Haïti-Éducation-Partenariat-GLPE : Lancement du Groupe local de partenariat en éducation

Education
Typographie

Après plusieurs mois d’échanges entre divers acteurs du secteur de l’éducation et des représentants du ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) autour de la mise en place d’une structure de concertation partenariale, le Groupe local des partenaires en éducation en Haïti (GLPE-H) est enfin lancé, ce jeudi 20 mai 2021, lors d’une réunion de présentation du document conceptuel validé par les partenaires. 

Présidée par le titulaire du MENFP, Pierre Josué Agénor Cadet, cette rencontre de présentation des termes de références du GLPE-H, tenue au local de l’Inspection générale de l’éducation, est l’aboutissement d’un long processus de concertation entre les acteurs et partenaires du secteur éducatif.

William Thélusmond, éducateur de carrière, responsable d’une institution œuvrant dans le domaine éducatif, un des membres de la commission multisectorielle qui a travaillé sur ce dossier, parle d’un grand jour, un événement à saluer, selon lui. « C’est un travail commun qui aboutit aujourd’hui », se réjouit-il.

Jacques Yvon Pierre, coordonnateur technique au cabinet du ministre Cadet, abonde aussi dans le même sens en retraçant certains moments clés du processus de discussions riches et divergentes entre les acteurs autour du document.

En fait, le GPLE-H répond aux engagements de l’État haïtien, à travers le MENFP, envers le Partenariat mondial de l’éducation (PME) en vue de bénéficier des fonds en appui à la mise en œuvre du Plan décennal d’éducation et de formation (PDEF) 2020-2030.

Le GLPE-H, une exigence du PME

Ce mécanisme de concertation est, en effet, indispensable dans la mise en œuvre des projets en éducation. Le partenariat étant une de ses stratégies clés pour la mobilisation des ressources et des compétences, prévu dans le Cadre d’action de 2030 en éducation, il est important d’avoir une structure de consultation capable d’accompagner l’État dans l’exécution des projets d’éducation. Le  PME inscrit, en ce sens, le GLPE comme une exigence majeure auprès des États devant bénéficier des fonds de cette institution.

Mais les structures de consultation des acteurs ne sont pas nouvelles en Haïti, les tables de concertation départementales ou nationales en éducation ont existé et existent encore depuis le lancement du Plan national d’éducation et de formation (PNEF). Elles ont apporté une forte contribution dans la résolution de certains problèmes affectant le secteur. Avec le GLPE-H, ce qui a changé c’est plutôt le concept et l’élargissement des acteurs ainsi que leur poids dans les contributions dans l’implémentation des projets.

Pour le directeur général de l’Office national du partenariat en éducation (ONAPE), Dr. Délima Pierre, cette nouvelle structure partenariale doit jouer un rôle clé auprès des instances étatiques pour la mise en œuvre des projets d’éducation. Il salue la finalisation des travaux de ce Groupe, fruit d’une large concertation. Le document peut encore être bonifié, ajoute-il, avec les dernières remarques et suggestions des acteurs pour que le GLPE-H, objet d’un consensus, soit à la hauteur des attentes de tous les partenaires.

Notons que L’ONAPE, qui sert d’interface entre les acteurs de l’Éducation et le MENFP, a aussi contribué à l’élaboration dudit document. 

Talia Miranda de Chaisemartin, la représentante du PME qui participait à la cérémonie de lancement, a salué le travail accompli par le MENFP et les différents acteurs pour la mise en place du GLPE-H. Elle espère simplement qu’une harmonisation soit trouvée avec d’autres structures de concertation en éducation déjà existantes en Haïti. 

Le GLPE-H, une nécessité du vivre ensemble

Pour le ministre Cadet, l’idée de la mise en place d’un organe de dialogue, de concertation et d’échanges autour des Plans et Programmes sectoriels se révèle d’une grande importance pour le secteur, en vue des interventions efficaces et efficientes. Le GLPE-H, d’après lui, est un organe crucial pour notre secteur. Il est non seulement un espace de consultation et de consensus, mais encore un élément dans la gouvernance du secteur au niveau local, suivant les exigences du « Partenariat Mondial pour l’Education (GPE) ».

Le numéro 1 du MENFP évoque la nécessité du « vivre ensemble » pour montrer  l’importance du GLPE-H. Le Ministre Cadet souligne le fait que le ministère qu’il dirige a toujours priorisé, et priorise encore, une approche consensuelle, participative et inclusive entre tous les partenaires du secteur éducatif haïtien. « Nous croyons fermement que c’est dans la synergie entre tous les acteurs que nous pouvons garantir à nos enfants et à nos jeunes une éducation juste et équitable, sans parti-pris, ni privilèges », a-t-il ajouté.

La réussite du GLPE dépend de tous 

Saluant la naissance de cette structure d’importance pour le secteur éducatif, le ministre Cadet a tenu à remercier particulièrement quelques personnalités pour leur forte contribution à la réussite de l’événement du jour. Il cite le directeur général de l’Office national de partenariat en éducation (ONAPE), Dr Délima Pierre, l’ex-ministre Charles Tardieu, l’inspecteur général Gustave Joseph, William Thélusmond, Lourdes Edith Joseph et Jacques Yvon Pierre.

« La réussite du GLPE-H dépend de nous tous, de notre volonté affirmée en continu d’œuvrer pour le développement du secteur et le bonheur de nos enfants par l’éducation », a soutenu le titulaire du MENFP qui remercie tous les acteurs pour leur investissement dans ce projet commun de vivre ensemble pour la bonne marche du secteur de l’éducation.

Soulignons que le document du GLPE-H a été présenté à l’assemblée par l’inspecteur général, Gustave Joseph, lequel sert de point focal pour le MENFP auprès du PME.

En bouclant la réunion qui s’est déroulée dans une atmosphère cordiale et de respect de l’autre avec la participation de tous les partenaires clés (Instances étatiques, universités, partenaires techniques et financiers, ONG, associations œuvrant en éducation, syndicats enseignants), Dr. Pierre a remercié le bureau de l’UNESCO en Haïti qui a apporté un appui logistique à l’organisation de cette rencontre tenue à la fois en présentiel et en virtuel.

Miloody Vincent

Bureau de communication/MENFP

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .