Haïti-Politique-Crise : Lambert salue la reconduction de Claude Joseph, l’opposition toujours hostile au référendum de Jovenel Moïse

Politique
Typographie

 

Réagissant à la reconduction de Claude Joseph à la Primature, le sénateur Joseph Lambert, a dans un tweet, salué la nomination de Claude Joseph une fois de plus à la tête du gouvernement intérimaire pour une période de temps indéterminée. Entre-temps, l’opposition politique maintient sa décision de camper en face de l’organisation du référendum constitutionnel de Jovenel Moïse, en dépit du désaccord de la Maison blanche, a constaté Haiti Press Network.

Selon le sénateur Joseph Lambert, président du tiers du Sénat, la reconduction du Dr Claude Joseph à la tête de la Primature, est une décision de sagesse qui, juge-t-il, pourrait aider à trouver un accord politique, susceptible de sortir le pays de la crise qui perdure.

 

« La reconduction du Premier ministre a.i. Claude Joseph pourrait être saisie comme une décision de sagesse. Le temps pour un accord politique qui amènera enfin le gouvernement d’union nationale », a écrit l’élu du Sud-est dans son tweet.

 

Entre temps, la nation vogue en plein dans le doute. Si le président du Sénat voit dans la reconduction de M. Claude Joseph une décision de sagesse qui pourrait déboucher sur un dénouement heureux à la crise politique qui engendre tant d’autres maux dans le pays, notamment la violence des gangs armés et la vie chère, l’aile dure de l’opposition politique tient mordicus quant à sa volonté de faire échec à ce projet ambitieux du locataire du palais national qu’est l’organisation du référendum en vue de doter le pays d’une nouvelle constitution.

 

En effet, réagissant vis-à-vis des derniers tweets du président Jovenel Moïse auxquels celui-ci a renouvelé sa détermination à organiser le référendum pour doter le pays d’une nouvelle Loi mère et d’organiser par la suite les élections cette année, n’a pas manqué de taper sur les nerfs et de soulever les grognes des dirigeants politiques de l’opposition. Ils disent regretter que le chef de l’État persiste à engager le pays dans un processus électoral, dont les conditions actuelles ne sont nullement réunies.

 

Aussi continuent-ils d’appeler la population à bouder ce projet qui paraît, laissent-ils entendre, la priorité du président, alors que la majorité de la population se retrouve ces derniers temps, outre son marasme économique qui provoque une misère noire des plus abjectes, dans la tourmente la plus totale, à cause de la violence des gangs lourdement armés dans des quartiers populaires.

 

Alix Laroche

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.     

 

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages