La conjoncture sociale et politique a eu des incidences négatives sur les finances publiques, selon une note de la BRH

Economie
Typographie

 

 

La Banque de la République d’Haïti (BRH), comme à l'accoutumée, vient de publier sa note de politique monétaire pour le second trimestre de l’exercice fiscal 2020-2021, a appris HPN. « La dégradation du climat des affaires, résultant de la conjoncture sociale et politique, a eu des incidences négatives sur les finances publiques, affectant la capacité de l’État à mobiliser des ressources au cours du deuxième trimestre 2021 », indique le document.

 

Pour la BRH dans ses statistiques,  les recettes ont chuté de 10,44 % en rythme trimestriel, passant de 25 293,66 MG à 22 652,66 MG, ce qui représente un taux de perception en pourcentage des prévisions de 68,3 % contre 76,3 % un trimestre plus tôt. De même, les dépenses budgétaires ont totalisé 41 304,2 MG, suite à un repli de 15,6 % par rapport au trimestre précédent.

 

De manière globale, précise la banque centrale, les ressources collectées par l’État sur les six premiers mois de l’exercice ont été chiffrées à 130 464,06 MG dont 47 946,3 MG de recettes fiscales. « Ces dernières ont été insuffisantes pour couvrir les décaissements totalisant 154 032,10 MG dont 90 235,87 MG de dépenses budgétaires effectuées par l’État sur la période. Conséquemment, les opérations financières de l’État se sont soldées par un déficit du Trésor financé, en partie, par la BRH à hauteur de 33 108,50 MG. Ce montant reste en dessous du plafond de 39 307,90 MG fixé dans le cadre du pacte de gouvernance économique et financière signé entre le MEF et la BRH », lit-on.

 

Au niveau local, la situation socio-politique et les conditions sécuritaires continuent de peser lourdement sur l’activité économique et la capacité des autorités fiscales à mobiliser des ressources, précise la BRH. De même, soutient-t-elle, les conditions d’approvisionnement des marchés urbains et l’accès aux produits alimentaires s’en retrouvent affectés, générant davantage de pressions sur les prix.

 

C’est dans cet environnement que la BRH a maintenu sa politique de reprise systématique de la liquidité en gourdes, notamment à travers des ventes de devises sur le marché des changes afin de lisser les fluctuations indésirables du taux de change et leurs incidences négatives sur les prix dans l’économie, a fait savoir la note de politique monétaire.

 

Selon les constats faits par la BRH, au 2e trimestre de l’exercice fiscal 2020- 2021, le contexte de mise en œuvre de la politique monétaire de la Banque de la République d’Haïti (BRH) a été caractérisé par la reprise, quoiqu’inégale, des principales économies mondiales et partenaires majeurs d’Haïti.

 

Godson LUBRUN
Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages