Haïti-ONU : MATRIS LIBERASYON assimile la représentante de l’ONU en Haïti à une militante du PHTK

Politique
Typographie

 

Dans une lettre ouverte envoyée au secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (ONU), Antonio Gutteres, la structure de l’opposition dénommée « MATRIS LIBARASYON » dénonce les agissements de sa représentante en Haïti, Helen Meagher La Lime, qu’elle assimile à une militante zélée du PHTK.

Le mouvement politique "MATRIS LIBERASYON" dit avoir constaté « avec stupéfaction et amertume », l’appui inconditionnel de l’Organisation des Nations -Unies (ONU), à travers la représentante spéciale du secrétaire général en Haïti Madame Helen Meagher La Lime, au président de facto, « sans mandat depuis le dimanche 7 février dernier », conformément à l'article 134-2 de la constitution en vigueur en Haïti.

L’organisation dont l’ancien sénateur Antonio Chéramy (Don Kato) est le principal leader, rappelle au patron de l’ONU que sa mission est de « maintenir la paix et la sécurité dans le monde et de promouvoir le respect des droits fondamentaux de la personne humaine ainsi que le respect des principes démocratiques ».

Cependant, constate « MATRIS LIBERASYON », la démocratie onusienne se définit en fonction du « niveau de développement d’un pays et selon ses prouesses historiques ».

Elle rappelle qu’en Haïti, l’ONU, à travers la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH), en plus d’avoir introduit le choléra qui a fait des milliers de morts dans le pays, continue de s’impliquer dans des violations systématiques de la constitution et l'aggravation de l’insécurité tout en apportant un soutien sans faille à un président n’ayant aucun mandat depuis la fin de son bail le 7 février dernier.

Dans sa correspondance à M. Gutteres, « MATRIS LIBERASYON » dénonce la « Violation systématique de la constitution en vigueur par le gouvernement de facto », les « crimes, arrestations politiques, persécutions contre ses adversaires politiques et contre les policiers syndiqués », la « volonté d’organiser un référendum interdit par la constitution en vigueur », la « prolongation du mandat présidentiel ».

Elle déplore également l’implication du pouvoir de facto dans le renforcement et la prolifération des gangs armés à des fins politiques et politiciennes, le démantèlement des institutions de contrôle de l’État, la vassalisation des 2 autres pouvoirs (Législatif et judiciaire, NDLR), pourtant co-dépositaires de la souveraineté du pays ainsi que l’instrumentalisation de la police à des fins politiques et politiciennes.

« MATRIS LIBERASYON» déplore que Madame La Lime, qui a récemment légitimé la fédération des gangs armés, continue à soutenir ouvertement le président de facto auquel elle apporte un support moral et technique dans sa démarche illégale de changer personnellement la constitution.

L’ONU qui a toujours prôné la paix, la lutte contre la pauvreté et le respect des droits humains, ne saurait encourager « l'implémentation d'une politique discrimination, le déni systématique envers le peuple haïtien en soutenant un gouvernement totalement illégal et illégitime », soutient cette structure de l’opposition.

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages