Haïti-Economie : Circulaire 114-1 de la BRH, des cambistes en colère, contestent la mesure du gouvernement

Economie
Typographie

 

 

 

Plusieurs cambistes de la région métropolitaine de Port-au-Prince qualifient de « méchante » la circulaire de la Banque centrale concernant les transferts internationaux estimant que cela prouve clairement que l’équipe au pouvoir ne travaille pas dans l’intérêt de la population. Ils demandent au président Jovenel Moise d’annuler cette circulaire tout en menaçant de gagner les rues. Ils annoncent par, ailleurs la création d’un syndicat en vue de faire passer leurs revendications.

 

La circulaire de la BRH exigeant le paiement en gourdes des transferts d’argent ne cesse de soulever la colère des cambistes notamment ceux opérant à la capitale.

 

Ces cambistes qui ne cachent pas leur frustration, pensent que le président Jovenel Moise cherche tout simplement à leur barrer la route, c’est le cas notamment de Paul Mérisma, cambiste depuis 18 ans. Ils évoluent non loin de la rue Lamarre, à Port-au-Prince.

 

« C’est un marché de gangster, l’équipe au pouvoir cherche à tout prix de prendre le contrôle en faveur des banques commerciales. Les autorités monétaires et politiques du pays veulent tout simplement éliminer les cambistes », soutient Paul Mérisma.

 

Son collègue Walness Omiscar, cambiste depuis plus d’une vingtaine d’années, affirme que c’est grâce à cette activité qu’il arrive à prendre soins de sa famille. Ce dernier qui s’interroge perplexe sur cette mesure désapprouve cette démarche. 

 

« Quelle est l’intention de Jovenel Moise? S’interroge Omiscar qui craint de ne plus pouvoir entretenir sa fille. Et Maintenant qu’est-ce que Monsieur Moise m’envoie faire, Yo pa konn retire pen nan bouch moun pou bal manje wòch » s’insurge Walness Omiscar.

 

Paul Vérant, père de six enfants, un autre cambiste qui évolue lui au carrefour de l’aéroport depuis sous la présidence de l’ancien président Prosper Avril, évoque les conséquences néfastes de cette décision. 

 

« Parfois j’ai un client qui a une urgence pour un prêt, je lui prête avec condition de me rembourser après avoir reçu son transfert. Non seulement, il va changer son argent entre mes mains, j’aurai des bénéfices en retour et en plus il me remboursera l’argent que j’ai lui avait prêté. Maintenant avec la circulaire de la BRH, je vais perdre toutes ces privilèges » a regretté  Paul Vérant.

 

Paul Mérismé, Walness Omiscar et Paul Vérant  exigent l’annulation pure et simple  de cette décision. Ces cambistes annoncent déjà une série de consultations avec les autres opérateurs sur le marché des changes en vue d’obtenir le retrait de la circulaire de la BRH  tout menaçant de fouler le macadam. 

 

À l’instar de plusieurs autres cambistes de la région métropolitaine de Port-au-Prince Paul Mérisma, Walness Omiscar et Paul Vérant annoncent la mise sur pied d’un syndicat en vue de faire passer leurs revendications.

 

Le président Jovenel Moise a affirmé  avoir instruit le Premier ministre Joseph Jouthe d’organiser, au plus vite, une rencontre avec les responsables de la BRH autour de cette question.

 

 

 

Jean Chrisnol Prophète.

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages