Haïti-Éducation : Lancement de la rentrée scolaire dans la Grand’Anse par une messe traditionnelle du Saint-Esprit 

Education
Typographie

 

Comme indiqué dans le calendrier remanié du ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP), sous le signe de la solidarité éducative, la rentrée scolaire pour l’année académique 2021-2022, a eu lieu le lundi 4 octobre dans le département de la Grand’Anse. L’un des départements où le parc scolaire a été fortement affecté par le séisme épouvantable du 14 août dernier, a constaté Haiti Press Network.

La cérémonie officielle de cette rentrée qui s’effectue deux semaines après le lancement de la rentrée scolaire pour les sept départements non affectés par le tremblement de terre, s’est déroulée au Foyer culturel Mgr Willy Romulus (Jérémie), en présence du chef de cabinet de la ministre Marie Lucie Joseph, M. Ecclésiaste Thélémaque, de M. Udson Jean-Baptiste, membre du cabinet, du directeur départemental d’éducation de la Grand’Anse, M. Jean Ernso Dauphin, des éducateurs, des parents et des élèves entre autres.

Près de 120 kits pédagogiques et 7 000 kits scolaires ont été distribué à des Directions d’école et des élèves du département dans le souci de faciliter l’exercice enseignement/apprentissage. Une distribution rendue possible grâce à un support du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), l’un des partenaires du ministère.

De la nécessité de reprendre les activités scolaires dans le Grand Sud

En effet, presque tous les intervenants ayant pris la parole à cette occasion, estiment qu’il est une nécessité incontournable que l’école reprenne ses droits dans la région, en dépit des difficultés. Selon eux, l’apprentissage ne doit pas s’arrêter. Chaque enfant a droit à l’éducation qui, précisent-ils, élève l’homme à la dignité de son être. 

Ecclésiaste Thélémaque, directeur de cabinet de la titulaire du MENFP qui présidait la cérémonie  dans le département de la Grand’Anse, visiblement affaissé aux effets dévastateurs du séisme, a exprimé ses vœux pour une année scolaire réussie.

Selon le chef de cabinet, il s’agit d’une rentrée progressive qui commence par un appui psycho-social aux enfants et aux enseignants. On prévoit également des exercices de simulation en classe, aux fins d’inculquer aux enfants un comportement responsable en cas d’un cataclysme de ce genre.

Tout en mettant l’accent sur la solidarité éducative, tenant compte de l’ampleur des dégâts relevés dans de nombreuses écoles du département, M. Thélémaque a indiqué que le ministère a deux préoccupations majeures dans cette situation où s’effectue cette rentrée à savoir : faire retourner les enfants sur les bancs de l’école, mais aussi les préparer contre toute éventuelle catastrophe.

Plaçant quelques mots en la circonstance, Brice Saintil qui représentait l’UNICEF à la cérémonie, a insisté sur le droit à l’éducation qui, dit-il, est fondamental pour l’avenir de la nation. Selon lui, on doit continuer à croire et à investir dans l’éducation, en dépit des contextes difficiles.

« L’UNICEF est encore présent pour accompagner le MENFP de manière à ce que cette année soit une réussite pour tous les enfants », déclare M. Saintil, tout en appelant les parents à jouer pleinement leur rôle dans l’apprentissage de leurs progénitures en vue d’assurer leur réussite.

Des enfants contents et anxieux de retourner à l’école

Sur le visage des centaines d’élèves réunis à l’intérieur comme à l’extérieur du Foyer culturel, où s’est déroulée la cérémonie dans une ambiance eucharistique et discursive, on pouvait lire à la fois le contentement de reprendre le chemin de l’école, où ils retrouvent leurs camarades, mais aussi l’anxiété de recommencer les activités scolaires dans cette situation difficile.

« Mes effets scolaires ont disparu sous les décombres. Je n’ai plus rien et mes parents n’ont pas les moyens. Je suis contente de retourner à l’école. Cela me remonte un peu le moral », se réjouit Solène, une élève qui prenait part à la cérémonie.

Accueillis ponctuellement pour la plupart dans d’autres établissements non détruits par le séisme, les enfants seront logés sous peu dans des structures semi-permanentes, en attendant que le ministère procède à la reconstruction des écoles, a fait savoir Ecclésiaste Thélémaque.

En effet, en partenariat avec l\\\'UNICEF et d’autres partenaires impliqués dans le secteur éducatif, le MENFP est en train de poser des actions de réponse en vue de faire face au nombre réduit de salles de classe actuellement disponibles pour l\\\'exercice enseignement/apprentissage dans ces départements. Les écoles encore fonctionnelles doivent accueillir des élèves des écoles détruites. Les cours seront dispensés suivant une modalité de double vacation. D’où le sens du thème : « Solidarité éducative » sous le signe duquel s’effectue la rentrée cette année.

Parallèlement, la cérémonie de la rentrée scolaire graduelle dans le Grand Sud, s’est tenue aussi dans le Sud, particulièrement à l’école Sainte-Anne des Cayes et dans les Nippes. Dans ces trois départements, soulignons-le, près de 70 % des établissements scolaires sont soit endommagés, soit totalement détruits.  

 

Texte: Alix Laroche

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Photos : Anderson Élien          

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .