Parlement : la séance de mise en accusation bloquée pour une demande de pièces

Le Parlement
Typographie

 

 

Après la lecture de l'acte de mise en accusation du bureau de la chambre des députés, le débat se déroule autour de la demande de pièces de émise par les députés accusateurs. Une demande qui laissent perplexes les  députés de la majorité. 

 

Dans cette séance de mise en accusation du Président Jovenel Moïse pour acte de trahison et de violation de la constitution, les députés accusateurs avaient demandé au bureau une correspondance depuis environ un mois si l'on en croit le député Jean Marcel Lumérant de Grand Goave.

 

Le parlementaire a aussi fait savoir que ces documents sont importants pour prouver les actes de violation du chef de l'Etat entérinés par les députés de la majorité. C'est le point sur lequel les différentes branches de la chambre n'arrivent pas à se mettre d'accord. Pour le moment, le débat continue au bicentenaire dans cette séance spéciale de mise en accusation.

 

Soulignons que dans plusieurs interviews réalisées sur des stations de la Capitale, les députés accusateurs ont soulevé plusieurs points de violation du Président Jovenel Moïse notamment le budget initié pour l'exercice fiscal 2017-2018 et qui n'avait pas respecté la procédure; la libération de mercenaires arrêtés par la Police nationale d'Haïti; la nomination de ministres en dehors du cadre constitutionnel.

 

Plusieurs organisations populaires organisent devant le Parlement une manifestation pour forcer les parlementaires à voter la mise en accusation du chef de l'Etat.

 

HPN

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages