Dernieres Nouvelles

 

 
4 enfants et 20 autres personnes sont retrouvées vivantes dimanche au Pic Macaya, après une semaine de recherche.

Selon la Protection civile, depuis le tremblement de terre du 14 août dernier, qui a totalement ravagé le grand Sud, ces survivants étaient portés disparus. Grâce aux sauveteurs, ces 24 personnes ont la vie et  ont été héliportées à Camp Perrin.
 
Parallèlement, un avion militaire Brésilien est arrivé en Haïti, transportant de l’aide pour les victimes du séisme. L’avion qui a décollé en présence du Président Jair Bolsonaro transporte 32 sapeurs-pompiers, 7 tonnes de matériels d’urgence ,3.5 tonnes de médicaments.  
 
Entretemps la France déploie la frégate Germinal de la Marine Nationale pour voler au secours des victimes du séisme en Haïti .Le navire a transporté 47 tonnes de bien de première nécessité selon l’Ambassade de France en Haïti. Rappelons que le  dernier bilan partiel des victimes du séisme du 14 août, fait état de 2.207  décès ,344 personnes sont  portées disparues,12.268 blessés, 52.923 maisons  détruites et 77.006 maisons endommagées.
 
 
Yves Paul LEANDRE 

 

 

L’organisation Médecins sans Frontières a décidé lundi de suspendre ses activités dans le Centre d’urgence de Martissant, cible d’une attaque armée le week end écoulé, par des individus armés qui ont tiré à plusieurs reprises en direction du centre d’urgence au moment où les équipes de MSF assuraient la prise en charge des patients, a appris HPN.

 

« Aucun mort, ni blessé ne sont à déplorer parmi les occupants du Centre d’urgence », cependant l’Organisation médicale humanitaire estime qu’ « elle ne peut plus continuer à soigner la population sans mettre son personnel en danger », peut-on lire dans un conmuniqué publié par MSF.  

 

Face à ce climat d'insécurité, MSF a décidé d’évacuer son personnel et les patients du Centre d’urgence et suspend immédiatement ses activités à Martissant pour une semaine, selon Alessandra Giudiceandrea, cheffe de mission de MSF en Haïti.

 

L’attaque du samedi 26 juin 2021, est un évènement sans précédent, soutient Mme Giudiceandrea.

 

"Au moment où nous devrions pouvoir étendre nos activités en raison de la Covid-19 et d'autres besoins, nous nous battons pour garder nos structures ouvertes malgré des conditions sécuritaires déplorables", regrette la cheffe de mission qui insiste pour dire que la Mission veut retrouver les bâtiments du Centre d’urgence intacte après cette semaine d’arrêt des activités.

 

Rappelons que MSF fournit des soins médicaux en Haïti depuis 30 ans et le Centre d’urgence de Martissant, ouvert en 2006, est à ce jour le plus ancien projet MSF en Haïti. Pour poursuivre ses activités, l'Association doit être en mesure d'assurer la sécurité des patients et du personnel médical dans leurs déplacements et au sein des structures de santé. 

 

Yves Paul LEANDRE

 

 

 

Le Réseau Haïtien de Journalistes de la Santé (RHJS) continue d’alerter les citoyens sur la tendance, toujours à la hausse, des cas positifs au Covid-19 ainsi   que le nombre des décès enregistrés dans le pays. Les citoyens sont invités à redoubler de vigilance.

 

Le secrétaire général du Réseau Haïtien de Journalistes en Santé (RHJS), le docteur Odilet Lespérance, attire l’attention des citoyens sur la nécessité de redoubler de vigilance pour réduire les risques de propagation du nouveau Coronavirus.

 

Suivant les dernières données publiées par le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP) sur l’évolution de la maladie en Haïti, 32 personnes sont mortes du 13 au 18 juin contre 15 par rapport à la semaine d’avant.

 

S’agissant des nouvelles contaminations, le MSPP a enregistré 851 cas avérés contre 789, a souligné le docteur Lespérance. La majorité des cas (62.5%) ont été enregistrés dans le département de l’Ouest suivi du Plateau Central (9.37%).

 

Le docteur Lespérance met aussi l’accent sur la nécessité qu’une attention particulière soit portée aux personnes âgées de plus de 50 ans, rappelant que 28.1% des décès ont été enregistrés dans la tranche d’âge comprise entre 50 et 59 ans.

 

Ce sont, pour la plupart, rappelle-t-il, des gens présentant des comorbidités et donc plus à risque de présenter des complications. Il encourage les autorités à prendre des mesures pour faciliter l’accès aux centres de prise en charge dont celui de Delmas 2 et de faire en sorte que le personnel soignant puisse travailler dans la sérénité.

 

Le docteur Lespérance intervenait dans le cadre du programme dénommé « les jeudi du RHJS » qui, pour ce 24 juin, portait sur l’impact de la Covid-19 sur la grossesse.

 

L’intervenant principal, le docteur Grégory Beaugé, a fait remarquer que les femmes enceintes font partie de la catégorie à risque moyen et modéré et qu’à partir du 3e trimestre, les risques d’accouchement précoces ont tendance à augmenter.

 

Il encourage les femmes enceintes à se faire vacciner contre la Covid-19 soulignant que, jusqu’ici, les risques de complications n’ont pas été prouvés. Au 18 juin, la Covid-19 a tué 393 personnes sur 17 710 cas avérés.

 

Le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) a communiqué, lundi 30 août 2021, les résultats partiels des examens d’État de la 9e année fondamentale pour quatre (4) départements scolaires. Il s’agit de l’Ouest, du Sud-Est, du Centre et de l’Artibonite.

Lire la suite...

Le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP), à travers une circulaire portant la signature de la ministre Marie Lucie Joseph, a informé de la création d’une Cellule d’urgence pour la gestion post-séisme et la facilitation de la rentrée scolaire dans le grand Sud. Lire le contenu de la circulaire ci-dessous. 

Lire la suite...

 

La ministre de d’Éducation nationale et de la Formation professionnelle a été durant trois jours dans le grand Sud du pays pour constater l’ampleur des dégâts causés dans cette région à la suite du tremblement de terre enregistré au matin du samedi 14 août écoulé. De manière plus spécifique, la ministre Marie Lucie Joseph voulait avoir une première idée de la situation en attendant les rapports des équipes techniques du ministère déjà déployées sur le terrain, a appris à HPN le Bureau de communication du MENFP.

Lire la suite...

Il est coutume chez nous en Haïti de débuter l'année avec une bonne soupe au giraumon. Symbole de notre indépendance du 1er janvier 1804, la soupe au giraumon est plus connue dans notre pays sous le nom de Soup Joumou. Qu'on la prépare soi-même ou qu'on aille la déguster chez des parents, voisins et amis, pas question pour les haïtiens d'ici et d'ailleurs de rater la fameuse soupe joumou sous aucun prétexte ce 1er janvier. Tout en vous souhaitant nos vœux les meilleurs pour l'année 2017, HPN vous propose la recette de la Soupe au Giraumon/ Soup Joumou.

Lire la suite...

Connu sous le nom de Malanga en Haïti, le chou dur est un légume d’Amérique du Sud. Le chou dur (malanga) est l’un des aliments les moins allergéniques. Riches en fibres, potassium, hydrate de carbone, glucides, il  aide à contrôler la pression artérielle, aide à maintenir les niveaux de sucre dans le sang, contribue à améliorer la constipation et réduit le risque de maladie cardiaque. 

Lire la suite...

La tomate est un légume-fruit important pour la santé. Consommée crue ou cuite, en plus d’apporter un peu de couleur rouge à nos plats, la tomate apporte également de l’énergie à notre corps. Cet aliment sain, rafraîchissant, peut être mangé chaque jour.   

Lire la suite...

La République d'Haïti a fait l'émerveillement des barbadiens, des internautes du monde entier, notamment, de tous ceux qui suivaient le défilé qu'a organisé la Barbade, dimanche 21 Août, à l'occasion de l'ouverture officielle de la 13è édition du plus grand événement interculturel régional, Carifesta, réunissant les pays membres du Marché Commun de la Caraïbe (CARICOM).

"Parade citoyenne", c'est le nom de la présentation qu'Haïti a exposée sur le parcours. Une idée du Directeur Artistique de l'événement, Erol Josué, aussi Directeur Général du Bureau National d'Ethnologie d'Haïti (BNE).

Mais à côté de tout ce succès, il y a la main de l'humble styliste et modiste haïtienne, Arnelle Laguerre.

Née le 17 avril 1962, à Jérémie, dans le Département de la Grand'Anse, Arnelle Laguerre a fait la haute couture et travaille dans ce domaine depuis plus de 25 ans.

Sans trop le dire, elle a déjà habillé beaucoup de personnalités haïtiennes et d'artistes de renommée internationale, jusqu'à vêtir des familles présidentielles et des membres de Gouvernements.

"J'ai habillé l'ancienne première-Dame haïtienne de la République, Sophia Martelly, pendant 4 ans. J'ai fait des costumes de circonstances pour l'ancien Président Michel Martelly, notamment, pour le bal des reines organisé dans le Nord du pays, au Palais Sans Souci, à l'occasion du Carnaval tenu au Cap-Haïtien.", a confié Arnelle Laguerre, discrète, sans vouloir citer les noms des grandes familles de la Capitale qu'elle a déjà costumées.

"C'est avec un grand plaisir que j'ai répondu à l'invitation de l'Artiste, Érol Josué, pour confectionner ces costumes symbolisant les différentes périodes de l'histoire d'Haïti", a dit Arnelle Laguerre, expliquant qu'elle a fait de son mieux pour représenter les diverses périodes haïtiennes.

De la robe de la Reine Anacaona, pionnière du leadership féminin de la terre d'Haïti Quisqueya ou Boyo, la perle des Antilles, en passant par les costumes des Généraux, héros de la guerre de l'Indépendance d'Haïti, tout a été confectionné sur mesure afin de vendre la culture du pays aux étrangers et de faire la promotion du patrimoine culturel et de susciter la curiosité des touristes", a expliqué Mme Laguerre.

"J'ai voulu, par ces costumes, faire la promotion d'Haïti et présenter la culture nationale au monde entier. C'est la satisfaction des Haïtiens et l'effet que tout cela fait à l'étranger qui me rendent heureuse", a confié Arnelle Laguerre.

Notons qu'Arnelle Laguerre a été honorée par la Première-Dame haïtienne, Martine Moïse, et le Directeur Général du Bureau National d'Ethnologie (BNE),  Érol Josué, en reconnaissance de ses œuvres.

Jean Jul Désauguste
HPN, depuis Barbade

Haïti a marqué les esprits lors de la parade artistique marquant l’ouverture officielle de la 13ème édition de la plus grande manifestation interculturelle de la Caraïbe, dimanche 20 Août 2017, à la Barbade. C'est avec une "parade citoyenne" relatant toute l'histoire d'Haïti que le pays s'est fait représenter au défilé officiel de l'événement.

Une palette de stars, d'artistes de génie, de danseurs, de chanteurs à talents et en herbes et de personnalités publiques haitiennes, a composé le défilé d'Haïti qui a fait revivre toutes les périodes ayant jalonné l’évolution du premier peuple noir à proclamer son indépendance le premier Janvier 1804.

De l'âge des  taïnos, au triomphe des Généraux les plus légendaires de l'histoire militaire de l'humanité, jusqu'à la nation nègre, effrontée, maître du rythme et aussi têtue que le soleil, Haïti a brillé de mille feux à la parade internationale de Carifesta 2017, à la Barbade.

Ce que les officiels Barbadiens n'ont pas manqué de souligner à vive voix, lors de leurs interventions en la circonstance.

La participation d'Haïti à cette manifestation culturelle de portée régionale et internationale vient réaffirmer l'imagination créatrice de nos artistes et créateurs de génie et confirmer la dimension expressive de notre art et de notre culture.

Au cours de la même soirée des cérémonies officielles d’ouverture, le quartier touristique d’Oistin’s Park avait rendez-vous avec le ténor Haïtien de la Musique Racine, Boukman Eksperyans. La bande à Lòlò et Manzè a bien assuré, comme d'habitude.

Ces illustres spectateurs, notamment le Premier Ministre Barbadien, Freundel Stuart; le Secrétaire Général du CARICOM, Irwin Laroque et l’écrivaine américaine d’origine haïtienne, Edwige Danticat, se sont bien régalés de la performance d’une heure et demie du groupe haïtien.

Rappelons que la 12e édition de Carifesta a été organisée en Haïti, en Août 2015 et l'édition de cette année se déroule à la Barbade du 17 au 29 Août.

Jean Jul Désauguste
Hpn, depuis Barbade

Les entreprises juvéniles spécialisées dans la mode sont peu courantes dans le pays. Comme pour défier cette tendance, Calubu  Collections, depuis quatre années s’initient dans la mode en confectionnant des objets de tout genre. Nombreux sont ceux qui portent ces derniers jours les créations de Calubu.

Lire la suite...

 

Les habitants du quartier Loé dans la zone de Juvénat, Pétion˗Ville, ont découvert 6 personnes inanimées à l’intérieur d’une maison dans la matinée du 28 mars. Ces dernières, apparemment membres d’une même famille, portaient des traces de coups et de blessures. Les deux plus jeunes succomberont suite à cette attaque mystérieuse. Stupéfiés, les habitants de la zone attribuent les faits au surnaturel. Retour sur une histoire rocambolesque avec Kervens Olivier qui a été recueilli les témoignages des habitants du quartier pour l’agence

Lire la suite...

 

 

 

Un camion contenant trois cents (300) sacs de riz de dix kilogrammes a été confié le 12 février 2020 à un leader communautaire en prélude à la préparation d'une distribution qui devrait avoir lieu à Lilavois 29 en plaine, au profit de la population nécessiteuse dans le cadre du projet "Panye Solidarite".

 

 

Malheureusement, ce camion rempli de riz a été intercepté pour sa commercialisation au marché "la bastille" de Mirebalais, ont annoncé jeudi les responsables du Fonds d’Assistance Economique et Sociale dans un communiqué.

 

 

Informé de la situation, le bureau régional du FAES dans le département du Centre a alerté les autorités policières et judiciaires qui se sont rendues sur les lieux pour faire le constat légal. Quatre personnes ont été interpellées et le dossier a été transféré au Parquet de la juridiction pour les suites nécessaires, a-t-on appris.

 

 

 

Le FAES encourage la population haïtienne en général et les bénéficiaires du Programme "Kore Pèp" en particulier à dénoncer tout cas similaire dont ils auraient connaissance pour ne pas se faire complice de tels agissements.

 

 

 

 

 

Jean Chrisnol Prophète

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

 

Des centaines de personnes habillées en couleur blanche ont marché pacifiquement dimanche dans les rues de Port-au-Prince pour dénoncer le viol perpétré contre des étudiantes qui revenaient des cours dans un quartier de la capitale, ont constaté des reporters de Haiti Press Network.

 

Le défilé a été organisé par des organisations de féministes qui se sont dit outrées par les violences subies par les femmes dans le pays et notamment les viols qui se sont multipliés ces dernières semaines ciblant des jeunes femmes.

 

« Il faut rompre le silence et dénoncer ces actes odieux », ont dénoncé les participants qui ont appelé la justice à faire son travail.

 

Les participants à la marche ont circulé dans plusieurs rues de la ville scandant des slogans contre la violence et le viol dont sont victimes des femmes.

 

 

 

La presse sportive haïtienne est en deuil avec le départ inattendu de Pierre Paul Charles à l'âge de 76 ans. L'ancien chroniqueur de Radio Haïti inter dans les années 70 et pionnier de la section sportive de la TNH  aux cotés de feu l'ex-colonel Georges Valcin, Danny Danache et Philippe Vorbe, est mort d'une infection urinaire sevère. Ce brillant journaliste sportif a marqué la jeunesse haïtienne des années 1980 lors de la coupe du monde au Mexique.

 

Smith Griffon, chroniqueur sportif et Coordonnateur de la section sportive au sein de la TNH, se dit attristé en apprenant la nouvelle. Pierre Paul Charles était un icône, un modèle pour les jeunes de sa génération.

 

" J'ai eu l'occasion de travailler avec lui, à l'époque, où il était chef de service des sports, et c'est là, que j'ai reçu le flambeau entre ses mains" affirme M. Griffon, qui continue à date, de prêter ses services à cette station d'Etat, située entre Delmas 31 et 33, depuis 23 ans. 

 

Pierre Paul Charles était un grand spécialiste au Bureau de l'Energie et des Mines. C'est à Juvénat, Pétion-ville qu'il vivait ses derniers instants avant de rendre l'âme.

 

C'est une perte pour le pays et pour le monde du sport. Nous espérons que la TNH, lui rendra un vibrant hommage pour ses services rendus avec brio lors de son passage, au média d'Etat.

 

 

Yves Paul LEANDRE  

 

En visite de courtoisie ce mardi 3 août, à la Télévision Nationale d'Haïti (TNH), le Ministre de la Culture et de la Communication, plaide en faveur d'une programmation qui donne plus de place aux jeunes à la télévision d'Etat, qu'il souhaite transformer en média de service public.

 

Jean Emmanuel Jacquet croit que cette stratégie  fait partie des ambitions du Gouvernement d'Ariel Henry. Le titulaire du MCC,  accompagné du Directeur Général de la Culture, Camy J. Depas, exhorte le DG de la Télévision, M. Gamall Jules Augustin, à reprendre les activités culturelles au sein de la télévision, suspendues suite à la remontée spectaculaire du coronavirus dans le pays.

 

Selon le Ministre, il faut que la TNH résonne avec ses téléspectateurs, qu’elle soit plus en phase avec le public jeunesse. Le Ministre a invité M. Augustin à travailler sans relâche afin de reconquérir ce public qui déserte de plus en plus la télévision, lassé des programmes uniquement à caractère politique. il faut un peu plus d'audace, un peu plus d'ambition et une télévision publique dynamique pour atteindre cet objectif.

 

Et dans la ligne de mire des émissions Show biz, mettant en lumière les artistes, de toute catégorie sociale confondue. Ce que le Directeur général de la TNH, promet de faire, d'ici le 15 août prochain, avec la reprise de Culture 8, Entre les mots et la patronale.

 

Pour la couverture nationale, la TNH est à 60 à 65 %. D'importants efforts sont consentis pour couvrir le Grand Nord, et  le Grand Sud, avec le tower renversé lors du dernier cyclone, la télé n'envoie plus de signaux efficaces dans le département du Sud. Le Ministre et le DG de la TNH , se sont mis d'accord pour une étude approfondie avec des propositions avant la tenue des prochaines élections.

 

Le Ministre s'est rendu au local de la Radio Nationale d'Haïti (RNH), situé  à Delmas 65, pour partager avec le Directeur Général, Daniel Joseph, les mêmes consignes, à savoir rajeunir la station qui a un personnel de 119 employés et 3 contractuels. Le Ministre Jacques est abasourdi de voir les employés de ce réseau culturel national, entassés dans un espace exigu.

 

Passé à l'antenne, à l'émission " Ayiti je kale", le Ministre propose de révolutionner  la programmation trop politisée, en insérant des émissions à caractère culturel et éducatif pour non seulement féminiser l’antenne, mais aussi la rajeunir. 

 

Rappelons que lors de son installation le 21 juillet dernier, le Ministre Jean Emmanuel Jacquet avait souhaité que les médias de service public, aient une autre considération dans certaines décisions administratives et au niveau de la politique publique. Le Ministre entendait que les médias d'Etat continuent à jouer un rôle majeur dans l’éducation, la vulgarisation et le développement des grands projets du gouvernement en faveur de la population haïtienne. 

 

Yves Paul LEANDRE

 

 

À l’initiative de plusieurs associations de Journalistes dont l’AHJI, l’AHJEDD et l’AJH en collaboration avec Radio Vision 2000 une messe de requiem a été célébrée en l’Eglise Saint-Louis Roi de France à Turgeau samedi, en mémoire de notre confrère Diego Charles et de la militante Marie Antoinette Duclaire, assassinés dans la nuit du 29 au 30 juin dernier à Christ-Roi.

 

Plusieurs proches de la famille, amis, collaborateurs et confrères de Diego Charles ont pris part à cette cérémonie présidée par le Rev. Père Laurent Pierre.

 

Dans son homélie de circonstance, le religieux a dénoncé l’injustice et l’inégalité sociale qui caractérise la société haïtienne qui ont causés la mort de Diego Charles.

 

Père Laurent Pierre a salué le travail impeccable de Diego Charles qu’il a présenté comme un professionnel combatif, respectueux et plein d’humilité.

« Diego Charles a été l’un des meilleurs reporter à la Vision2000, très fougueux, très dynamique », a vanté Enock Arisma directeur de l’information de la salle de des nouvelles de Vision2000.

 

« Que son âme repose en paix, que ses assassins ne retrouvent plus jamais de sommeil. Qu’ils soient arrêtés, jugés et sanctionnés. On ne demande pas plus » a lâché avec une voix triste Enock Arismat.

 

Trop ému au moment de présenter ses mots de circonstance, Hansy Mars, coordonnateur de l’AHJEDD dont Diego Charles était un membre, n’a pas pu terminer ses propos.

 

Ruben Dumont de l’AHJI a eu le courage de prendre sa place pour remercier tous ceux et celles qui ont contribué à la réussite de cette messe de requiem en mémoire de Diego Charles.

 

Après la cérémonie religieuse, une offrande florale a été effectuée sur les lieux du crime à la rue Acacia à Christ-Roi. Des collaborateurs et proches de Diego Charles étaient inconsolables en la circonstance.

 

 

En 2030, des milliards de personnes à travers le monde n’auront pas accès à des services d’approvisionnement en eau potable, d’assainissement et d’hygiène gérés en toute sécurité si le taux de progression actuel n’est pas multiplié par quatre, d’après un nouveau rapport de l’OMS et de l’UNICEF.

 

Le rapport du Programme commun OMS/UNICEF de suivi de l’approvisionnement en eau, de l’assainissement et de l’hygiène intitulé Progress on household drinking water, sanitation and hygiene 2000 – 2020 (« Progrès en matière d’eau potable, d’assainissement et d’hygiène des ménages, 2000-2020 ») présente des estimations sur l’accès des ménages au cours des cinq dernières années aux services d’approvisionnement en eau potable, d’assainissement et d’hygiène gérés en toute sécurité et évalue les progrès accomplis en vue d’atteindre le sixième objectif de développement durable (ODD). Ce dernier consiste à « garantir l’accès de tous à des services d’alimentation en eau et d’assainissement gérés de façon durable d’ici à 2030 ». Pour la première fois, le rapport présente également des données nationales émergentes sur la santé menstruelle.

 

En 2020, environ une personne sur quatre n’avait pas accès à de l’eau potable gérée en toute sécurité à son domicile et près de la moitié de la population mondiale était privée de services d’assainissement gérés en toute sécurité. La pandémie de COVID-19 a souligné le besoin urgent de donner à tout le monde la possibilité de se laver correctement les mains. Au début de la pandémie, trois personnes sur dix dans le monde ne disposaient d’aucune installation à domicile permettant de se laver les mains avec de l’eau et du savon.

 

« Se laver les mains est l’un des moyens les plus efficaces de prévenir la propagation de la COVID-19 et d’autres maladies infectieuses mais des millions de personnes dans le monde n’ont toujours pas accès à un approvisionnement fiable et sûr en eau », déclare le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS. « Si nous voulons mettre fin à cette pandémie et établir des systèmes de santé plus résilients, investir dans le domaine de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène doit être une priorité mondiale. »

 

Les progrès réalisés demeurent insuffisants

 

Le rapport souligne que certains progrès ont été accomplis en vue de parvenir à l’accès universel à des services d’approvisionnement en eau, d’assainissement et d’hygiène (EAH) de base. En effet, entre 2016 et 2020, la proportion de la population mondiale ayant accès à de l’eau potable gérée en toute sécurité à domicile a augmenté, passant de 70 % à 74 % tandis que l’accès aux services d’assainissement gérés en toute sécurité est passé de 47 % à 54 % et l’accès aux installations permettant de se laver les mains avec de l’eau et du savon de 67 % à 71 %.

 

En 2020, pour la première fois, les installations améliorées d’assainissement sur site, par exemple les latrines à fosse et les fosses septiques, qui permettent de contenir et de traiter les déchets, ont davantage été utilisées que le réseaux d’égouts. Aussi, il est nécessaire que les gouvernements veillent à fournir un appui adéquat à l’assainissement sur site géré en toute sécurité, y compris au traitement des boues fécales.

 

Un besoin urgent d’investissement

 

Le rapport indique clairement que si les tendances actuelles se poursuivent, des milliards d’enfants et de familles resteront privés de services EAH essentiels et vitaux, et précise que d’ici à 2030 :

 

  • Seuls 81 % de la population mondiale auront accès à de l’eau potable à domicile, tandis qu’1,6 milliard de personnes en seront toujours privées ;
  • Seuls 67 % bénéficieront de services d’assainissement sûrs, laissant de côté 2,8 milliards de personnes ;
  • Et seuls 78 % auront accès à des installations de base de lavage des mains, quand 1,9 milliard de personnes en seront toujours dépourvues.

 

Le rapport signale également de profondes inégalités, les enfants et les familles vulnérables étant les plus durement touchés. Pour parvenir d’ici à 2030 à l’accès universel à l’eau potable gérée en toute sécurité, il faudrait multiplier par 10 le rythme actuel de progression dans les pays les moins avancés. Dans les contextes fragiles, où le risque de manquer d’eau potable est deux fois plus élevé, ce taux devrait être multiplié par 23.

 

« Avant la pandémie, des millions d’enfants et de familles manquaient déjà cruellement d’eau salubre, d’un assainissement sûr et d’un endroit où se laver les mains », explique la Directrice générale de l’UNICEF, Henrietta Fore. « Malgré les progrès remarquables réalisés à ce jour pour étendre ces services vitaux, les besoins, croissants et très préoccupants, restent supérieurs aux moyens dont nous disposons pour y répondre. Il est temps d’accélérer considérablement nos efforts pour répondre aux besoins les plus élémentaires de chaque enfant et de chaque famille en matière de santé et de bien-être, en leur permettant en particulier de combattre des maladies infectieuses comme la COVID-19. »

 

Parmi les autres principaux constats du rapport figurent les points suivants :

 

  • Huit personnes sur dix privées de services d’approvisionnement en eau de base vivent en milieu rural. Les services d’assainissement gérés en toute sécurité bénéficient à 62 % de la population urbaine mondiale mais à seulement 44 % de la population rurale.
  • C’est en Afrique subsaharienne que les progrès sont les plus lents. Seuls 54 % des habitants de cette région utilisent de l’eau potable, une proportion qui chute à 25 % dans les contextes fragiles.
  • D’après les données émergentes sur la santé menstruelle, de nombreux pays comptent une proportion importante de femmes et de filles ne pouvant répondre à leurs besoins en matière de santé menstruelle, des disparités importantes existant en particulier parmi les groupes vulnérables, tels que les populations pauvres et les personnes handicapées.

 

Accélérer l’accès à l’EAH requerra des organismes internationaux, des gouvernements, de la société civile et du secteur privé qu’ils hissent cette problématique au rang des priorités aux plus hauts niveaux des processus décisionnels. Pour ce faire, la question de l’EAH doit être constamment inscrite à l’ordre du jour des réunions politiques de haut niveau afin que les États Membres puissent suivre les progrès accomplis dans ce domaine. Cette démarche est particulièrement importante dans le contexte de l’examen à mi-parcours de la Décennie d’action sur l’eau qui aura lieu en 2023, puisqu’il s’agira de la première conférence des Nations Unies sur l’eau et l’assainissement depuis près de 50 ans.

 

 

L'Agence Française de Développement (AFD) et le Fonds Haïtien pour la Biodiversité (FHB) ont paraphé, le mercredi 16 juin 2021, un accord en vue du financement à hauteur de 11 millions d'euros des projets durables sur l'environnement et le climat en Haïti.

 

"31 aires protégées Co-habitent en Haïti et sont en pleine dégradation", tel est le constat de l'ambassadeur plénipotentiaire de la France en Haïti, José Gomez justifiant la contribution financière de l'AFD dans la préservation du bien commun.

 

José Gomez a indiqué que le fonds sera utilisé dans certains projets préservant la biodiversité  dont la protection des Mangroves à Saint Louis du Sud, des orchidées, des tortues, etc...

 

Le président du fonds thaïtien pour la biodiversité, Huswald Timothée, a  remercié les autorités françaises de ce support gigantesque en faveur de l'environnement et le climat en Haïti. Il en a profité pour appeler à la mobilisation dudit fonds dans les meilleurs délais. Huswald Timothée a informé qu'un million d'euros du fonds ira aux assistances techniques et 10 millions serviront au financement de projets d'envergure que proposeront les acteurs évoluant dans ce champ.

 

Gaëlle Letilly, directrice de l'AFD, quant à elle, s'est réjouie de cette signature de la convention de financement. Elle dit espérer voir de réels impacts d'un tel fonds sur l'environnement et le climat dans le pays à l'horizon 2026 date de l'expiration du pacte.

 

Notons que la République de France, la Banque Mondiale et l'Allemagne ont tous mis des enveloppes de financements de la biodiversité dans le pays.

 

Diverses personnalités ont pris part à cette cérémonie de signature dont le directeur général du Ministère de l'Environnement, Astrel Joseph et l'ambassadeur de la République  d'Allemagne en Haïti, Jens-Kraus Massé.

Après plus d’une douzaine d’années de lancement du projet de construction, suite à un article que j’avais publié dans le journal Le Matin sous le gouvernement de Jacques Édouard Alexis titré : « La route de la honte ! », la route nationale # 7 qui mène au département de la Grand’Anse, est devenue enfin une route digne de son nom, constate Haiti Press Network.

Lire la suite...

 

 

 

La Direction de la Police Nationale d’Haïti a présenté mardi un comité de suivi chargé d’assurer la sécurité des convois humanitaires destinés aux victimes du tremblement de terre du grand Sud, a annoncé la Direction de la police nationale.

 

Ce comité est composé de : L’Inspecteur Général Joseph Smith Peyo, la Commissaire Divisionnaire Jeannette Bateau ; le Commissaire Divisionnaire Jacques Joël Orival ; le Commissaire Divisionnaire Pierre Louis Canger et Yves Stark.

 

Cette structure vient après que des individus avaient attaqué et pillé plusieurs camions de l’Organisation Food For The Poor contenant de l’aide humanitaire pour les familles victimes du tremblement de terre dans le département de la Grand-Anse. L’organisme avait dénoncé cette attaque en appelant les autorités compétentes à assumer leur responsabilité. Food For The Poor n’est pas la seule à se plaindre de cette situation.

 

D’autres groupes ont subi le même sort et ont appelé au secours des autorités compétentes. Le Gouvernement d’Ariel Henry avait condamné les dernières attaques contre les convois humanitaires dans les zones de Camp-Perrin, de Duchity, de la Rivière Glace. Des aides qui étaient destinées aux mairies de Jérémie, d’Abricots, de Pestel et des Îles Cayemites, dans le cadre de l’assistance aux victimes du tremblement de terre du 14 Août 2021, ont été pillées par des malfrats sur la route. Ce comité de suivi de la PNH met un numéro disponible à toutes fins utiles en composant le 122.

 

Yves Paul LEANDRE 

 

 

 Plus de 130 agents de l’Unité départementale de maintien d’ordre (UDMO) dans le Nord ont été transférés dans d’autres départements géographiques du pays.

 

Une décision prise par le directeur général a.i de la PNH Leon Charles. Il est reproché à ces policiers d’avoir été notamment trop passifs lors des actes de vandalisme et de violence perpétrés dans la deuxième ville du pays en marge des funérailles de l’ex-président Jovenel Moïse.

 

Des entreprises dont la succursale de Valerio Canez au Cap-Haïtien avaient été pillées et incendiées.  

 

Le haut commandement de la Police Nationale d’Haïti réfléchissait déjà à transférer ces policiers depuis l’attaque contre le groupe Sweet Micky par des individus non-identifiés, à l’occasion des festivités du carnaval national organisé en 2020 dans la Cité Christophienne,  où l’ex-président Michel Martelly avait été sauvé de justesse.

 

 

 

Des organisations syndicales évoluant dans le secteur du transport en commun se disent révoltées par le nouveau drame survenu le jeudi 5 août dernier sur la route nationale numéro deux à hauteur de Martissant.

 

Au moins deux personnes ont été tuées ce jour-là et plusieurs autres blessées suite à une fusillade dont un autobus du transport en commun a été la cible. Le chauffeur et l’un des passagers ont été tués et plusieurs autres passagers sont sortis blessés.

 

Il n’est pas normal que le tronçon de Martissant/Fontamara, sur la RN2, soit livré aux groupes armés qui s’affrontent dans la 3e circonscription de Port-au-Prince, s’est indigné Duclos Bénissoit, le coordonnateur Le du Mouvement Unifié des Transporteurs Haïtiens (MUTH).

On ne peut pas accepter que les gangs rivaux qui s’affrontent y sèment le deuil et font régner la terreur, a-t-il dit, précisant que cette situation dure depuis plus de deux mois.

Le syndicaliste appelle à un soulèvement général pour contraindre les autorités à assumer leurs responsabilités.

Pour sa part, le porte-parole de l’Association des Propriétaires et Chauffeurs Haïtiens (APCH), Petrus Lerice, a précisé que ce sont plusieurs véhicules du transport en commun qui ont été attaqués jeudi à Martissant et nul n’est en mesure d’indiquer le nombre exact de victimes qu’ont fait ces attaques.

Il fait aussi remarquer que ce n’est pas la première fois que les bandits armés s’en prennent aux véhicules qui s’aventurent sur l’axe Martissant/Fontamara, reliant la capitale Port-au-Prince, à quatre des neuf autres départements du pays : les Nippes, le Sud-Est, le Sud et la Grand’Anse.

 
Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages