Haïti – Insécurité : De nouvelles voix s’élèvent pour dénoncer l’assassinat de Monferrier Dorval

Le Judiciaire
Typographie

 

L’ancienne représentante du secteur des droits humains et de la société civile au Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire Me Dylia Lemaire qui fait office de responsable juridique du Mouvement des femmes haïtiennes pour l’éducation et le développement (MOUFHED) s’est indignée de l’assassinat du bâtonnier Monferrier Dorval. L’organisation féministe affirme sans détour que le spécialiste du droit a été exécuté pour ses idées. 

MOUFHED a salué la contribution du défunt dans la lutte pour faire avancer le pays et surtout le secteur de la justice, donnant la garantie que le combat engagé par Me Dorval ne va pas s’arrêter après sa mort.

Révoltés également devant ce crime odieux, le Collectif du 4 Décembre et ses alliés exhortent l’Etat à assumer ses responsabilités afin que justice soit rendue à Me Dorval et à toutes les autres victimes de l’insécurité. Le  Collectif s’incline devant la dépouille d’un éminent juriste qui s’est hautement illustré dans sa profession et dans sa passion de la transmission de son savoir à de nombreuses générations de jeunes haïtiens.

L’ancien sénateur Jean Renel Sénatus assimile à des manœuvres de diversion certaines informations divulguées par les autorités dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat de Me Dorval. Selon lui, ces manœuvres visent à apaiser la communauté de la basoche, qui invoque entre autres l’information relative à la récupération du téléphone du bâtonnier.

Me Jean Renel Sénatus se dit très sceptique quant à la volonté des autorités de faire la lumière sur l’exécution du bâtonnier. Se basant sur des faits troublants entourant l’assassinat de Me Dorval, l’ex-président de la commission justice et sécurité du sénat de la République priorise la thèse du crime d’Etat.

Du coté du gouvernement le secrétaire d’Etat à la communication, Eddy Jackson Alexis, a fait état d’avancées dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat crapuleux de Me Monferrier Dorval. Il confirme l’arrestation des trois suspects et la confiscation du téléphone du bâtonnier entre les mains de l’un des individus arrêtés. Le secrétaire d’Etat en a profité pour fustiger ceux qui, selon lui, instrumentalisent ce dossier à des fins personnelles, déplorant également les violents incidents ayant émaillé  les mouvements visant à exiger justice en faveur du spécialiste du droit constitutionnel, lâchement assassiné. 

 

 

Jean Chrisnol Prophète

Pecdo55@gmail.com

 

 

L’ancienne représentante du secteur des droits humains et de la société civile au Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire Me Dylia Lemaire qui fait office de responsable juridique du Mouvement des femmes haïtiennes pour l’éducation et le développement (MOUFHED) s’est indignée de l’assassinat du bâtonnier Monferrier Dorval. L’organisation féministe affirme sans détour que le spécialiste du droit a été exécuté pour ses idées. 

MOUFHED a salué la contribution du défunt dans la lutte pour faire avancer le pays et surtout le secteur de la justice, donnant la garantie que le combat engagé par Me Dorval ne va pas s’arrêter après sa mort.

Révoltés également devant ce crime odieux, le Collectif du 4 Décembre et ses alliés exhortent l’Etat à assumer ses responsabilités afin que justice soit rendue à Me Dorval et à toutes les autres victimes de l’insécurité. Le  Collectif s’incline devant la dépouille d’un éminent juriste qui s’est hautement illustré dans sa profession et dans sa passion de la transmission de son savoir à de nombreuses générations de jeunes haïtiens.

L’ancien sénateur Jean Renel Sénatus assimile à des manœuvres de diversion certaines informations divulguées par les autorités dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat de Me Dorval. Selon lui, ces manœuvres visent à apaiser la communauté de la basoche, qui invoque entre autres l’information relative à la récupération du téléphone du bâtonnier.

Me Jean Renel Sénatus se dit très sceptique quant à la volonté des autorités de faire la lumière sur l’exécution du bâtonnier. Se basant sur des faits troublants entourant l’assassinat de Me Dorval, l’ex-président de la commission justice et sécurité du sénat de la République priorise la thèse du crime d’Etat.

Du coté du gouvernement le secrétaire d’Etat à la communication, Eddy Jackson Alexis, a fait état d’avancées dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat crapuleux de Me Monferrier Dorval. Il confirme l’arrestation des trois suspects et la confiscation du téléphone du bâtonnier entre les mains de l’un des individus arrêtés. Le secrétaire d’Etat en a profité pour fustiger ceux qui, selon lui, instrumentalisent ce dossier à des fins personnelles, déplorant également les violents incidents ayant émaillé  les mouvements visant à exiger justice en faveur du spécialiste du droit constitutionnel, lâchement assassiné. 

 

 

Jean Chrisnol Prophète

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages