Haïti / Politique : Formation du CEP, le parti Ayiti 2054 apporte un élément nouveau au débat

Politique
Typographie

 

 

Depuis plusieurs semaines, la question relative à la formation du Conseil Électoral Provisoire (CEP), agite les débats politiques. Le président Jovenel Moïse s’active à convaincre des secteurs de la vie nationale de désigner leurs représentants au CEP en gestation dans ce contexte de crise socio-politique.

 

Le parti Ayiti 2054, nouveau dans l’arène politique d’Haïti, apporte un élément nouveau au débat. Il propose que les 9 membres du Conseil Électoral Provisoire, soient issus de la diaspora.

 

Le secrétaire exécutif du parti, Me Phénil Gordon Désir soutient que le choix des conseillers électoraux dans la diaspora présentera un avantage considérable. Mais pour cela, dit-il, ces conseillers ne devraient avoir aucun rapport de proximité avec les protagonistes de la crise à laquelle le pays est confronté ces dernières années.

 

Ainsi, dit-il, ils auront la possibilité de conduire un processus crédible et intègre. Me Désir plaide par ailleurs en faveur de la participation des jeunes aux  activités politiques. Ils doivent se former pour mieux s’impliquer, dit Me Désir.

 

 

Il fait remarquer que depuis la chute des Duvalier en 1986, on a toujours eu des dirigeants spontanés de Jean-Bertrand Aristide en 1991 à Jovenel Moïse en 2017 en passant par Michel Martelly en 2001 même s’il faut reconnaitre que l’ancien président René Préval (1996 et 2006) avait une certaine pratique politique avant d’accéder à la magistrature suprême du pays.

 

Ayiti 2054 prône une idéologie néo-progressiste. "Nous n’avons aucune intention de diriger à coups de slogans mais nous voulons lutter pour le progrès de chaque haïtien", dit le juriste faisant la promotion d’un État fort mais non oppresseur.

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages