Séance de ratification Jean Michel Lapin: Les sénateurs de l'opposition ont gagné leur partie

Politique
Typographie

 

La séance de ratification du premier ministre nommé Jean Michel Lapin et son gouvernement a été avortée. Aucune nouvelle date n'est retenue pour la reprise de ladite séance qui a été suspendue. Le groupe des quatre (4) sénateurs de l'opposition a eu raison du groupe majoritaire du Grand corps qui n'a pas pu réaliser comme prévue, la séance relative à la ratification du premier ministre nommé et les membres du gouvernement.

En effet, après plusieurs heures de débat autour de ladite séance, le président du sénat, Carl Murat Cantave n'a pas eu la possibilité de terminer la séance face à la fureur des sénateurs de l'opposition.

Malgré les tentatives des membres du groupe majoritaire pour convaincre le groupe des quatre, ils n'ont pas cédé même au caprice de l'animal politique, Joseph Lambert, qui a essayé à maintes reprises de calmer le jeu.

Les sénateurs de l'opposition ont exigé leur participation dans des commissions spécifiques comme : la commission des affaires étrangères et celle des affaires sociales, entre autres.

Après des heures de discussion, le sénateur Antonio Cheramy, ayant constaté qu'ils (le groupe des quatre) prêchaient dans le désert, puisque le président du bureau allait trancher, après avoir arraché des micros, il a changé de stratégie en coupant le système de sonorisation.

Ils ont tout essayé pour perturber la séance et Carl Murat Cantave n'a pas pu tenir. La séance est mise en continuation en attendant une conférence des présidents pour évacuer les irritants.

Aussi, il est important de noter qu'en tout début de séance, avant même l'adoption de l'ordre du jour, les parlementaires de l'opposition exigeaient au président Carl Murat Cantave le procès verbal de la conférence des présidents l'autorisant à organiser une séance un dimanche après-midi.

Embarrassé, le bureau a présenté au groupe des quatre un bloc note manuscrit dans lequel sont inscrits les points de l'ordre du jour. C'est l'élément déclencheur qui a conduit à ce spectacle de mauvais goût offert à la population qui attend d'eux un peu plus d'effort et de lois. Il y avait même des bousculades entre certains parlementaires.

Le groupe des quatre, sachant que leurs votes n'allaient pas influencer les choses puisque 26 sénateurs ont répondu à l'appel nominal, sont arrivés quand même à faire entendre leurs voix avec leur capacité de nuisance. À quand la prochaine séance et quelle en sera la fin? L'action politique du groupe majoritaire dira le reste.

François Jean

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages