Haïti-OEA : Fin de la mission de l'OEA en Haïti, les acteurs font des propositions, le Président Jovenel Moïse met le cap vers les élections 

Politique
Typographie

 

 

Les émissaires de l'OEA ont mis un terme jeudi, à une mission de 3 jours en Haïti, où les représentants permanents auprès de l'OEA du Canada, du Costa Rica, de l'Équateur, de Saint-Vincent-et-les Grenadines et des États-Unis, ont rencontré une trentaine de partis et regroupements politiques, des acteurs de la société civile et des parlementaires, qui leur ont soumis plus d'une dizaine de propositions de sortie de crise. Pas une fois, la question du dialogue inclusif n'a fait objet de discussions.

 

Les membres de la délégation ont rencontré les protagonistes de la crise politique y compris le Président de la République, Jovenel Moïse qui a remercié les membres de la mission qu’il a reçus au Palais national.

 

« Je remercie la mission de l’OEA pour sa présence en Haïti, malgré la pandémie. J’en ai profité pour solliciter le support de l’Organisation dans le cadre de l’organisation des élections, notamment sur le plan sécuritaire. L’implication de l’OEA dans le processus sera capitale », précise le chef de l'Etat.

 

« Avec la mission de l’OEA, j’ai eu une 2e rencontre au cours de laquelle, ont été passées en revue les positions affichées par les secteurs de la société. Lors de cet entretien, j’ai rappelé à l’OEA, que les élections restent la voie incontournable pour la survie de notre démocratie », espère le Président.

 

Avant de laisser le pays, la délégation a rencontré le tiers du Sénat, présidé par Joseph Lambert, l’ancien Premier ministre, Evans Paul, le secrétaire général du parti RDNP, Eric Jean Baptiste et le dirigeant du Parti UNIR, de Clarens Renois. Ce dernier est sidéré de voir, qu'au lieu de s'engager vers le processus du dialogue, la rencontre avec la mission de l'OEA, c'était plutôt une tribune, où les protagonistes portaient plainte contre le pouvoir actuel et réclament son départ.

 

Le leader du Parti UNIR dit ne pas désespérer mais ne croit pas que OEA va résoudre la crise. Le journaliste senior dit déplorer que les acteurs aient fait chacun des propositions au lieu d'enterrer leur hache de guerre, pour prendre le chemin du dialogue avant la tenue des prochaines élections.

 

Yves Paul LEANDRE

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages