Haïti-Éducation : Le droit à l’éducation vu par des sommités du secteur 

Education
Typographie

La Déclaration universelle des droits de l'homme affirme clairement que l’éducation est un droit humain fondamental et indispensable pour tous. En Haïti aussi où la Loi mère en parle, l’éducation est vue comme l’un des outils les plus puissants pour sortir de la pauvreté. Et, ils sont nombreux dans le secteur éducatif qui ne cessent de plaider pour le respect du droit à l’éducation, quelles que soient les circonstances.

L’Agence de presse en ligne, Haiti Press Network (HPN) a rencontré, les lundi 29 et mardi 30 mars dernier de l’année en cours, des directeurs départementaux d’éducation et des sommités du secteur, lesquels avaient émis sans réserve, leurs avis à ce sujet. Selon nos interlocuteurs, le droit à l’éducation demeure immuable et ne peut en aucun cas, être négligé.  

Abordé à ce sujet considéré comme fondamental pour beaucoup de personnes, le directeur départemental d’éducation du Nord, l’ancien journaliste et correspondant de radio Caraïbes FM, M. Curtis Eyma qui a expliqué l’importance du droit à l’éducation surtout dans ce contexte de bouleversements politiques, a plaidé énergiquement pour son respect en tout et partout.

M. Eyma juge qu’une éducation de qualité est la voie d’accès au plein épanouissement de l’être humain. Aussi demande-t-il aux acteurs politiques d’épargner l’éducation de la politique ou encore d’éviter de prendre  l’école comme bouc émissaire pour régler des commotions politiques.

« Le droit à l’éducation, est un droit sacré qu’il ne faut jamais priver d’un être humain. En plus de tous les éléments nécessaires devant favoriser une éducation de qualité, il faut permettre à tout le monde d’aller à l’école si l’on veut avoir à l’avenir une société meilleure », a soutenu Curtis Eyma, informant avoir procédé généralement dans sa DDE, au dialogue et à la sensibilisation via les médias pour essayer de limiter les problèmes qui ont souvent un impact majeur sur le fonctionnement de l’école.

Pour garder vivant le droit à l’éducation quels que soient le sexe, la religion et l’origine sociale des enfants, le directeur départemental du Nord croit qu’il faut, de tous les secteurs, développer le sens de la conscience collective pour que revendiquer ne signifie pas systématiquement le piétinement du droit de l’autre.

La réaction autour de ce sujet n’a pas été différente pour le directeur départemental d’éducation du Centre, Me Mulaire Julsaint. Selon l'éducateur, si le développement durable de n’importe quelle société dépend de l’éducation, le respect du droit à l’éducation qui est fondamental demeure plus que nécessaire. M. Julsaint estime prioritaire d’accorder la chance aux enfants d’aller à l’école en toute quiétude.

« Ce que représente l’eau pour la plante, c’est idem ce que représente l’éducation pour un enfant et pour la société », a déclaré le responsable de l’éducation dans le Plateau central, lequel en a donc profité pour appeler les acteurs à se mettre ensemble dans un coude-à-coude fraternel afin de faire valoir le droit à l’éducation considéré, insiste-t-il, comme un droit humain fondamental.

Pour continuer de défendre ce droit, Mulaire Julsaint dit, à l’instar de son collègue du Nord, avoir utilisé également le dialogue et la communication dans son département pour porter les acteurs à la raison.

Questionné aussi sur les dispositions prises pour lutter contre la crise sanitaire liée à la COVID-19 et qui a impacté tout aussi bien sur le droit à l’éducation, le chef de la DDE du Centre dit avoir pris toutes les mesures possibles et nécessaires pour faire appliquer à la lettre le Protocole sanitaire élaboré par le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP), de concert avec le ministère de la Santé publique.         

Interrogé aussi à cette fin, le père Marcel Janvier, Curé de la paroisse Saint Albert Legrand de Ravine Trompette, section de la commune de Pilate (Nord) et Administrateur de l’école Notre Dame de Grâce qui plaide également pour le respect du droit à l’éducation, laisse comprendre que l’égalité des chances, l’accès universel à l’éducation, ainsi que des normes de qualité appliquées et contrôlées sont les conditions sine qua non à remplir pour que ce droit humain devienne une réalité pour tous dans le pays.

Par ailleurs, le religieux conseille à tous les acteurs sans distinction,  l’impérieuse nécessité de faire la promotion sans relâche du droit à l’éducation des enfants en Haïti pour un avenir meilleur. L’éducateur appelle les politiques particulièrement à éviter de mélanger la politique et l’éducation.

« Il ne faut pas mélanger les deux. La politique c’est la politique. Mais l’éducation c’est l’éducation. Il faut respecter ce droit en toutes circonstances », balance-t-il en conclusion.

Myrla Pyrrhon et Me Moléon Richard, respectivement éducatrice et éducateur chevronnés du département du Centre ont également émis leurs avis positifs en ce qui concerne le respect du droit à l’éducation. Pour Myrla Pyrrhon, ce droit est primordial à chacun de nous. Selon elle, l’éducation réduit les inégalités. En plus, poursuit-elle, chaque année supplémentaire de scolarité réduit le risque de mortalité infantile.

« Plus on est formé et éduqué, plus on peut agir bien et faire des choses positives. Pour être formé, il faut aller à l’école. Cela nécessite le respect du droit à l’éducation qui est fondamental pour les humains », opine Myrla Pyrrhon, invitant, comme les autres interlocuteurs, ceux qui font de la politique à éviter de mélanger l’éducation et la politique.

Me Moléon Richard  dit croire que si tous les adultes achevaient leur cycle d’études secondaires, le nombre de personnes touchées par la pauvreté dans le monde serait considérablement réduit. D’où, estime-t-il, l’importance du respect du droit à l’éducation de tous les enfants.

Alix Laroche

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages