Le FRODEP se prononce contre toute idée d'amnistier les dilapidateurs du fonds PetroCaribe

Politique
Typographie
 
 
Le secrétaire exécutif du front démocratique et populaire (FRODEP), une structure proche du président Jovenel Moïse, Me Francis Thesé, a dénoncé l’attitude des opposants au locataire du palais national qui cherchent dit-il, à le renverser sous prétexte de vouloir la tenue du procès PetroCaribe.
 
 
En réalité, dit Me Thesé, leur but c’est d’écarter le président Moïse afin de pouvoir gracier leurs proches impliqués dans la dilapidation du fonds PetroCaribe. L’homme de loi en veut pour preuve les révélations du secrétaire exécutif du rassemblement des démocrates nationaux progressistes (RDNP) Eric Jean-Baptiste selon lesquelles l’idée d’amnistier les dilapidateurs du fonds vénézuélien a été évoquée lors d’une réunion tenue en début de semaine.
 
« Il n’y aura pas d’amnistie mais un procès en bonne et due forme », affirme Me Thesé qui invite les citoyens à se démarquer de ceux qui utilisent le dossier PetroCaribe à leur fin.
 
L’homme de loi rappelle que le sénateur des Nippes, Nenel Cassy, qui a évoqué l’idée d’amnistier les dilapidateurs du fonds vénézuélien, est un proche de l’ancien directeur du bureau de monétisation Patrick Noramé, l’une des personnalités épinglées pour détournement dudit fonds.
 
Me Thesé affirme que le FRODEP est du côté de ceux qui veulent la tenue du procès mais il est contre les casses et les actes violence qui paralysent le pays. Il banalise également le document que la branche radicale de l’opposition s’apprête à publier et dans lequel « une  alternative » sera présentée autour de la gouvernance du pays après le départ du président Jovenel Moïse.
 
DO
 
Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages