aide humanitaire aux familles fuyant leurs maisons pour rester en vie.

 

Parallèlement, sur les réseaux sociaux, un des chefs de gangs armés, Izo, présentait des excuses aux résidents de la zone pour les dégâts enregistrés lors de ces affrontements qui ont duré plusieurs jours.

 

Yves Paul LEANDRE 

 

 

 

Un officier de police a été tué et un agent blessé samedi soir lors d’attaques simultanées perpétrées par des hommes armés dans plusieurs commissariats de la police situés dans la zone de Cité soleil, a appris Haïti Press Network.

« Dans plusieurs commissariats, des armes ont été emportées par des inconnus lourdement armés » qui ont fait irruption dans des bureaux de la police dans la nuit de samedi aux environs de 10 heures, a indiqué à HPN une source digne de foi.

Nous avons appris que les bases de la PNH à Drouillard, Duvivier, Cité soleil ont été pris d’assaut par des groupes armés qui ont emportés les armes des policiers. « Rendez-nous vos armes et rentrez chez vous », auraient lancé des bandits selon un riverain contacté par un reporter de Haïti Press Network.

Selon le constat rédigé par un juge, 1 inspecteur divisionnaire a été abattu lors de l’attaque de son poste et 1 policier en faction à la station des Gonaives a été atteint d’une balle à la hanche.

De nombreuses détonations ont été entendues pendant plusieurs heures dans la commune de Cité soleil et dans les quartiers avoisinants, ont témoigné des riverains.

Plus d'articles...

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages