Haïti-Crise : Mobilisation contre la dictature, l’opposition interpelle le secteur privé des affaires

Politique
Typographie

 

 

Des milliers de personnes, des jeunes et des socioprofessionnels, ont à nouveau manifesté dimanche à Port-au-Prince pour demander le départ du président Jovenel Moise dont le mandat est arrivé `a terme, selon les manifestants. La classe des affaires ne s’est jusque-là prononcée sur la crise haïtienne qui perdure depuis le début de cette année 2021, constate la rédaction de Haïti Press Network (HPN).

 

L’écrivain Lyonel Trouillot et l’homme d’affaires Pierre Reginald Boulos en ont profité pour interpeller les agents économiques du secteur privé à prendre position publique sur la crise. Dans son texte paru au quotidien Le Nouvelliste il y a quelques jours, Lyonel Trouillot avait qualifié de « honteux » le silence de la classe des affaires.

 

« Encore une fois, je lance un appel à mes pairs progressistes du secteur privé pour dire NON à la dictature et à l’arbitraire. Les chambres de commerce doivent se prononcer. Où sont passés les femmes et hommes d’affaires d’Haïti ? N’ayez pas peur. Le pays veut vous entendre », crie Reginald Boulos du MTVAyiti.

 

Par ailleurs, l’entrepreneur a estimé qu’après le carnaval d'injures et de menaces du président de facto contre celles et ceux qui s'opposent à son pouvoir autocratique, nous devons manifester notre rejet de ce régime arbitraire. « Ce 28 février, sans violence, disons non au kidnapping et à la dictature », martèle-t-il.

 

Notons que deux grandes journées de manifestations ont eu lieu à Port-au-Prince le 14 et le 21 février dernier dans le but de dénoncer la dictature.

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages