Classement mondial de la liberté de la presse : Haïti recule de 4 places

Presse
Typographie

 

Haïti régresse de 4 rangs dans le classement mondial de la liberté de la presse, établi par l’organisation « Reporters Sans frontières » qui affirme noter un environnement de travail dangereux et précaire pour les journalistes haïtiens.

 

Classée à la 83e position en 2020, Haïti a reculé de 4 places, et occupe le 87e rang du classement mondial de la liberté de la presse, publié par l’ONG Reporters Sans frontières (RSF).

 

Avec un score global de 31.12 points, le pays est devancé entre autres par le Costa Rica (5e), la Jamaïque (7e), le Canada (14e), l’Uruguay (18e), Surinam (19e), Trinidad (31e), les États-Unis (44e), la République Dominicaine (50e), Guyana (52e), Chili (54e), l’Argentine (69e), le Panama (77e) et Salvador (82e) au niveau des pays de l’Amérique Latine et des Caraïbes.

 

RSF note que malgré la récente évolution des lois portant sur la liberté de la presse en Haïti, les journalistes haïtiens manquent cruellement de ressources financières.

 

Ils font aussi face à une absence de soutien des institutions et, ils ont difficilement accès aux informations.

 

De plus, ajoute RSF, les médias privés haïtiens sont très liés aux intérêts de leurs actionnaires et les journalistes peinent à exprimer leurs points de vue sans autocensure.

 

RSF soutient aussi les intimidations et les attaques violentes perpétrées par la police contre les manifestants et les journalistes qui se sont multipliées ces dernières années.

 

Ce classement, intitulé le journalisme est un vaccin contre la désinformation, bloqué dans plus de 130 pays, est dominé par la Norvège, la Finlande, la Suède et le Danemark qui occupent les 4 premières places.

 
Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages