2010-2019 :  la décadence confirmée du parlement haïtien

Le Parlement
Typographie

 

Trois législatures se sont succédé au cours de la dernière décennie dans la vie politique d’Haïti. Il s’agit de la fin de la 48e législature à cheval sur les administrations des présidents René Garcia Préval et Michel Joseph Martelly, la 49e législature et la dernière complétant les 50 législatures depuis l’existence de ce régime politique. Ces trois législatures ont en partage un bilan blanc au point que les citoyens ne cessent de s’interroger sur la nécessité d’un parlement.

 

Un Faible bilan législatif

 

Les législatures sont dépourvues de véritables bilans législatifs. Les parlementaires dont la mission constitutionnelle est de faire des lois et de contrôle l’action gouvernementale ne réussissent pas à doter le pays de lois réellement. Les séances de vote de projet ou proposition de lois sont assez souvent désertes et faute de quorum la chambre ne peut travailler. Il en résulte un parlement  peu soucieux du travail de la collectivité. Plus de débats soutenus, instructifs, cohérents et intéressants au parlement.

 

A la chambre des députés comme au Sénat, les séances peuvent se comptabiliser sur les doigts de la main au cours d’une session ordinaire, alors que le scandales de corruption font le quotidien des Médias où des parlementaires défilent pour défendre leur attitude.

 

Confusion de rôle des parlementaires avec l’Exécutif

 

Les dernières législatures ont toutes été vassalisées par l’Exécutif. Les autorités centrales ont su trouver la bonne formule pour contraindre les élus du peuple au parlement à faire leurs 4 vérités. Des majorités proches du pouvoir exécutif se sont confinés aveuglement dans  l'approbation des actions gouvernementales. Députés et sénateurs ont pu placer des ministres, des directeurs généraux et autres grands commis dans l’exécutif en signe d’allégeance au pouvoir et d’intérêts personnels. Des projets bidons de parlementaires financés sous forte pression au risque d’être convoqué ou censuré au parlement.

 

Les deux dernières législatures, constituant le nœud de la dernière décennie, ont propulsé énormément de parlementaires exécutants. Certains apposent même leurs noms dans les affiches de projets entrepris par  l’Exécutif. On se rappelle ce parlementaire qui s'est mis à genoux devant Michel Martelly, alors président pour le remercier des actions gouvernementales dans sa circonscription.Du jamais vu !

 

Des législatifs corrompus 

 

Les scandales de corruption ont été répétitifs au parlement les dix (10) dernières années. Du riz, des motocyclettes, de fortes sommes d’argents autant d’avances faites aux pères-conscrits durant leur mandat en échanges de certains votes. Un parlementaire de la 50e législature avait lâché sur les ondes de la radio vision 2000 qu’aucun vote n’ait lieu sans argent. Un véritable tremplin pour les parlementaires de faire de la souveraineté populaire une monnaie d’échange.

 

Des budgets faramineux mettant nos parlementaires dans des conditions optimales pour peu de travail à fournir. De plus, de l'argent dédié au paiement de consultants,  des bureaux de travail devant leur permettre de mieux travailler à la chambre, est distribué à des poches ou remis à de petits amis ou des copines tout simplement. Des histoires de café, deuxième résidence payée à des millions de gourdes, scandale de 100 mille dollars distribués à des parlementaires proches du pouvoir pour un vote, on aura tout vu,entendu et rien compris. 

 

De la honte totale : Des parlementaires sans niveau académique adéquat

 

Comme élément crucial caractérisant nos dernières législatures, des élus parlementaires sans niveau académique adéquat. La chambre qui, dans un certain sens devait constituer un haut lieu de débat s’est assujettie à la volonté de divers incompétents avérés. Des fautes de français, des tournures mal appropriées, des tergiversations illogiques autant de faits négatifs à relever dans une séance publique au parlement diffusée sur les chaines de télévision.

 

Certains ne peuvent lire même un paragraphe de texte. Ils ont du mal à maîtriser la langue de Voltaire quelque fois imposée dans les séances.

De plus, les noms de certains de nos parlementaires se sont mêlés dans de scandales dont des homicides, des actes de kidnapping et de participations dans des corps de gangs. Bref, des législatures exceptionnelles !

Le parlement haïtien a vécu de scandales horribles de corruption de toutes sortes, d’improductivité et d’inefficacité. Dans les nouvelles propositions d’amendement ou de révision de la constitution du 29 mars 1987, l’existence de l’institution parlementaire se trouve, fort de ces constats, au cœur des débats. Des citoyens souhaitent le renvoi pure et simple de cette législature mais encore l'élimination de l'une des chambres jugées budgétivores.

 

 

Godson LUBRUN