C'est par un mémorandum en date du 7 octobre 2019 que le président de la Cour de Cassation de la République, Me René Sylvestre, a annoncé la reprise officielle des activités judiciaires pour l'année 2019-2020.

 

 

 

"Agissant en ses attributions légales et constitutionnelles de Chef du pouvoir judiciaire, il déclare solennellement ce lundi 7 octobre 2019, la reprise des activités judiciaires dans tous les tribunaux et cours sur tout le territoire national conformément au vœu de l'article 75 du décret du 22 août 1995 relatif à l'organisation judiciaire consacrant le premier lundi d'octobre", lit-t-on dans ce mémorandum.

 

 

 

Réagissant sur la non-tenue de la cérémonie officielle de reprise des activités judiciaires, le Juge Wando Sainvilier de l'Association Professionnelle des Magistrats déclare que nulle part il n'est mentionné l’obligation d’organiser une cérémonie. "Le climat délétère du pays ne permet pas de demander aux juges, aux avocats et autres professionnels de la Justice de risquer leur vie pour la tenue d'une telle cérémonie", soutient le Magistrat actuellement Doyen du Tribunal de Première Instance de Jacmel.

 

 

 

De son côté, le Juge Wilner Morin de l'Association Nationale des Magistrats Haïtiens (ANAMAH) plaide en faveur d'un meilleur traitement pour les Magistrats. Selon le Magistrat Jean Wilner Morin, il y a dix (10) ans que le salaire des Magistrats reste le même. "L'année judiciaire a été la pire année pour le système avec la fermeture de plusieurs tribunaux", précise Me Morin.

 

 

 

Signalons que l'opposition politique avait lancé un mot d'ordre pour une manifestation anti-Jovenel par devant la Cour de Cassation de la République ce lundi 7 octobre 2019.

 

 

Dans son rapport, le réseau haïtien de défense des droits humains a fait savoir que cette situation, caractérisée par la paralysie totale des activités socio-économiques, la léthargie des institutions étatiques et la tenue de plusieurs manifestations anti-gouvernementales  est la résultante des politiques publiques mises en œuvre par les autorités actuelles.

 

Le RNDDH souligne que depuis l'avènement au pouvoir des autorités actuelles, elles bafouent les acquis démocratiques du peuple haïtien et violent systématiquement ses droits. Elles n’ont jamais pris au sérieux les différents mouvements de protestation réalisés dans le pays depuis juillet 2018 par une population en proie à tous les maux et qui réclame la jouissance de ses droits civils, économiques, politiques et sociaux.

 

 Le RNDDH dit condamner les tirs à hauteur d’homme, les brutalités policières, l’utilisation abusive du gaz lacrymogène par les agents du Corps d’Intervention et de Maintien d’Ordre (CIMO) et de l’Unité Départementale de Maintien de l’Ordre (UDMO), notamment les 27 et 30 septembre 2019 et tous autres actes de répression enregistrés au cours de ces derniers jours.

 

Pour la période allant du 16 au 30 septembre 2019 le RNDDH a relevé la mort au moins de 17 personnes  dont 15 par balles, une par asphyxie et une autre par accident, une écolière qui se trouvait dans les parages d’une barricade érigée par des protestataires à Portail Guêpe à Saint-Marc heurtée par un véhicule.

 

L'institution de droits humains continue et avance que parmi les victimes tuées par balles, 9 ont été recensées dans le département du nord dont six 6 d’entre elles au Cap-Haïtien. Les trois (3) autres victimes ont été recensées à Limbé.

 

 Pour les blessés, le réseau national de défense des droits humains dit recenser au moins 189 autres personnes  blessées dont 117 par balle et 72 par armes blanches, par des pierres et par des bouteilles.

 

Parmi ces victimes, 46 ont été recensées dans le Nord, dont 21 blessées le 27 septembre 2019. Elles se trouvaient à Rondpoint Samari et se préparaient à prendre part à une manifestation antigouvernementale lorsque, tôt dans la matinée de ce jour, elles ont étgé attaquées par l'armée pro-gouvernementale « Ajivit ».

 

Ainsi, le RNDDH recommande aussi à la Direction Générale de la Police Nationale d’Haïti de prendre toutes les dispositions nécessaires afin d’éviter que des civils armés ne prennent part aux opérations policières. De plus, tous les agents de la PNH affectés à la sécurisation des manifestations doivent être facilement identifiables et clairement identifiés conformément aux principes universels d'intervention policière.

 

 

Le RNDDH estime qu’il est temps pour le président de la République d’analyser soigneusement la situation actuelle du pays qui se détériore chaque jour, en vue de prendre la décision patriotique qui s’impose ce, pour prévenir les violations systématiques des droits humains particulièrement, des droits à la vie et à l’intégrité physique.

 

HPN

 

 

 

Vers 10h20, la rédaction de HPN a appris la mort de Marc Gregor Germain, un policier de la 25e promotion ce mercredi soir. La Victime, selon les informations, revenait d'un match de football lorsqu'il a reçu plusieurs projectiles à la tête à l'angle des rues Lambert et Grégoire.

 

Ce dernier qui est un ancien membre de la sécurité du palais national et agent rapproché de l'ancien Président Michel Martelly a été abattu en pleine à Petion ville. Pour faire la lumière sur ce meurtre, La police devrait ouvrir une enquête sous peu sur La mort de cet agent de 29 ans et père d'un garçon. 

 

Dans ce même quartier, un agent de Police faisant la guerre au banditisme a été abattu dans les mêmes circonstances à la Pompe à essence à proximité du Parc St Thérèse de Petion ville. un indice qui devrait servir les enquêteurs  pour élucider ce nouveau meurtre de policier.

 

HPN

 
 

 

La série de changement dans l'Administration de Jovenel Moïse continue quelques heures après son adresse à la nation. Le Commissaire du Gouvernement près du Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince, Me Paul Eronce Villard, a démissionné de son poste ve jeudi 26 septembre 2019. Dans sa lettre adressée au Ministre de la Justice et de la Sécurité Publique démissionnaire, Me Jean Roudy Aly, le Commissaire Villard a évoqué des raisons de convenances personnelles.

 

 

 

Inel Torchon remplace au Parquet de Port-au-Prince, Me Paul Eronc Villard comme Commissaire du Gouvernement.

 

 

 

Ce changement intervient à un moment où la juridiction de Port-au-Prince a en souffrance beaucoup de dossiers. PetroCaribe, massacre de la Saline et les nombreux autres scandales  de corruption sont dans les tiroirs du parquet.

 

 

 

 

L’ancien Premier ministre Laurent cité dans le dossier de corruption Petro Karibe s’était présenté vendredi au cabinet du juge d’instruction Ramoncite Accimé chargé d’enquêter sur cette affaire de détournement de 4,2 milliards de dollars, a appris HPN.

 

 

 

La séance s’est tenue vendredi de 7h du matin à 11h au cabinet du juge au Palais de justice en présence des avocats de l’ex PM qui vit à l’étranger. Parmi les avocats de Laurent Lamothe on compte Me Stanley Gaston le bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince.

 

 

 

« L’interrogatoire de Laurent Lamothe a été une vaste plaisanterie. Le juge aurait du l’arrêter et le transférer en prison s’il était indépendant et courageux », a réagi Me André Michel avocat d’un groupe de plaignants.

 

 

 

« Nous avançons. La semaine prochaine sous interrogerons d’autres personnes citées dans l’affaire », a déclaré le juge Accimé à un journaliste de HPN.

 

 

 

Haiti Press Network (HPN) a appris que l’audition de Laurent Lamothe a duré plusieurs heures et le juge a soumis l’ancien Premier ministre soupçonné de corruption, de concussion et de détournement de fonds publics à une longue liste de questions, une quarantaine, selon une source proche du dossier.

 

 

 

Mercredi, le juge Accimé avait entendu l’ex Premier ministre Jean Max Bellerive, lui aussi cité dans l’affaire Petro Caribe. Jeudi l’ancien ministre Jean-Jacques Rousseau avait répondu aux questions juge instructeur.

 

Le délégué départemental de l’Ouest, Pierre Richard Duplan et le Directeur General du Ministère de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales, Fednel Monchery ont été démis de leur fonction quelques heures après l’adresse à la nation du Président de la République, Jovenel Moise.

 

Les deux hauts fonctionnaires ont été indexés dans le massacre perpétré dans le quartier de la Saline en novembre 2018 qui a fait plus d’une trentaine de morts, des femmes et des filles violées et des habitations incendiées.

 

Des mesures d’interdiction de départ avaient été prises à leur encontre par le cabinet d’instruction près du Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince.

 

A la délégation de l’Ouest c’est Garry Pierre Bernadotte qui remplace Pierre Richard Duplan. Un employé contractuel avec plus de 22 mois d’arriérés de salaire a été tué par balles à carrefour Tifour alors qu’il peinait à trouver cent (100) gourdes pour apporter à sa maison.

 

Au niveau du Ministère de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales, Amos Zephyrin est nommé directeur général. Ce dernier est réputé proche du Conseiller du Président Ardouin Zéphirin.

 

 

 

Après plus de deux heures d'horloge, l'ancien Premier Ministre Laurent Lamothe de l'ère Martelly a répondu aux questions du juge d'instruction Ramoncite Accimé ce vendredi 30 Août dans le cadre du dossier Petrocaribe.


 

Le juge qui instruit le dossier pour faciliter le procès a reçu dans son bureau l'ancien gestionnaire de la Primature mais encore ministre de la Coopération accompagné de ses avocats Mario Delcy et Stanley Gaston.

Mario Delcy, l’un des avocats de M. Lamothe a indiqué en sortant du carré du juge d’instruction que son client sera toujours disponible pour répondre aux interrogations de Me Ramoncite Accimé.

Plusieurs ministres et anciens Premiers ministres sont épinglés dans cette affaire. Stéphanie Balmir Villedrouin ancien ministre du tourisme a été l’avant dernier haut fonctionnaire à se présenter au carré du juge d’instruction dans le cadre du dossier Petrocaribe.

Des personnalités comme Jean Max Bellerive, Marie Carmelle Jean Marie et Wilson Laleau devraient se présenter prochainement au carré du juge d’instruction dans le cadre de cette vaste escroquerie jamais commise depuis la naissance de cette nation. Plus de 4 milliards de dollars partis en fumée dans le cadre du programme Petrocaribe.

 

Haïti est le pays le plus pauvre de l’hémisphère avec plus de 2.5 millions de personnes menacées par la faim. Ce programme dont les retombées devraient financer des projets sociaux au profit des démunis est un vrai gâchis avec des détournements spectaculaires des différents gouvernements qui se sont succédé de 2009 à 2015. 

 

Suite deux rapports de la Cour supérieure des comptes et du Contentieux administratifs(CSC/CA), plusieurs milliers de citoyens réclament le procès des coupables de cette dilapidation historique. Souligons que le nom du Président Jovenel Moïse est cité dans le deuxième rapport 64 fois comme l'une des personnalités indexées dans le dossier Petrocaribe.

 

HPN

 

 

La maire de la commune Jude Edouard Pierre se dit consterner par ce meurtre crapuleux et appelle les organismes de droits humains et la Police nationale d'Haïti à diligenter une enquête au plus vite pour faire la lumière sur ce qu'il appelle l'intolérable.

 

L'édile de Carrefour annonce que la Mairie va accompagner la famille du jeune homme et père d'une fille tué d'une balle à la tête le lundi 16 Septembre. Selon  les informations recueillies par des témoins sur place, un agent de police aurait identifié le jeune garçon qui allait récupérer sa fille à l'école comme un fauteur de trouble lançant des pierres sur les véhicules.

 

Vladimir Fédé se serait mis à genou mains en l'air pour clamer son innocence. Le policier lui aurait quand tiré une balle à la tête et a rendu l'âme. Une situation qui avait provoqué la colère des citoyens qui ont lancé des jets de pierres en direction des véhicules de la Police.

 

Ils ont même essayé de transporter le corps au commissariat de la commune, mais la police a récupéré le cadavre du jeune homme pour éviter des casses. Le réseau national de défense des droits humains(RNDDH) condamne cet assassinat. Des barricades ont tee remarquées tôt ce matin dans la commune en réaction à cet assassinat.

 

HPN 

 

La Commission Éthique et Anti-Corruption du Sénat de la République à travers une correspondance de son Président, Youry Latortue, a écrit au Président du grand corps, Carl Murat Cantave, en vue de faire part des suspicions de détournement et de blanchiment liées au financement d’un projet d’éclairage solaire publique d’un projet d’électrification de Polo ,commune de Capotille dans le département du Nord-Est.

Lire la suite...

 

On ne peut pas déterminer à quelle fin ce document aussi important circule sur les réseaux sociaux, cependant on peut remarquer qu'il arrive au moment où le Sénateur Garcia Delva, dans une correspondance, demande au Président du Grand corps Carl Murat Cantave de reprendre son poste de vice questeur au bureau du Sénat mais aussi multiplie ses agissements pour s'innocenter dans les médias devant l'opinion publique en accusant certains de ses collègues.

Lire la suite...

Plus d'articles...

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages