Haïti-Coronavirus : Un discours politique adapté à une réalité de carence

Santé
Typographie

 

 

 

Alors que l’organisation mondiale de la santé a recommandé lundi d’accentuer les programmes de dépistage de la population en vue de freiner la pandémie du nouveau Coronavirus, de nombreux haïtiens s’interrogent sur la capacité du système sanitaire de « Tester chaque cas suspect », tel que recommandé par l’OMS.

 

En effet, il y a quelques jours, des informations faisaient été de « seulement » 1000 tests de dépistage disponibles dans le pays pour une population d’environ 12 millions d’habitants.

 

À la mi-février, les autorités sanitaires avaient informé avoir reçu, sous forme de don de l’organisation panaméricaine de la santé / organisation mondiale de la santé (OPS/OMS), un ensemble de matériels pouvant leur permettre de diagnostiquer la maladie et le fait, par le directeur général du ministère de la santé, Dr Lauré Adrien, de parler de rationnement des tests, suggérait que le nombre de réactifs disponibles sur le territoire national serait limité.

 

D’où les inquiétudes de Jean-Marie, rencontré à Pétion-Ville, au sujet de la capacité réelle des autorités à tester chaque cas suspect, tel que recommandé par l’OMS. « On peut être porteur du virus et ne pas encore présenté les symptômes tout en étant en situation de contaminer d’autres citoyens, affirme notre interlocuteur qui semble être bien informé sur la maladie.

 

Aussi, le risque d’une explosion de cas confirmés dans les semaines à venir est plus qu’évident, a-t-il fait savoir, rappelant que la capacité de réponse de notre système sanitaire est plus que limitée.

 

« Si nous ne pouvons pas diagnostiquer tous les cas suspects et si nous ne sommes pas en mesure de prendre en charge tous les cas positifs, nous irons droit vers la catastrophe », a-t-il souligné, redoutant un scénario à l’italienne.

 

Philippe, un habitant de Petite Place Cazeau,  s’inquiète lui, du faible niveau de confiance des citoyens dans les autorités ce qui, fait-il remarquer, risque de compliquer leurs taches notamment en ce qui a trait au confinement, stratégie, reconnait-il, la plus efficace dans la lutte contre la propagation, à grande échelle, du nouveau Coronavirus.

 

Le port des masques est-il nécessaire ? Pas vraiment, à décrypter les déclarations des autorités sanitaires mais la vraie question est : Avons-nous assez de masques ? Se demande Emmanuelle de Pétion-Ville qui dit craindre que les autorités sanitaires ne fassent qu’adapter leurs discours à une réalité de carence à ceci, dit-elle, à tous les niveaux.

 

Les 7 cas confirmés de personnes infectées par la maladie traduisent mal la réalité, pense-t-elle ajoutant que, même si cela reflèterait la réalité, le risque d’explosion reste et demeure très grand.

 

Elle invite les citoyens à faire preuve de prudence et à rester à la maison aussi longtemps que cela sera nécessaire, arguant que le virus ne voyage pas tout seul, c’est l’homme qui le transporte.

 

Il y a un mois, soit le 25 février 2020, l’Italie comptait 283 cas et 10 morts. Le pays compte actuellement plus de 69.176 cas avérés pour 6.820 morts dont 743 pour la seule journée de mardi.

 

 

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages