Haïti-Éducation: Le ministre Manigat appelle à la conscience collective pour la reprise et annonce le recrutement de nouveaux enseignants

Education
Typographie

À l’occasion du nouvel an, le ministre de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle, Nesmy Manigat a, dans un message vidéo de circonstance, lancé un appel à la conscience collective. Le titulaire du MENFP veut et encourage la reprise des activités scolaires dans tous les établissements du territoire national, notamment dans l’aire métropolitaine de Port-au-Prince, où des écoles sont dysfonctionnelles, à cause de la violence et de l’insécurité, constate Haiti Press Network.

Saluant d’emblée élèves, étudiants, enseignants, directeurs et directrices d’écoles, parents d’élèves, tout en leur souhaitant les vœux les meilleurs pour 2022, le titulaire du MENFP rappelle que l’éducation reste et demeure un droit fondamental qui ne doit pas être violé quelles que soient les circonstances. 

« L’école est un endroit où tous les enfants du pays se rencontrent pour recevoir la formation et préparer leur avenir dans de meilleures conditions. Dans toutes les villes, tous les villages, tous les quartiers, il faut que les portes de toutes les écoles soient ouvertes pour accueillir les élèves », clame le ministre Manigat.

D’après lui, dans la logique du combat contre l’inégalité sociale, personne, y compris l’État ne doit accepter que des enfants aillent à l’école pendant que d’autres sont contraints de rester à la maison. « Ce n’est pas normal et c’est inacceptable », déplore le professeur Nesmy Manigat.

Se disant conscient des problèmes économiques auxquels fait face la majeure partie de la société, le ministre pense néanmoins, qu’il ne faut pas non plus perdre du temps en tant que société pour chercher à les résoudre peu à peu.

« C’est avec cette même diligence que nous devons combattre les actes de violence pour faciliter l’ouverture des portes de toutes les écoles », a-t-il insisté, avant d’attirer l’attention sur le fait que l’éducation demeure la meilleure arme, susceptible de combattre la violence et de ramener la paix sociale dans la cité.

Le courage et la patience du grand Sud salués

La population du grand Sud, victime du séisme dévastateur du 14 août de l’année dernière, où une bonne partie du parc scolaire s’est effondrée, n’est pas oubliée. Son courage et sa patience ont été salués par le ministre Manigat qui se dit conscient de la gravité de la situation dans cette région et promet d’aller plus vite avec plus d’efficacité dans les actions visant à améliorer les choses.

« Le Premier ministre, Dr Ariel Henry dans son souci de solidarité avec le MENFP, encourage le reste du gouvernement à mobiliser l’État afin de permette aux écoles de trouver plus de moyens », informe le numéro 1 du MENFP, tout en réitérant, dans cette même idée, la volonté d’un meilleur traitement aux enseignants qui constituent un maillon extrêmement important dans la chaîne éducative.  

Recrutement de jeunes enseignants cette année

Par ailleurs, le ministre Nesmy Manigat en a profité de l’occasion pour annoncer le recrutement de beaucoup plus de jeunes enseignants qualifiés au cours de l’année 2022 dans le but de renforcer le système. Une nouvelle réjouissante, estime plus d’un, pour des étudiants finissant d’établissements de formation d’enseignants et d’enseignantes, lesquels revendiquent sans relâche leur intégration dans le système en tant que jeunes professionnels.

Sur les pas de la diminution des coûts scolaires en faveur les parents

S’adressant aux parents, le premier responsable de l’éducation du pays a invité ces derniers à continuer à fournir l’encadrement nécessaire aux écoliers et aux écolières, mais aussi de veiller au bon fonctionnement des établissements scolaires. « Dans un sens, vous êtes les yeux du ministère. Vous êtes les premiers inspecteurs scolaires », s’est-il adressé aux parents qui, normalement, représentent un autre maillon important dans la chaîne de la chose éducative.

Le ministère, dit M. Manigat est en train de travailler afin de diminuer la charge scolaire qui constitue depuis des lustres un véritable fardeau pour les parents. Aussi, annonce-t-il, après les décisions ayant abouti en 2014, au cours de son premier passage au MENFP, à l’uniforme unique dans les écoles publiques et au Bac unique dans le système, le dossier du « livre unique » sera finalisé avant la fin de l’année 2022.

« Exemple, un parent n’aura pas besoin d’acheter 17 livres pour un enfant en première année fondamentale. Il achètera les livres nécessaires vraiment pour l’apprentissage de l’enfant dans cette classe », a indiqué le ministre Nesmy Manigat qui ne rate une occasion pour rebondir avec son nouveau slogan à savoir : « Lekòl pa ka tann » (l’école ne peut attendre).

En outre, dans le souci de faciliter l’accès des demandeurs de relevés de notes et de diplômes d’État, le MENFP travaille d’arrache-pied en vue de permettre, dans un temps pas trop lointain, aux élèves de pouvoir récupérer ces documents à travers leur téléphone intelligent ou leur ordinateur n’importe où dans le pays.

En conclusion, le ministre Manigat souhaite que cette troisième année académique ne se passe pas à l’instar des deux années précédentes, complètement chambardées par des bouleversements socio-politiques et la crise sanitaire liée à la pandémie de COVID-19.

« Nous ne pouvons pas prendre ce isque avec une 3e année. Sinon, ce serait mettre en péril l’avenir de toute une génération », a soutenu le titulaire MENFP, avant de rappeler le droit de fonctionnement des écoles dans les bons comme dans les mauvais temps.

Alix Laroche

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Photo: Anderson Elien

 

 

 

  

 

                    

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .