Haïti-crise « Nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude » par Jean Claude Roy

Politique
Typographie

 

 

 

 

 

Haïti se trouve une fois de plus en situation d’exception. Tant de fois que nous devrions en être habitues. A qui revient le tort ? Qui sont responsables que nous n’ayons pas eu, en autres, les élections à temps pour renouveler nos chambres ? Nous sommes tous responsable, certes. Mais le principal responsable n’est-ce pas le président de la République ?

En fonction même de cette disposition qu’il aime tant, le 136, n’est-il pas celui qui devait faire fonctionner les institutions dans le cadre de la constitution ? Non pas en dehors de la Constitution. N’avait-il pas prêté serment de respecter cette constitution. Ne disposait-il pas d’une majorité parlementaire dans les deux chambres. N’a-t-il pas monnayé ses membres quand il le fallait, soit pour faire voter son premier ministre ou pour faire tomber un premier ministre qu’il n’en voulait plus.

Mais voilà, quand les fonds n’existaient plus, plus aucun de ses suiveux n’obéissait à ses ordres, ni gouvernement, ni budget, ni loi électorale, ni cep ni convocation à l’extraordinaire ni libre de ses mouvements. Le président sans sous est devenu simple guignol retenu et agissant par un fil. Aussi refusant de jouer ce rôle de guignol et s’accrochant au pouvoir, il se révolte et veut se défaire de cette principale gêne : La Constitution et bien entendu de ses institutions qui lui retire les coudés franches, principalement le parlement. L’opposition qui a voulu rester dans un cadre démocratique de protestation et non de révolte, s’est essoufflée et a donné un second souffle, un moment de répit au président.

Qui veut en profiter et se débarrasser une fois pour toute de tout ce qui entrave sa gestion dont les 7 têtes à couper. En attendant SA nouvelle constitution. Quelle est celle qui nous gouverne ? Ce ne saurait être la 87 en créole, ou la 87 amendée en français. Elles prévoient toutes, en autre, des chambres fonctionnelles. Nous voilà donc sur un terrain de foot sans arbitre et sans règlement écrit. Le président point barre est dans son élément. Seul maitre à bord. Pour son malheur et pour le notre.

 

 

 

 Jcr01/14/2020

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages