Haïti-politique: Carl Murat Cantave banalise la non tenue de la séance en Assemblée nationale

Le Parlement
Typographie

 

La séance en Assemblée nationale pour fermer la session extraordinaire et ouvrir la dernière session ordinaire de l'année législative pour ce lundi est dans l'impasse. Le président de l'Assemblée nationale, le sénateur Carl Murat Cantave souligne que la séance peut avoir lieu à n'importe quelle date de l'année législative.

Tout est au point mort au parlement ce lundi, alors que sénateurs et députés étaient convoqués à 12h PM pour la tenue de la séance en assemblée nationale. Parlementaires et employés ils étaient tous aux abonnés absents. Seulement les gardes étaient sur les lieux pour assurer la sécurité du bâtiment. Dans la foulée, des agents spécialisés de la PNH ont monté la garde pour protéger l'entrée principale du parlement, puisque des manifestants ont annoncé qu'ils arriveront devant les locaux du parlement pour faire passer leur revendication.

Entre temps, les journalistes accrédités au parlement attendent une voix autorisée du bureau de l'assemblée nationale pour une déclaration officielle puisqu'à l'horizon rien n'a été claire.

Aux environs de 2h:25, les journalistes ont remarqué un véhicule n'ayant pas l'apparence d'un véhicule de parlementaires encore moins le président du sénat à l'entrée des locaux du ministère de la défense que les sénateurs utilisent habituellement.

Bien escorté, le président du sénat, Carl Murat Cantave y descendait et se dirigea vers son bureau. En y arrivant, il a été stupéfait de trouver la porte verrouillée puisque la personne ayant la tâche de garder les clés du bureau a déjà vidé les lieux. Contrarié, le président a dû attendre pendant une vingtaine de minutes pour avoir accès à son bureau.

En attendant, il vient cracher des mots aux journalistes qui l'attendaient avec impatience. Le président de l'assemblée nationale a annoncé que la convocation de l'Assemblée nationale devant conduire à la fermeture de la session extraordinaire et l'ouverture de la deuxième et dernière année législative est maintenue.

Tenant compte de la conjoncture actuelle du pays, Carl Murat Cantave se voit dans l'obligation d'imaginer d'autre scénario en cas où la séance ne se tient pas. L'interrogeant sur l'impossibilité de la tenue de ladite séance, Carl Murat Cantave a brandi la "théorie de l'antécédent". Il a rappelé qu'une situation similaire s'était produite sur la présidence de Jocelerme Privert où une séance a été organisée à environ un mois et demi après la date prévue.

Selon ce dernier, si la séance n'a pas lieu en ce deuxième lundi du mois de juin, date retenue par la constitution pour la tenue de cette séance, c'est juste un fait divers puisque cela pourrait se produire à n'importe quel moment de la durée.

Entre temps, les mouvements de protestation se multiplient dans le pays et personne ne sait à quand la séance en assemblée nationale marquant la fermeture de la session extraordinaire et l'ouverture de la deuxième session ordinaire de la 50e législature.

François Jean

Photos : UNJPH

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages