Presque toutes les agglomérations et intersections de la commune de Pétion ville sont transformées de façon informelle en marchés publics. Ces lieux de haute production de fatras font la part belle aux habitants qui butent à chaque coin de rue sur une montagne d’immondices en plein début de cette nouvelle année. Ces tas d\'immondices de toutes natures occupent une bonne partie des chaussées et s’étalent comme une bulle au soleil, entravant tristement la circulation automobile et piétonne, constate Haiti Press Network.    

Lire la suite...




Les agriculteurs vivant dans les zones impactées par le tremblement de terre du mois d\\\'août dernier commencent à recevoir les intrants agricoles dont ils ont tant besoin, grâce à l’effort de Concorde Haïtienne de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle  (CHSAN) visant à aider les familles rurales sévèrement touchées. Cette initiative vise à aider les planteurs à relancer leurs petits jardins pour cette saison agricole déjà en cours.

Plus d\\\'une soixantaine de ménages vulnérables dans les localités de la Digue et Ranja soit environ 200 personnes ont reçu des kits de semences contenant du maïs, haricots noirs et gombo. Une fois semées, ces graines seront prêtes à être récoltées au bout de 90 jours. La distribution de semences a lieu parallèlement à la distribution de rations alimentaires par la même structure, ce qui permettra de dissuader les bénéficiaires de consommer les graines sur-le-champ au lieu de les planter.

Les agriculteurs de ces deux localités vivaient grâce à la vente de leur produit agricole au niveau de la capitale, malheureusement le problème au niveau de Martissant a tout arrêté . La plupart d’entre eux ont perdu la totalité ou en partie leurs réserves de semences, ainsi que les récoltes qu’ils étaient sur le point de récolter avant le séisme.

La distribution de kits agricoles organisée par la CHSAN permettra aux agriculteurs les plus démunis de la Digue et de Ranja  de remettre leurs terres en culture pendant cette campagne agricole en cours, pour laquelle les semis ont démarré en décembre et les récoltes sont prévues mi-février.

« Il est urgent d\\\'aider les agriculteurs victimes du séisme à remettre sur pied leurs jardins afin d\\\'éviter une famine durant les mois à venir. Nous savons tous ce que représente la Grand\\\'Anse en qui à trait à la production agricole pour tout le pays», a déclaré l\\\'agronome Marc-André Petit frère, membre de Concorde Haïtienne de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (CHSAN).





Guelson Jean-Louis

 

Le ministère de l\'Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural a lancé officiellement, cette semaine, son « Projet d\'urgence de renforcement de la résilience des agriculteurs face au Covid-19 (PURRACO) » qui vise à renforcer la résilience des agriculteurs au Covid-19.

 

Financé par le Fonds international de développement agricole (FIDA) à hauteur de 5 millions de dollars américains, le projet PURRACO est le fruit d\'une fructueuse collaboration vieille de plus de 40 ans entre le gouvernement et le FIDA, à travers plus d\'une dizaine de projets, s’est félicité le ministre de l’agriculture Charlot Brédy.

 

Selon le titulaire du MARNDR, ce projet s\'inscrit en droite ligne avec le plan de réponse post Covid-19 élaboré par le ministère en faveur du secteur agricole.

 

 Les actions du projet s’étendront sur une période de 30 mois dans trois départements géographiques du pays : l’Ouest, le Centre et le Nord-Ouest. L\'objectif est de réhabiliter 990 hectares de terres, à raison de 270 ha dans l\'Ouest, 448 dans le Centre et 174 au niveau du Nord-Ouest.

 

Le directeur pays du Fonds international de développement agricole, Paolo Silveri, a de son côté mis l\'accent sur l\'ensemble d\'interventions menées par le FIDA au niveau mondial en appui aux pays en développement.

 

Pour sa part,  le coordonnateur de ce projet, l’agronome Elancié Moïse, a expliqué que ce projet a été conçu dans l\'objectif de renforcer la résilience des producteurs, en particulier ceux des associations vulnérables et des communautés rurales.

 

JCP

 

Le pont construit par le Président Dumarsais Estimé situé à l’entrée de la cité des poètes a été gravement touché lors du séisme du  14 août 2021. Les autorités l\'ont fermé à l’usage des riverains de la région depuis la catastrophe. Par voie de conséquence, l’inaccessibilité de cet échangeur routier oblige les passants à prendre la rivière de la Grande-Anse soit à pied soit en voiture s’ils veulent rentrer ou sortir de Jérémie.

 

Ce mercredi 17 octobre 2021, la rédaction de l’agence de presse HPN a constaté sur place la misère de dizaines de camions assurant le trajet Jérémie-Port-au-Prince qui peinent à franchir la rivière de la Grande-Anse. Prendre ce risque encourt gros. Les camionneurs et les passagers doivent beaucoup attendre avant la traversée. Pas trop de possibilité de passage. Divers véhicules savent se planter au beau milieu de la traversée et attendent des secours, nous informent les voyageurs. « Lorsque la rivière est en crue, nous devons attendre. Parfois nous mettons des jours et des nuits  jusqu’à ce nous trouvons un climat possible pour traverser », nous confie ce passager avec beaucoup de peine.

 

De son côté, le propriétaire d’un établissement d’hébergement dans la cité d’Etzer Vilaire nous confirme que le problème causé par le pont endommagé fait monter tous les produits. La pénurie d’essence et les voyages qui deviennent difficiles augmentent exponentiellement la pauvreté des membres de la population dans la ville et dans tout le département, déplore cet homme d’affaires.

 

Trois (3) mois après le séisme, la route nationale numéro 7 reliant Port-au-Prince à Jérémie en passant par les Cayes est jonchée d’embuches dans les hauteurs de Beaumont et de Duchity. Un éboulement de terrains obstrue le passage à travers de grosses pierres qui occupent la chaussée. Sur place, ce 17 novembre 2021, HPN n’a confirmé la présence d’aucun engin du Ministère des Travaux Publics, Transports et Communication (MTPC) en vue de pallier ces problèmes.

 

Au niveau des communes de Pestel et de Corail qui ont subi les effets de ce séisme dévastateur, les travaux de relèvements tardent encore à se faire sentir, a-t-on vérifié au passage.

 

Notons que le gouvernement d’Haïti annonce l’élaboration d’un Plan de relèvement post-séisme pour les départements des Nippes, du Sud et de la Grande-Anse sévèrement frappés par le tremblement de terre. Les ministres Cassandra François, Sophia Loréus et James Cadet respectivement du tourisme, de la Condition féminine et aux droits des femmes et de l’Environnement ont été désignés par le Premier Ministre Ariel Henry pour coordonner les activités liées au séisme dans ces départements. Qu’est ce qui a été vraiment fait ?, pourrait-on se demander.

 

HPN

Plus d'articles...

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .