Haïti-OEA : le Collectif 4 Décembre « recadre » l’OEA qui se positionne pour le 7 février 2022

Politique
Typographie

 

 

 

 

 

Le regroupement de la société citoyenne haïtienne « le Collectif 4 décembre » a qualifié d’ingérence la position exprimée par l’OEA sur le débat autour de la fin du mandat du président Jovenel Moise.

 

 

Dans une note de presse, le collectif 4 décembre estime que le secrétariat général de l’OEA viole l’article 1 du Chapitre I de la charte de l’institution en s’immisçant grossièrement dans les affaires internes de notre pays pour essayer d’imposer, dans une prise de position légère et inepte, des prescriptions qui privilégient les intérêts de certains acteurs au détriment de ceux de notre pays.  

 

 

 

Dans la note signée de Monsieur Luis Leonardo Almagro Lemes secrétaire Général de l’OEA le Collectif 4 décembre affirme qu’aucune instance ou autorité établie de notre pays n’obtiendrait l’aval de la population pour lui permettre de s’abaisser à solliciter au nom de la fière nation haïtienne les services ou l’opinion de l’OEA sur un sujet qui n’entre pas dans le cadre des attributions de cette dite organisation

 

 

 

La Société Citoyenne Haïtienne, de l’avis du collectif, malgré les faiblesses institutionnelles de l’Etat, reste jalouse de ses droits au niveau international et exige que le respect soit accordé à l’ensemble du pays, à ses ressortissants et à ses lois. « Notre pays s’accroche aux échéances constitutionnelles et non au diktat d’aucun rapace étranger. Notre nation ne négociera pas tels points ! », Lit-t-on.

 

 

 

Par ailleurs, LE COLLECTIF souhaite que ce secrétariat général de l’OEA s’imprègne de la charte de cette organisation et apprenne à lire et comprendre les normes opérationnelles de notre pays, avant de faire des déclarations qui ne font qu’envenimer une situation et vilipender l’OEA qui, déjà, ne bénéficie pas d’une réputation enviable en Haïti.

 

 

 

HPN Sondages