Société : Naissa Lindsey Pierre, la nouvelle fierté des haïtiennes, issue de l'US coast Guard Acamedy

Sociéte
Typographie

C'est une information qui fait le tour des réseaux sociaux et qui donne à chaque jeune fille et aussi aux jeunes garçons un sentiment de fierté d'être Haïtien en regardant l'exploit de cette jeune femme à l'Académie de formation des Gardes côtes américaines. Naissa Lindsey Pierre, 22 ans, est devenue la première femme diplômée, mais encore avec de la manière, de l'US COAST GUARD ACADEMY, en obtenant le grade de commandant de régiment. Naissa Lindsey Pierre, fille de l'ancien Candidat à la Présidence, Mathias Pierre s'est confiée à HPN en partageant avec notre rédaction son expérience à cette grande base académique qu'elle a marqué  à l'encre indélébile au point que l'Ambassade des Etats Unis lui a rendue un hommage exceptionnel. Naissa Lindsey Pierre est née  le 24 mars 1998. Cette fille, très brillante en Mathématiques, a fait toutes ses études à l'Union School, en Haïti.

 

 

Propos recueillis par Eddy TROFORT

 

1. Tu viens de recevoir un Diplôme de la part de USCGA, tu peux nous parler de cette étude?

 

Mon expérience à l'académie a certainement été difficile au  début. Tout cadet pour continuer doit commencer par passer l'été par le Swab Summer, sept (7) semaines de formations militaires de base exigibles avec des activités sportives et exercices intenses, des endoctrinements sur les principes et règlements militaires et particulièrement des Gardes Côtes. On commence chaque jour à 5:30 du matin et termine à 10h du soir pour moi, "Swab Summer" a inclu un séjour à l'hôpital. J'y ai passé une semaine parce que je ne prenais tout simplement pas assez d'eau. La récupération a été difficile et je ne pensais pas pouvoir y arriver, mais je me souviens de la dernière marche de huit (8) kilomètres que nous avons faite et les derniers "Push-up" que nous avons réalisés. et je garde encore le souvenir à quel point que j'étais heureuse que c'était fini et que je m'en tenais à ça.

 

 

Et puis j'ai compris que cela ne faisait que sept (7) semaines et que j'avais encore quatre (4) ans. Au début, je me cachais en quelque sorte. Je me suis concentré sur les formations académiques pour la première année de base en génie civil, je suis allé pratiquer et j'ai fait ce que j'avais à faire militairement. Je n'avais pas l'intention de faire plus que ce qui m'était demandé, mais un coéquipier m'a alors forcé à quitter ce cycle de survie et m'a poussé à m'engager à fond avec mon expérience et ma capacité. Elle me l'a dit parce que, premièrement ce n'était pas mon pays et mais encore parce que je n'allais pas faire partie des gardes côtes américaines et cela ne justifiait pas que je refusais de faire des efforts pour me découvrir. Dès lors, j'ai rejoint tous les clubs (il y en a beaucoup à l’académie) que j'ai pu et j'ai fait de mon mieux pour faire partie des discussions et m'impliquer.

 

 

Au cours de ma troisième année, j'ai travaillé en tant qu'officier de "Workplace Climate" pour ma Compagnie afin de fournir des commentaires à mon commandement sur ce que les autres cadets traversaient et sur ce qui devrait être amélioré. A la satisfaction de mes supérieurs, le semestre suivant, on a créé la position et je suis devenu le premier officier du Bataillon Eagle et j'ai planifié les multiples programmes d'été pour chaque classe à bord du « Coast Guard Cutter Eagle » le bateau phare de l’Académie des Gardes Côtes. J’ai participé dans la formation d’été en Europe et nous sommes allés en Allemagne, en Belgique, au Danemark, en Hollande et en France. Durant cette formation en Europe sur le navire de 90 mètres, nous avons appris à naviguer et à diriger des évolutions de navigation sur le grand navire à voile. J'ai été sélectionnée pour conduire le navire à Rouen, en France de là nous sommes rentrés aux Etats Unis.

 

Après cela, j'ai pensé que j'avais fini. Je comptais juste profiter de ma dernière année et bâtir mes relations avec mes pairs. Mais ce n'était pas suffisant. J'ai postulé pour devenir le premier commandant de régiment, titre jamais obtenu avant par un cadet international de toutes les académies militaires américaines. En faisant ce travail, j'ai tellement grandi. J'ai retrouvé ma voix car j'ai pu exprimer mes opinions à mes supérieurs avec respect et sans crainte. J'ai retrouvé confiance en moi-même et j'ai apprécié chaque rencontre car à chaque fois j'avais appris à me surpasser.

 

Comme ingénieur civil, j’ai reçu le « Prix de l'ingénieur noir de l'année » pour le leadership militaire de BEYA (Black Engineer Of Year » à Washington DC, le 14 février 2020. J’ai aussi passé mon test de certification d’ingénieur.

 

J’ai participé à Washington DC à une réunion pour représenter le corps des Cadets lors de la création du  Conseil d’Administration des Visiteurs. Cette rencontre a réuni plusieurs membres du Congrès des Etats Unis et de hauts responsables militaires. Nous avions aussi visité la Maison Blanche avec le « Club Genesis »pour la célébration de l’histoire des noirs américains.

 

 

Ce fut une grande expérience de leadership. C'était difficile mais j'avais des gens qui me guidaient et me soutenaient au plus niveau du commandement. Cela m'a même rapproché de certains de mes amis parce que j'ai appris à compter davantage sur eux.

 

 

Dans l'ensemble, l'académie m'a appris non seulement à avoir confiance en moi, à croire dans mes instincts et dans mes capacités, mais aussi à faire confiance aux gens autour de moi qui veulent m'aider. Cela m'a appris que Dieu et la vie auront des projets pour vous et souvent il suffit de surfer sur la vague. Et surtout, cela m'a appris que l'échec est un tremplin, jamais la fin.

 

2. Avec  quel sentiment tu as reçu les propos élogieux de l'ambassade américaine à ton égard?

 

Je suis extrêmement reconnaissant quand j'ai vu le communiqué de presse de l'Ambassade des Etats Unis en Haïti. Je crois que c’est une récompense pour les efforts énormes mis pendant ces quatre (4) années. A cause de la pandémie de COVID19, avoir un diplôme, sans la présence de mes parents, c'était vraiment difficile. J'ai été un peu triste et j'avais l'impression d'avoir tellement perdu, mais en voyant les vidéos des policiers des Gardes Côtes Haïtiennes et tous leurs souhaits, cela a apaisé ma tristesse. Je souhaite que mon passage à l'Académie rendra fiers mes parents.  Je t'avoue que j'ai appelé ma mère une heure avant la graduation en pleurant, mais le sentiment de vivre cette expérience et de la terminer comme je l'ai fait, en accomplissant cela, mon cœur est rempli de joie et de gratitude.

 

 

 
Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages