Haïti-Société : l'avant-projet de constitution de Jovenel Moïse boudé par les femmes et les jeunes, reconnaît Me Boniface Alexandre, Président du CCIC

Sociéte
Typographie

 

La diaspora, la jeunesse et la gente féminine constituent les piliers de la Constitution en gestation dont l'avant-projet en circulation fait débat et recueille des suggestions et recommandations. Si la diaspora haïtienne emboîte le pas, les jeunes et les femmes boudent tout carrément cette démarche.

 

"Dans cette Constitution, nous prévoyons en bonne et due forme l'intégration de la diaspora. Les communautés de la diaspora  sont en liesse", déclare Me Boniface Alexandre, ancien Président provisoire de la République et président du Comité Indépendante de Consultation sur la Constitution (CICC).

 

Malgré la parité mise pour les femmes dans cette Constitution, elles ne sont pas contentes et rejettent tout bonnement l'avant-projet, se plaint Me Boniface Alexandre.

 

Dans la même foulée, les jeunes quant à eux qui bénéficieraient dans cette Constitution d'un abaissement de l'âge de se porter Candidat à tous les postes électifs sauf Président de la République à 25 ans ne se retrouvent pas également dans l'avant-projet, avoue comme pour un constat d'échec le pénaliste Boniface Alexandre qui répondait aux questions des journalistes à une conférence de presse donnée ce mercredi 21 avril 2021 à Port-au-Prince.

 

L'on observe une levée de bouclier contre ce projet de référendum en vue de l'adoption d'une nouvelle Constitution en remplacement de celle du 29 mars 1987 de tous les secteurs de la vie nationale. Jusqu'au moment de la rédaction de ce papier, la date du 27 juin 2021 est retenue pour ce référendum selon ce qu'a fait savoir le Conseil Électoral Provisoire (CEP) et l'exécutif haïtien en place.

 
Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .