Haïti-Politique : Charlot Jaquelin Junior, un porte-parole du président ou un Secrétaire d’État ?

Politique
Typographie

À entendre le perpétuel « jeune » Charlot Jaquelin Jr dans une interview accordée au journaliste senior Valéry Numa sur les ondes de radio Vision 2000, ce mercredi 12 août 2020, à l’occasion de la « Journée internationale de la jeunesse », l’on se demande perplexe, si l’on a affaire à un porte-parole voilé du président Jovenel Moïse où d'un Secrétaire d’État à la Jeunesse digne de ce nom.

Le Secrétaire d’État à la Jeunesse, Charlot Jaquelin Jr qui semble être un défenseur zélé des jeunes pour l’éternité, a défendu, comme d’habitude, du bec et des ongles, le chef de l’État actuel, notamment sa gestion de la chose politique depuis plus de trois (3) ans.

Selon Charlot Jaquelin, Jovenel Moïse pourrait faire mieux et délivrer les résultats des plus probants, si ses adversaires politiques, particulièrement les hommes et les femmes de l’opposition n’avaient pas plongé le pays dans la violence, bloquant ainsi les activités pendant au moins une année du mandat de l’élu du PHTK.

Un prétexte qu’il a tenté de bien corroborer par des arguments dignes d’un bon porte-parole, mais démontés avec des arguments solides du journaliste chevronné. Charlot Jaquelin Jr déplore au passage le comportement de destruction du pays qu’adoptent depuis près de 34 ans, des hommes et des femmes politiques opposant aux pouvoirs en place.

Il cite les chefs de l’État haïtien victimes de ces méfaits liés à des commotions politiques en sortant du président Aristide, passant par le président René Préval, pour aboutir au président Jovenel Moïse (Nèg bannann nan » qu’il estime être victime le plus de chambardements socio-politiques.     

Coincé à plusieurs reprises par notre confrère Valéry Numa, le Secrétaire d’État a pris en exemple les domaines de l’agriculture et de l’entreprenariat comme points de promesses concrétisés par le chef de l’État, très critiqué par divers secteurs de la vie nationale pour avoir fait des promesses de campagne encore non tenues.

Charlot Jaquelin Jr, ce dissident, rappelons-le, du parti politique Rassemblement des démocrates nationaux progressistes (RDNP) et ex-candidat malheureux à la députation de la circonscription de Delmas sous la bannière du regroupement politique VERITE, qui embrasse depuis un certain temps, la cause du PHTK (Parti Haïtien Tèt Kale), avoue avoir partagé la vision du président Jovenel Moïse à 75 %. Question de justifier son apologie en faveur de l’homme du Trou du Nord qui souffre depuis un certain temps d’une perte de confiance de la population.

Néanmoins, Charlot Jaquelin Jr, fils du regretté disparu Charlot Jacquelin, activiste du mouvement « Alpha » et figure de proue dans la lutte en faveur des prolétaires en Haïti, dit ne pas embrasser les affaires de l’État pour se servir ni s’enrichir, contrairement à ce qu’on peut penser le commun des mortels.

En dépit de sa position au timon des affaires de l’État, il a réitéré sa volonté de continuer à lutter pour le changement des choses à tous les niveaux dans le pays. « Je suis un combattant. Je resterai un combattant », a conclu le jeune fonceur, apprécié par plus d’un dans la société pour sa capacité intellectuelle et ses réflexions politiques profondes.

Alix Laroche

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.    

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages