Parlement : la reprise de la séance de mise en accusation du Président fixée pour lundi

Politique
Typographie

 

 

 

 
 
C’est ce lundi 12 août 2019 que les députés reprendront la séance spéciale sur la mise en accusation du président Jovenel Moïse. Cette séance organisée à la demande des députés de l’opposition et qui avait débuté le mercredi 7 août dernier, avait été mise en continuation après la demande de soumission de documents des députés accusateurs au bureau.
 
 
Ces documents sollicités préalablement devraient soumis à l’assemblée pour étayer les arguments de mise en accusation contre le chef de l'Etat. Parmi ces documents figure le procès verbal de la séance d’interpellation de l’ancien premier ministre Jack Guy Lafontant le 15 juillet 2018.
 
 
Les observateurs sont très sceptiques quant à l'aboutissement de la démarche de la mise en accusation du Président Jovenel Moïse. Toutefois certains observateurs pensent que, quelque soit l’issue des discussions, elles risquent de provoquer une radicalisation des positions des acteurs politiques.
 
 
Le leader du parti Unir-Haïti,  Clarens Renois, est de ceux-là. S’il reconnaît que les députés ont bien fait de prendre la voie légale pour forcer le départ  du président Jovenel Moïse, Clarens Renois estime que la séance sur la mise en accusation a été marquée par de l’improvisation.
 
 
Il n’y a pas eu de préparatifs nécessaires pour faciliter sa bonne tenue, a dit M. Renois. De son coté, Rosemond Pradel, numéro 2 de la Fusion est du même avis. Il pense que les parlementaires devraient profiter de cette occasion pour plancher sur la loi d’application de la constitution sur la mise en accusation d’un président en fonction.
 
 
Ce débat nous aura permis de comprendre que le président n’est pas intouchable, a indiqué M. Pradel.
 
 
DO/HPN
 
 
 
Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages