Haïti-Politique-Manif: Atmosphère sombre à Pèlerin 5, quartier résidentiel du président Jovenel

Politique
Typographie

Suite à l’annonce des manifestants anti-gouvernementaux qui fixaient leur objectif sur Pèlerin 5 pour ce vendredi 11 octobre, le quartier résidentiel du président de la République, s’était réveillé avec une allure pâle, où les activités étaient complètement paralysées, a constaté Haiti Press Network. 

Très peu de riverains circulaient à Pèlerin 5. Les voitures privées y étaient rares. Les motocyclettes habituellement qui font le va-et-vient en grand nombre, ont été également très peu remarquées. Pas de passagers. Dans ce climat tendu où tout est possible, se faire prisonnier à la maison, parfois sans eau ni nourriture semble être la meilleure option. 

Il est deux heures de l’après-midi. Des milliers de manifestants sont déjà sur la place Saint-Pierre (Pétion-Ville). Ils entendent atteindre à tout prix Pèlerin 5. Mais un cordon de sécurité de la police spécialisée obstrue la voie publique à l’entrée de la route de Kenscoff et empêche du coup à la manifestation de progresser.

Entre-temps, un silence sépulcral règne à l’extérieur comme à l’intérieur des maisons de luxe qui se trouvent dans le voisinage de la demeure du chef de l’État à Pèlerin 5. Pourtant, le quartier est alimenté presque 24/24 en électricité depuis environ quatre jours. Les rares personnes croisées sur notre chemin présentaient plutôt l’air suspect. La crainte de l’autre semble être presqu’inévitable en ces périodes de troubles socio-politiques.

Plus loin, des dispositifs de sécurité impressionnants à l’entrée d’un sombre quartier de Pèlerin 5, tout comme dans le voisinage et à la maison où habite la famille présidentielle. Mais les policiers lourdement armés parmi lesquels des agents affectés au Palais national qui montent la garde, ont l’air vigilent mais très détendus, observons-nous.

L’atmosphère a été vraiment sombre dans le quartier du président, duquel la population et l’opposition politique attendent sa démission sans condition pour incapacité à diriger le pays.

Soulignons en passant que la manif qui voulait atteindre Pèlerin 5, a été dispersée par la police à coups de gaz lacrymogène aux environs de la Place Saint-Pierre.  

Il faut noter que le pays a été pour ce troisième vendredi consécutif, le théâtre de manifestations sanglantes anti-Jovenel Moïse un peu partout. Outre Port-au-Prince, de nombreuses villes de province ont été en ébullition. Les manifestants réclament le départ du chef de l’État au pouvoir. Un pouvoir visiblement fébrile que celui-ci tient encore à garder malgré lui.

Décès, blessés, incendies, incidents entraînant des échauffourées, ont été enregistrés au cours de cette journée où, tout au long du déroulement de la grande manif à Port-au-Prince, une attitude déférente, sans quiproquos a été observée du côté des manifestants envers les forces de l’ordre.

Texte et photo: Alix Laroche

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages