Dernieres Nouvelles

 

 

Le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince Me Jacques Lafontant accompagné de Me Yvenne Tibeau Substitut du commissaire du gouvernement à la capitale et le responsable de la Direction de l'administration pénitentiaire Charles Nazaire ont fait le point, lundi, sur les critères établies que doivent remplir les prisonniers dans le cadre d’une éventuelle décision de gracier ou commuer leurs peines en prévention à une éventuelle introduction du CORONAVIRUS  dans les prisons.

 

Parmi ces critères, au nombre de 11, le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince Me Jacques Lafontant a insisté notamment sur les critères liés à l’âge,  à la maladie, à la comorbidité grave des détenus.

 

«Justement c’est sur ces différentes critères que nous mettons tout en œuvre en vue d’aboutir au projet de désengorgement de la prison civile de Port-au-Prince pour éviter la propagation du CORONAVIRUS » a indiqué le chef du parquet de la capitale Me Jacques Lafontant.

 

Nous avons une échéance à savoir avant le 19 Avril 2020 pour que nous communiquions une proposition de liste complète et définitive au ministre de la justice et de la sécurité publique soutient Me Lafontant.

 

Des détenus en attente de jugement, des prisonniers condamnés aux travaux forcés sont concernés par cette démarche a poursuivi, pour sa part, Me Yvenne Tibeau Substitut du commissaire du gouvernement à la capitale également responsable de la question de la détention préventive prolongée au Parquet.

« Lorsqu’un détenu est condamné aux travaux forcés, il passe 7 à 8 ans en détention préventive prolongée, si on tient compte des travaux forcés, ce dernier bénéficiera de la moitié du temps déjà passé en prison avec le bénéfice de la loi Lespinasse  a expliqué le magistrat précisant que si on ne tient pas compte des travaux forcés il sera élargie tout simplement à l’expiration de la peine à laquelle il est condamné.

 

Les autres critères concernent des condamnés sans dispositif, des détenus condamnés pour des délits mineurs et qui ont purgés à 80% leurs peines ainsi que des prisonniers sans dossier seront libérés également mais à condition ils resteront disponible pour la justice a renchéri Me Yvenne Tibeau.

 

Le responsable de la Direction de l'administration pénitentiaire, Charles Nazaire,  a annoncé la suspension des visites au pénitencier national dans l’objectif d’éviter une éventuelle introduction du Covid-19 dans le plus grand centre carcéral du pays.

 

Le commissaire divisionnaire a également fait état de l’installation d’au moins 22 « points de lavage de main » à la prison civile de Port-au-Prince.

 

Jean Chrisnol Prophète

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

En référence à la circulaire #1 du 25 mars dernier concernant l'exécution de l'arrêté du 19 mars 2020 déclarant l'Etat d'urgence sanitaire sur toute l'étendue du territoire national pour une durée d’un mois afin de lutter contre la propagation du coronavirus Covid-19, le Premier Ministre Joseph Jouthe annonce la création d’une Cellule scientifique de gestion de la crise sanitaire.

 

 

 

Collecter et de traiter les données liées au Covid-19 l’évolution de la situation en Haïti et produire des recommandations à la cellule gouvernementale sur les mesures sanitaires à prendre telles sont les principales responsabilités de la cellule scientifique composée de :

 

 

 

 

Dr. Patrick Dely, Direction d'Epidémiologie ds Laboratoires et de Recherche (DELR), Coordonnateur ;

 

Dr. Jacques Boncy, Laboratoire Nationale de Santé Publique (LNSP), membre ;

 

Dr. Martial Beneche, Direction Départementale Sanitaire de l'Ouest (DSO), membre ;

 

Dr. Pierre Sosthenes, Représentant de l'Université d'Etat d'Haïti (UEH), membre ;

 

Dr Luis Codina, de l’Organisation Panaméricaine de la Santé et de l'Organisation Mondiale de la Santé, (OPS/OMS), membre ;

 

Dr. Stanley Juin, Centre de controle et prévention des maladies (CDC) membre ;

 

Dr. Jean William Pape, Centres GHESKIO, membre ;

 

Dr. Fabriçe Julceus, Zanmi Lasante, membre ;

 

Dr. Jean Hugues Hentys, Association Médicale Haïtienne (AMH), membre ;

 

Wilcox Toyo, Société Haïtien,en de Santé Mentale (SHSM), membre ;

 

Dr. Joëlle Philohège, Pneumologue, membre ;

 

Dr. Ariel Henty, Neurochirurgien, membre ;

 

Dr. Guerda Coicou, Anesthésiologiste, membre ;

 

ALain Gilles, Sociologue, membre.

 

 

 

La cellule scientifique siège au Ministère de la Santé Publique qui met à disposition tous les moyens nécessaires à ses activités.

 

 

 

La cellule de communication de gestion de la crise et de sensibilisation de la population par rapport à la pandémie du Coronavirus est composée de :

 

 

 

Eddy Jackson Alexis, secrétaire d’État à la communication, Coordonnateur; Emmanuel Jean François, directeur de communication au Palais national, membre; Jean Romel Pierre, représentant de la primature, membre; Schiller Jean-Baptiste, représentant du Conseil national des télécommunications (CONATEL), membre; Jacques Sampeur, représentant d’association de médias, membre; Dieumaitre Dessources, représentant d’association de médias, membre; Jacques Desrosiers, représentant d’association de médias, membre; Stéphane Vincent, expert en technologie de la communication, membre; Djina Guillet Delatour, spécialiste en santé communautaire, membre; Guy Serge Pompilus, représentant de l’Institut haïtien de statistique et d’informatique (IHSI), membre; Albert Moleon, représentant de la Direction de la protection civile, membre.

 

 

 

 

Cette cellule a pour mission de Proposer au gouvernement la stratégie de communication nécessaire pour mieux atteindre la population, élaborer les produits de communication en fonction des décisions de la cellule gouvernementale, assurer la liaison entre la population et les cellules scientifique et gouvernementale et faire toute suggestion utile pour une communication efficace et efficiente.

 

 

 

Le siège de la commission est au ministère de la Culture et de la Communication qui met à sa disposition tous les moyens nécessaires à ses activités

 

 

 

 

 

Un citoyen testé positif au nouveau Coronavirus et placé en quarantaine dans le sud-est d’Haïti, a quitté le centre où il était suivi pour se réfugier dans la commune de Carrefour. Il aurait fui pour des raisons de sécurité, avons-nous appris.

 

Ce présumé pasteur qui, revenait récemment de New-York, avait éprouvé quelques malaises et présentait des symptômes du nouveau Coronavirus. Il aurait lui-même alerté les autorités sanitaires, le ministère de la santé publique et de la population, lui a fait subir un test  révélé positif au nouveau Coronavirus.

 

L'homme était suivi dans un centre dans le sud-est d’Haïti. Mais, craignant pour sa sécurité, il a quitté l’infirmerie pour se réfugier à Carrefour, dans le département de l’ouest.

 

"La population de Carrefour doit être plus vigilante. Un homme testé positif au  #  Covid 19 dans le sud'est a fui le centre où il a été admis et est venu se réfugier chez nous. Notre système d'infos nous a permis de le dénicher ce soir. Le MSPP officiel est déjà mobilisé.", pouvait-on lire dansa dans un tweet du maire de Carrefour, Jude Édouard Pierre.

 

Selon des informations parvenues à notre rédaction, le pasteur, présenté comme un bienfaiteur, n’aurait pas été animé d’une mauvaise intention, en quittant sa quarantaine.

 

Pour l’instant, sa sécurité est garantie par les autorités municipales de Carrefour de concert avec le commissariat Omega. Il est actuellement sous le contrôle du ministère de la santé publique qui devrait l’emmener dans un centre hospitalier.

 

Des décisions ont également été adoptées au niveau de la Mairie de Carrefour, pour réaliser une opération de nettoyage et de fumigation dans la zone où le pasteur s’était réfugié, apprend-on d’une source officielle évoquant une éventuelle mise en quarantaine de la zone.

 

Se prononçant contre toute forme de stigmatisation, le maire Jude Édouard Pierre a lancé un appel à la solidarité en ces moments difficiles. Il ne faut pas, dit-il, s’en prendre aux personnes atteintes du nouveau Coronavirus ou qui présenteraient des signes ou de symptômes qui font d’elles des cas suspects, a-t-il insisté.

 

Il assure que les autorités municipales continueront à être vigilantes et s’accrochent à leur mission de protéger la population. Les citoyens doivent rester chez eux s’ils n’ont aucune obligation de sortir, dit Jude Édouard Pierre, qui presse le gouvernement central d’impliquer davantage les mairies dans la gestion de la crise du Covid-19.

 

Nous, les maires, gestionnaires des communes, nous devons être informés des cas répertoriés dans nos communes, martèle Jude Edouard Pierre qui invite la direction de la protection civile à prendre la crise en main. Le ministère de la santé publique ne devrait pas être l’unique instance de gestion de la crise, a-t-il répété.

 

À date, pas moins de 15 cas positifs au coronavirus ont été confirmés dans le pays dont une dizaine dans le département de l’ouest.

 

DO/HPN

 

Dans un communiqué rendu public le lundi 23 mars, le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) a informé les agents éducatifs qu’il est en train de finaliser une plateforme numérique pédagogique afin de permettre aux élèves de continuer à suivre les cours à distance sur les programmes du fondamental et du secondaire.

Lire la suite...

 

Les funérailles de Jean-Hervé Paul, l’un des trois enfants de l’enseignante chevronnée de la République, Mme Marie Marthe Balin Paul, plus connue sous le nom de Mme Franck Paul du collège Canapé-Vert, ont été chantées ce samedi 21 mars.

Lire la suite...

Face au risque de l'introduction du Coronavirus en Haiti, des employés de la Secrétairerie d’État à l’alphabétisation (SEA), ont organisé une conférence-débat, mercredi animée par le Dr Érold Joseph, directeur de Santé scolaire au ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP). Ils ont appris à l'occasion les mesures de prévention à adopter, a constaté Haiti Press Network.

Lire la suite...

Il est coutume chez nous en Haïti de débuter l'année avec une bonne soupe au giraumon. Symbole de notre indépendance du 1er janvier 1804, la soupe au giraumon est plus connue dans notre pays sous le nom de Soup Joumou. Qu'on la prépare soi-même ou qu'on aille la déguster chez des parents, voisins et amis, pas question pour les haïtiens d'ici et d'ailleurs de rater la fameuse soupe joumou sous aucun prétexte ce 1er janvier. Tout en vous souhaitant nos vœux les meilleurs pour l'année 2017, HPN vous propose la recette de la Soupe au Giraumon/ Soup Joumou.

Lire la suite...

Connu sous le nom de Malanga en Haïti, le chou dur est un légume d’Amérique du Sud. Le chou dur (malanga) est l’un des aliments les moins allergéniques. Riches en fibres, potassium, hydrate de carbone, glucides, il  aide à contrôler la pression artérielle, aide à maintenir les niveaux de sucre dans le sang, contribue à améliorer la constipation et réduit le risque de maladie cardiaque. 

Lire la suite...

La tomate est un légume-fruit important pour la santé. Consommée crue ou cuite, en plus d’apporter un peu de couleur rouge à nos plats, la tomate apporte également de l’énergie à notre corps. Cet aliment sain, rafraîchissant, peut être mangé chaque jour.   

Lire la suite...

La République d'Haïti a fait l'émerveillement des barbadiens, des internautes du monde entier, notamment, de tous ceux qui suivaient le défilé qu'a organisé la Barbade, dimanche 21 Août, à l'occasion de l'ouverture officielle de la 13è édition du plus grand événement interculturel régional, Carifesta, réunissant les pays membres du Marché Commun de la Caraïbe (CARICOM).

"Parade citoyenne", c'est le nom de la présentation qu'Haïti a exposée sur le parcours. Une idée du Directeur Artistique de l'événement, Erol Josué, aussi Directeur Général du Bureau National d'Ethnologie d'Haïti (BNE).

Mais à côté de tout ce succès, il y a la main de l'humble styliste et modiste haïtienne, Arnelle Laguerre.

Née le 17 avril 1962, à Jérémie, dans le Département de la Grand'Anse, Arnelle Laguerre a fait la haute couture et travaille dans ce domaine depuis plus de 25 ans.

Sans trop le dire, elle a déjà habillé beaucoup de personnalités haïtiennes et d'artistes de renommée internationale, jusqu'à vêtir des familles présidentielles et des membres de Gouvernements.

"J'ai habillé l'ancienne première-Dame haïtienne de la République, Sophia Martelly, pendant 4 ans. J'ai fait des costumes de circonstances pour l'ancien Président Michel Martelly, notamment, pour le bal des reines organisé dans le Nord du pays, au Palais Sans Souci, à l'occasion du Carnaval tenu au Cap-Haïtien.", a confié Arnelle Laguerre, discrète, sans vouloir citer les noms des grandes familles de la Capitale qu'elle a déjà costumées.

"C'est avec un grand plaisir que j'ai répondu à l'invitation de l'Artiste, Érol Josué, pour confectionner ces costumes symbolisant les différentes périodes de l'histoire d'Haïti", a dit Arnelle Laguerre, expliquant qu'elle a fait de son mieux pour représenter les diverses périodes haïtiennes.

De la robe de la Reine Anacaona, pionnière du leadership féminin de la terre d'Haïti Quisqueya ou Boyo, la perle des Antilles, en passant par les costumes des Généraux, héros de la guerre de l'Indépendance d'Haïti, tout a été confectionné sur mesure afin de vendre la culture du pays aux étrangers et de faire la promotion du patrimoine culturel et de susciter la curiosité des touristes", a expliqué Mme Laguerre.

"J'ai voulu, par ces costumes, faire la promotion d'Haïti et présenter la culture nationale au monde entier. C'est la satisfaction des Haïtiens et l'effet que tout cela fait à l'étranger qui me rendent heureuse", a confié Arnelle Laguerre.

Notons qu'Arnelle Laguerre a été honorée par la Première-Dame haïtienne, Martine Moïse, et le Directeur Général du Bureau National d'Ethnologie (BNE),  Érol Josué, en reconnaissance de ses œuvres.

Jean Jul Désauguste
HPN, depuis Barbade

Haïti a marqué les esprits lors de la parade artistique marquant l’ouverture officielle de la 13ème édition de la plus grande manifestation interculturelle de la Caraïbe, dimanche 20 Août 2017, à la Barbade. C'est avec une "parade citoyenne" relatant toute l'histoire d'Haïti que le pays s'est fait représenter au défilé officiel de l'événement.

Une palette de stars, d'artistes de génie, de danseurs, de chanteurs à talents et en herbes et de personnalités publiques haitiennes, a composé le défilé d'Haïti qui a fait revivre toutes les périodes ayant jalonné l’évolution du premier peuple noir à proclamer son indépendance le premier Janvier 1804.

De l'âge des  taïnos, au triomphe des Généraux les plus légendaires de l'histoire militaire de l'humanité, jusqu'à la nation nègre, effrontée, maître du rythme et aussi têtue que le soleil, Haïti a brillé de mille feux à la parade internationale de Carifesta 2017, à la Barbade.

Ce que les officiels Barbadiens n'ont pas manqué de souligner à vive voix, lors de leurs interventions en la circonstance.

La participation d'Haïti à cette manifestation culturelle de portée régionale et internationale vient réaffirmer l'imagination créatrice de nos artistes et créateurs de génie et confirmer la dimension expressive de notre art et de notre culture.

Au cours de la même soirée des cérémonies officielles d’ouverture, le quartier touristique d’Oistin’s Park avait rendez-vous avec le ténor Haïtien de la Musique Racine, Boukman Eksperyans. La bande à Lòlò et Manzè a bien assuré, comme d'habitude.

Ces illustres spectateurs, notamment le Premier Ministre Barbadien, Freundel Stuart; le Secrétaire Général du CARICOM, Irwin Laroque et l’écrivaine américaine d’origine haïtienne, Edwige Danticat, se sont bien régalés de la performance d’une heure et demie du groupe haïtien.

Rappelons que la 12e édition de Carifesta a été organisée en Haïti, en Août 2015 et l'édition de cette année se déroule à la Barbade du 17 au 29 Août.

Jean Jul Désauguste
Hpn, depuis Barbade

Les entreprises juvéniles spécialisées dans la mode sont peu courantes dans le pays. Comme pour défier cette tendance, Calubu  Collections, depuis quatre années s’initient dans la mode en confectionnant des objets de tout genre. Nombreux sont ceux qui portent ces derniers jours les créations de Calubu.

Lire la suite...

 

 

 

Un camion contenant trois cents (300) sacs de riz de dix kilogrammes a été confié le 12 février 2020 à un leader communautaire en prélude à la préparation d'une distribution qui devrait avoir lieu à Lilavois 29 en plaine, au profit de la population nécessiteuse dans le cadre du projet "Panye Solidarite".

 

 

Malheureusement, ce camion rempli de riz a été intercepté pour sa commercialisation au marché "la bastille" de Mirebalais, ont annoncé jeudi les responsables du Fonds d’Assistance Economique et Sociale dans un communiqué.

 

 

Informé de la situation, le bureau régional du FAES dans le département du Centre a alerté les autorités policières et judiciaires qui se sont rendues sur les lieux pour faire le constat légal. Quatre personnes ont été interpellées et le dossier a été transféré au Parquet de la juridiction pour les suites nécessaires, a-t-on appris.

 

 

 

Le FAES encourage la population haïtienne en général et les bénéficiaires du Programme "Kore Pèp" en particulier à dénoncer tout cas similaire dont ils auraient connaissance pour ne pas se faire complice de tels agissements.

 

 

 

 

 

Jean Chrisnol Prophète

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

 

Des centaines de personnes habillées en couleur blanche ont marché pacifiquement dimanche dans les rues de Port-au-Prince pour dénoncer le viol perpétré contre des étudiantes qui revenaient des cours dans un quartier de la capitale, ont constaté des reporters de Haiti Press Network.

 

Le défilé a été organisé par des organisations de féministes qui se sont dit outrées par les violences subies par les femmes dans le pays et notamment les viols qui se sont multipliés ces dernières semaines ciblant des jeunes femmes.

 

« Il faut rompre le silence et dénoncer ces actes odieux », ont dénoncé les participants qui ont appelé la justice à faire son travail.

 

Les participants à la marche ont circulé dans plusieurs rues de la ville scandant des slogans contre la violence et le viol dont sont victimes des femmes.

 



Au moins trois personnes ont été blessées vendredi lors du braquage d’une succursale de la caisse populaire FONKOZE à Gros-Morne, dans le département de l’Artibonite. Les bandits ont tout emporté sur leur passage avant de prendre la fuite. Trois employés de l’institution ont été interpellés.

La police de Gros-Mors a interpellé 3 individus après le cambriolage d’une succursale de la caisse populaire FONKOZE dans cette ville du département de l’Artibonite. Il s’agit de deux agents de sécurité de l’institution ainsi que son responsable de développement.

L’attaque, perpétrée par plusieurs bandits armés, a également fait trois blessés parmi les employés. Avant de prendre la fuite, les malfrats ont tout emporté sur leur passage: argent et autres objets de valeurs dont des téléphones portables des clients et membres du personnel.

Ils ont échangé des tirs avec une patrouille de police au moment de fuir, selon ce que rapporte un témoin faisant état d’impacts de projectiles sur la voiture de police et les murs de maisons aux alentours.

 

 

 

 

 

Dans une note publiée, ce jeudi 26 mars 2020, l'Association Haïtienne des Medias en Ligne (AHML) félicite l'ensemble des journalistes et travailleurs de la presse qui, contre vents et marées, dans ce contexte difficile s'évertuent à informer la population. "Notre pays comme les autres pays de la planète fait face à un défi de taille, la pandémie du Coronavirus (Covid19)", écrit la note de ces médias indiquant que comme bien d'autres professionnels, la presse joue et jouera son rôle.

 

 

 

 

 

L'AHML enjoint ses membres ainsi que les autres travailleurs de la presse à aider à contenir la maladie. "Cette mission n'est possible que par la diffusion en ligne sans arrêt de l'information utile. Nos membres et l'ensemble de la corporation sont les tenants de la grande campagne de sensibilisation devant conduire la population à adopter de bonnes attitudes pour prévenir la maladie", croit l'Association Haïtienne des Medias en Ligne.

 

 

 

L'AHML exhorte les journalistes à pratiquer toutes les méthodes de prévention généralement quelconque édictées par les scientifiques contre le Covid19.

 

 

 

 

 

 

 

Éric Laguerre, animateur et comédien connu sous les noms de "Tom Malè" et "Manmi Pwela", est décédé dans la nuit du 7 au 8 mars 2020 à l'hôpital Espoir (Delmas 75). Il a succombé à un accident vasculaire cérébral (AVC), a-t-n appris de la famille.

 

 

 

Éric Laguerre qui revenait d'une fête vers 11h PM a ressenti un malaise avant de se rendre à ce centre hospitalier où il est passé de vie à trépas.

 

 

 

"Tom Malè avait des problèmes cardiaques", a révélé le PDG de Radio Télé Caraïbe, Patrick Moussignac soulignant que l'incendie de sa voiture, le 23 février dernier lors du mouvement des policiers, a été pour lui (Manmi Pwela) un grand choc.

 

 

 

La rédaction de HPN tient à exprimer ses sympathies à la famille et aux proches du défunt en général et en particulier à ses collaborateurs de la(RTVC) Radio Télé Caraïbes.

 

 

 

Jean Witchy Junior Augustin

 

 

 

 

 

 

 

 
 
Dans le but de continuer à servir dans les normes et permettre également au quotidien de reprendre du service, les journalistes du journal l’Union, entrés en fonction depuis 
novembre 2017, continuent de réclamer des autorités étatiques, la régularisation de leur statut au sein de l’institution.
 
 
« Depuis cinq mois, pourtant, les journalistes n’ont aucun statut régulier. Ils ne sont ni fonctionnaires ni contractuels. Les responsables n’ont daigné manifester aucune volonté de 
régulariser cette situation. Ce qui risque d’anéantir, pour les journalistes, toute possibilité de réclamer le paiement de leur salaire », nous a fait savoir un employé sous couvert de 
l’anonymat.
 
 
Pour le moins, dit-il, les journalistes de l’Union réclament le renouvellement de leur contrat de service, suivant les promesses verbales qui leur ont été faites. 
 
 
Par arrêté du 25 janvier 2018, un conseil a été érigé à la tête du journal,(conseil national de coordination des médias d’Etat et de service public)composé de trois membres : Jean Wilem 
Roméus, coordonateur; Serge Philipe Pierre, membre; Martine Chandelère, membre. 
 
 
Lequel comité a envoyé une correspondance au Premier ministre par intérim également ministre de la culture pour lui faire part de la requête des journalistes. Les journalistes qui demandent aux responsables de régulariser leur statut au sein de l’institution.
 
 
Le paiement des trois premiers mois d'arriérés de salaire, la nomination de tout le personnel de la rédaction, le cas échéant, le renouvellement du contrat de service des 
employés, font l’essentiel des recommandations des journalistes. Dans l’attente d’une réponse favorable à leurs revendications, ils n’entendent  entamer aucune autre forme de lutte.
 
« Pour l’instant nous tenons à alerter l’opinion publique. Nous n’allons pas anticiper sur les faits », affirme notre interlocuteur.
 
 
 
Jean Martin Galumette

Suite à notre article publié le 4 février dernier pour attirer l’attention titré : « En attendant la prochaine pluie pour une nouvelle catastrophe dans le quartier du président », les autorités concernées ont enfin pris la décision de curer une ravine complètement ensablée depuis des mois à Pèlerin 5. Cette ravine est celle sur laquelle est érigé un ponceau complètement bouché. Tandis que le cortège présidentiel s’y faufile quotidiennement en provenance ou à destination du Palais national, constate, Haiti Press Network.

Lire la suite...

L’insécurité demeure l’un des sujets dominants de l’actualité en Haïti, notamment à Port-au-Prince où les gangs armés qui défient souvent les forces de l’ordre opèrent en toute quiétude. Au Bicentenaire où l’espace ressemble à un désert, en dépit de la présence des institutions publiques et privées de renom, notamment la Primature où loge le Bureau du Premier ministre et le Tribunal de première instance de Port-au-Prince (Parquet), l’ombre de l’insécurité est évidemment remarquée, constate Haiti Press Network. 

Lire la suite...

 

 L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a annoncé le lancement d’un programme de renforcement de ses opérations en Haïti pour apporter une assistance agricole d’urgence à 1,2 million de personnes en insécurité alimentaire aiguë sévère. Afin de répondre aux besoins alimentaires immédiats et à long terme de ces populations à travers la réhabilitation de leurs moyens d’existence, la FAO mobilise 76 millions de dollars d'USD.

 

La FAO, pour faire face à la gravité de la situation, a ainsi mis en œuvre des procédures permettant une réponse coordonnée et exceptionnelle lui ayant déjà permis de mobiliser 1,5 million d’USD sur ses fonds propres qui permettront d’apporter une assistance agricole à 12 800 ménages (64 000 personnes) dans les départements du Nord'Est et de Nippes.

 

Selon la dernière Analyse du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (IPC), 3,7 millions de personnes sont actuellement en insécurité alimentaire aiguë sévère en Haïti (Phases 3-4 de l’IPC). Si aucune action n’était prise pour renforcer les moyens d’existence de ces personnes, ce chiffre pourrait passer à 4.1 millions à partir de mars 2020.

 

«Au vu de la sévérité de la situation, il est crucial de répondre de manière rapide pour soutenir les efforts du Gouvernement d’Haïti dans l’amélioration de la sécurité alimentaire et de la nutrition des communautés les plus touchées par la crise alimentaire», a déclaré M. José Luis Fernández, Représentant de la FAO en Haïti. L’intervention d’urgence de la FAO (janvier-mars 2020), en collaboration avec le Gouvernement d’Haïti et de nombreux partenaires opérationnels, sera axée sur la relance des activités de production pendant la saison agricole de printemps qui s’étale de mars à juin (généralement considérée comme la période de soudure).

 

En effet, la saison agricole de printemps est la plus importante pour la majorité des producteurs. Elle est adaptée à toutes les cultures vivrières, couvre toutes les zones agroclimatiques du pays et contribue à plus de 50 pour cent de la production agricole de l’ensemble du pays. L’appui aux ménages vulnérables dans le cadre de cette campagne consistera à fournir de semences vivrières et maraîchères ainsi que des outils agricoles afin de renforcer la production et augmenter la disponibilité et l’accessibilité alimentaires. Des transferts monétaires inconditionnels seront également fournis par le Programme Alimentaire Mondial (PAM) dans certaines zones pour assurer la sécurité alimentaire des familles pendant la saison de semis, avant la récolte.

 

Parmi les activités que la FAO mettra en œuvre dans le cadre du programme, on compte : la distribution d’animaux (chèvres et volailles) aux agro-éleveurs touchés par la sécheresse, la mise en place de cliniques vétérinaires mobiles, la fourniture de matériel de pêche et d’unités de conservation pour en faciliter la commercialisation ainsi que des activités d’espèces contre travail pour la réhabilitation d’infrastructures agricoles. En outre, un soutien technique sera fourni pour renforcer la cohésion sociale et la résilience des familles vulnérables, notamment à travers la mise en place de Champs Écoles Paysans et d’associations villageoises d’épargne et de crédit.

 

 «Outre le soutien agricole immédiat, nous appuyons le Gouvernement d’Haïti dans la recherche de solutions durables adaptées aux besoins du pays afin de renforcer les capacités institutionnelles, de développer les filières agricoles, de mieux gérer les ressources naturelles et de renforcer la résilience des ménages face aux catastrophes naturelles et aux crises alimentaires», a expliqué M. José Luis Fernández, tout en soulignant les activités lancées par l’Organisation en termes de production agricole, de diversification des revenus et de recapitalisation du cheptel des ménages les plus vulnérables.

PDN

SOURCE :  BUREAU FAO HAITI 

 

 

 

 

 

 

Dr Jerry Bitar responsable de l’hôpital Bernard Mews enlevé vendredi par des inconnus dans le quartier de Pèlerin dans les hauteurs de Pétion-ville a été libéré dans la soirée, a-t-on appris de plusieurs sources.

 

Aucune rançon n’a été versée aux ravisseurs. Aucune arrestation n’a été effectuée par la police, avons-nous appris.

 

Après l’enlèvement de Dr Bitar, les employés, et le personnel de santé de l’hôpital Bernard Mews avaient entamé un arrêt de travail pour exiger sa libération. Le président de la République Jovenel Moise avait lui lancé un appel aux ravisseurs demandant la libération du médecin.

 

Il a été relâché quelques heures plus tard. Il n’a subi aucune violence au moment de son bref kidnapping.

 

 

 

 

Le Docteur en médecine Jerry Bitar, Médecin Co-Responsable de l'hôpital Bernard Mews, un des hôpitaux les plus fréquentés de la capitale, a été enlevé ce matin par des inconnus dans le quartier de sa résidence dans les hauteurs de Pétion-ville, a appris Haiti Press Network.

 

 

 

Plusieurs médias ont annoncé la nouvelle du kidnapping perpétré ce matin non loin du domicile du docteur Bitar à Pèlerin.

 

 

 

Le personnel de l’hôpital Bernard Mews qui prend en charge les enfants dans sa section pédiatrie et les blessures par balles de la zone métropolitaine et du pays était très choqué par la nouvelle.

 

 

 

Ce kidnapping du Docteur Jerry Bitar arrive alors que le pays est confronté au Coronavirus et l'état d'urgence décrété par le gouvernement haïtien depuis huit (8) jours.

 

 

 

 

Les agents du Corps d'intervention et de maintien d'ordre(CIMO) ont procédé à une opération musclée dans le quartier de Delmas 95 suite à l'assassinat d'un frère d'armes mercredi. Pas moins de neuf(9) motocyclettes ont été incendiées toujours suite à cet incident. Ce jeudi 26 mars, les chauffeurs de taxi moto ont manifesté leur colère dans les rues de Pétion-Ville, plus précisément au niveau de Carrefour Hector et de marché Télélé, sur la route de Frères,  a constaté Haiti Press Network.

Lire la suite...
Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages