Journée Mondiale SIDA : Rendre les PVVIH autonomes, c\\\'est le cri de la FEBS

Santé
Typographie

Cette 33e célébration de la journée mondiale du SIDA arrive au moment où les Personnes vivant avec le VIH cherchent l\\\'autonomie et couper court avec l\\\'assistance des institutions bailleurs de fonds. Ils sont plus de 150 000 dans les dix départements géographiques du pays. Ils sont pour la plupart stigmatisés et souvent rejetés par leur famille une fois qu\\\'ils ont contracté le virus du Sida. Aujourd\\\'hui, la lutte contre le VIH dans l\\\'Artibonite prend une autre ampleur avec la Fondation Esther Boucicault qui milite depuis plus d\\\'une trentaine d\\\'années dans la ville de St Marc pour offrir une nouvelle vie à ces personnes vulnérables. Pas question de discourir, l\\\'autonomisation est la seule voie pour renforcer les organisations travaillant dans le domaine du VIH.

\\\"Cette journée est celle où je veux m\\\'exprimer. Dire profondément mes préoccupations\\\", lance Esther Boucicault pour cette 33e célébration de la journée mondiale du Sida le 1er décembre 2021. La sexagénaire a donné plus de la moitié de sa vie à cette lutte  dans la ville de St Marc dans l\\\'Artibonite pour protéger les jeunes de sa communauté contre le VIH. Pour Mme Esther Boucicault, le combat pour la vie doit continuer et elle prend aujourd\\\'hui une autre ampleur : l\\\'autonomisation des personnes vivant avec le VIH. L\\\'ingénieur Cesar Vincent, un PVVVIH souligne que beaucoup d\\\'argent est  dépensé mais les besoins des  personnes affectées et infectées restent les mêmes. Pour cette 33e celebration, les grands discours ne servent à rien a ainsi lancé  M.Vincent, ce qu\\\'il nous faut ce sont des actes concrets vers cette autonomisation qui devient incontournable.

 

\\\"Offrir aux jeunes PVVIH des métiers comme le carrelage, la technique de montage des panneaux solaires, la mécanique, la mise en place de PME alimentaire sont autant d\\\'alternatives qui peuvent rendre autonomes les personnes vivants avec le VIH\\\", fait remarquer M. César. A \\\"bwa leta\\\", une section communale de la ville de St Marc, la Mairie a fait don de 6 carreaux de terre à la Fondation Esther Boucicault Stanislas(FEBS) pour implémenter un ensemble de projets, mais les fonds font défaut et les institutions de PVVIH reçoivent de moins en moins d\\\'assistance financière avec la crise sanitaire et économique qui frappe la planète. Mme Boucicault souligne que le plaidoyer pour cette automisation doit continuer pour sortir de la dépendance et de l\\\'assistance, consciente que le Covid19 est venu empirer la situation. Pour l\\\'Ingénieur César, les institutions qui travaillent dans le domaine de la prise en charge clinique doivent s\\\'astreindre à le faire et orienter tous les projets sociaux vers les institutions de PVVIH qui sont plus près de cette catégorie.

 

 La Fondation Esther Boucicault travaille actuellement sur plusieurs projets notamment un atelier de production de beurre d\\\'arachide. \\\"La FEBS a déjà reçu un moulin du Panos Haïti pour cet atelier qui a besoin de quatre unités\\\", a informé Mme Boucicault. Renforcer la capacité de la FEBS à créer de l\\\'emploi pour les PVVIH reste une priorité de l\\\'institution. La mise en place d\\\'un boulanger et d\\\'un poulailler sont deux projets phares visés par la Fondation et qui attendent des financements. Pour la Présidente de la FEBS, la sensibilisation des communautés doit continuer incessamment pour éviter que des jeunes contractent le virus.\\\"On ne peut pas baisser les bras\\\", a lancé cette militante en frappant le poing sur la Table. 

 

L\\\'Ingénieur Cesar Vincent fait remarquer que les personnes vivant avec le VIH qui travaillent dans le secteur peuvent être dénombrées sur les doigts alors qu\\\'elles sont les principales concernées. Ce n\\\'est pas normal a t-il indiqué. Dans ce sens, M. César qui dirige GRED Plus, un partenaire de la FEBS, propose de mettre en place des fédérations de PVVIH dans les différents départements et une grande confédération à Port au Prince pour mieux défendre les droits des Personnes infectéess et affectées par le VIH à travers une plus grande représentativité. 

 

Pour cette 33e  journée mondiale du Sida célébrée  Mercredi 1er décembre autour du thème \\\"Ann travay pou tout moun gen menm dwa, nan yon mond san SIDA, san Pandemi\\\", la Présidente de la FEBS Esther Boucicault formule le voeu de voir un jour les PVVIH se prendre en charge eux mêmes sans l\\\'aide et l\\\'assistance des institutions fiancières. Elle souhaite également offrir un espace social agréable permettant aux PVVIH de se rencontrer, partager leur vie et construire leur famille comme tout le monde. L\\\'objectif 95-95-95 qui vise à éradiquer totalement le Virus du Sida ne sera jamais une réalité si on ne donne pas aux personnes infectées et affectées les moyens de s\\\'accepter et de se faire accepter a souligné Mme Esther Boucicault.

 

Par ailleurs, la FEBS travaille avec les écoliers de la ville de St Marc sur la pratique des comportements sexuels à moindre risque. Ce projet vise à toucherles jeunes  dont la formation sexuelle est souvent négligée dans les écoles. Une intervention qui peut avoir un impact positif sur l\\\'incidence du VIH puisque Haïti a une population très jeune. Toutefois, les écoles et les parents doivent accepter que la formation couvre la sexualité dans toute son intégralité sans tabou. La FEBS accompagne aussi des femmes victimes de discrimination ainsi que les orphelins du VIH. Une école primaire dirigée par Dr Michèle Maignan donne le pain de l\\\'éducation à ces enfants directement affectés après le départ de leurs parents fauchés par le Sida.

 

 

Eddy Trofort

HPN

 

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .