Haïti-RD-R : Le gouvernement dominicain clarifie n’a pas autorisé Haïti à utiliser une partie de son territoire concernant la rivière Massacre

Economie
Typographie

 

La République dominicaine n’a pas autorisé Haïti à utiliser une partie de son territoire où est jeté la rivière Massacre, ont assuré hier dimanche, des proches du président Luis Abinader. Jusqu’à présent, le seul accord formel qui existe entre les deux pays, est une déclaration d’intention publiée par la Commission mixte bilatérale dominicaine-haïtienne créant un Bureau technique pour discuter de cette possibilité à l’avenir, a-t-on précisé à Santo-Domingo.

Samedi à Jarabacoa, le président Abinader avait déclaré qu’il était surpris d’apprendre que son pays voisin, Haïti aurait reçu le feu vert pour profiter des eaux du massacre, mais une source du palais dominicain confie à l’Agence Haiti Press Network, que jusqu’à présent, c’est le Bureau technique qui gère ce dossier.

Haïti construit un canal dans la zone limitrophe avec l’intention de le relier à la rivière Massacre pour déduire vers son territoire un volume d’eau, selon ce qui a été convenu dans un traité d’amitié signé avec la République dominicaine en 1929, concernant les rivières transfrontalières. Haïti a plusieurs affluents qui alimentent ce fleuve. La République dominicaine a cinq canaux sur cette rivière, dont 4 sont opérationnels.

De vastes étendues de terres sont cultivées à partir de l’irrigation qui s’étendent sur une superficie de 200 000 hectares, avec la construction du barrage sur la rivière Artibonito, dont la construction a été annoncée récemment par le président Luis Abinader.

Yves Paul LEANDRE

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages