Haïti-Politique : Gouvernement et partis politiques de l'opposition attendent avec impatience l'arrivée des émissaires de l'OEA, ce mardi 8 juin

Politique
Typographie

 

 

Tout est fin prêt du côté du gouvernement haïtien qui devra accueillir mardi 8 juin, une mission de l’Organisation des Etats américains (OEA), suite à la correspondance adressée à Luis Almagro Lemes, Secrétaire général de l’Organisation des États Américains (OEA), en mai dernier, faisant référence à la résolution du 17 mars 2021 du Conseil permanent de cette instance.

 

Le gouvernement par le biais du Ministre des Affaires étrangères, Dr Claude Joseph se dit disposé à accueillir une mission de l’OEA, en appui au dialogue en cours avec tous les acteurs de la vie nationale en vue de la conclusion d’un accord politique. Mais parle-t-on le même langage ?

 

Au niveau des partis politiques de l'opposition, c'est le contraire, l'agenda de rencontre semble pour eux, être connu. Si déjà, la Plateforme Pitit Dessalines de Jean Charles Moïse décline l'invitation de la mission de l'OEA, pour le Coordonnateur national du Parti Artibonite en Action (AAA) de l'ex-sénateur Youri Latortue confirme lui-même sa présence, malgré des réserves.

 

‘’C'est une bonne occasion pour moi d'exposer quelques bonnes vérités à la mission de l’OEA ”, soutient l'ancien parlementaire de l'Artibonite. 6 partis et regroupements politiques dont : MTV, Tèt Ansanm, DIRPOD, FND annoncent, à travers une note de presse publiée dimanche, avoir signé un accord de sortie de crise, passant par la création d’un gouvernement d’entente nationale sans possibilité de cohabitation avec le Président Jovenel Moïse.

 

Le document baptisé "Accord politique du 5 juin 2021" co-signé par deux anciens sénateurs de la République, l’un de l’OPL, Edgar Leblanc Fils et l’autre Steven Benoit, plaide en faveur de la création d’un gouvernement d’entente nationale qui devra statuer sur le rétablissement d’un climat sécuritaire et de paix sociale dans le pays en vue, disent-ils d’aboutir dans un délai techniquement possible à l’organisation des élections dans le pays.

 

Alors que pour le gouvernement, cet accord espéré avec la présence des émissaires de l'OEA, devrait faciliter l’organisation du référendum constitutionnel et des élections à tous les niveaux au cours de l’année 2021.

 

Yves Paul LEANDRE  

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages