Journée mondiale liberté de la presse: Maria Ressa, lauréate du prix de la liberté de la presse, «Des mensonges tuent»

Presse
Typographie

« Tais-toi ou tu seras la prochaine ». De telles menaces, la journaliste d'investigation philippine Maria Ressa en est une habituée. Le jury de l'Unesco lui a décerné cette année son prix de la liberté de la presse. 

 

« Son cas est emblématique des tendances mondiales qui représentent une réelle menace pour la liberté de la presse et donc pour la démocratie », a estimé le jury de l'Unesco. Harcelée sur les réseaux sociaux, poursuivie en justice et condamnée pour « cyberdiffamation » l'an dernier, la directrice du site d'information Rappler dénonce les tentatives de museler la presse partout dans le monde.

 

RFI : Quelles menaces pèsent aujourd’hui sur la liberté de la presse ?

Maria Ressa : Le plus grand problème aujourd’hui, c’est que des faits irréfutables sont mis en cause. C’est un phénomène nouveau. Les journalistes ont perdu leur pouvoir de filtrer et de vérifier les informations. Les nouvelles technologies ont en quelque sorte « kidnappé » cette responsabilité. Si vous n’avez plus de faits, vous n’avez plus de vérité. Sans la vérité, il n’y plus de confiance. Et sans cette confiance, la bataille pour la vérité est impossible à mener, surtout en ces temps de défis existentiels comme le changement climatique et la pandémie du coronavirus.

 

Des plateformes qui prétendent nous informer nous délivrent des mensonges, assortis de colère et de haine. Nous les voyons sur les réseaux sociaux, ces cyberarmées payées par des dirigeants autoritaires qui s’attaquent à la démocratie. C’est une tendance dans de nombreux pays qui doit être combattue. Il n’a jamais été plus dangereux d’être journaliste et de surcroît une femme journaliste. Mais en même temps, les défis sont énormes et la mission des journalistes n’a jamais été aussi importante pour préserver la démocratie. Il est temps pour nous de travailler ensemble et de résister. 

 

 

La pandémie a-t-elle encore exacerbé la tentation des dirigeants de museler la presse indépendante ?

Nous devons faire en sorte que le virus ne contamine pas la démocratie. Nous l’avons vu aux Philippines, où le gouvernement a profité de la pandémie, des confinements successifs et des mille milliards de pesos de crédits empruntés aux banques pour consolider son pouvoir. Nous en payons toujours les conséquences. Notre président Rodrigo Duterte, tout comme Jaïr Bolsonaro au Brésil, a nommé des anciens généraux de l’armée pour gérer la réponse à cette crise sanitaire. C’est un désastre qui s’est encore rajoutée à la catastrophe de la pandémie. Le coût de cela est extrêmement élevée. Car en ces temps du coronavirus, des mensonges tuent. L’incompétence tue. J’espère qu’à la fin de cette crise sanitaire émergera une gouvernance qui sera davantage basée sur des données scientifiques.

 

HPN

Source : RFI

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages