• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-deuxième anniversaire du séisme : ce qui reste du Palais national

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 4
MauvaisTrès bien 

Deux ans après le violent tremblement de terre qui a ravagé la capitale et causé littéralement l’effondrement de plusieurs édifices publics dont le Palais national, ce patrimoine historique symbolisant l’existence de l’État, demeure encore en ruines, a constaté Haiti Press Network.



Alors que le gouvernement s’apprête dans deux jours à commémorer le deuxième anniversaire de cette catastrophe épouvantable qui a causé près de 300 000 morts et des blessés, sans compter les disparues, on constate encore debout les vestiges du bâtiment anéanti au champ de Mars rappelant la violence du séisme.


Des marchandes et des marchands ambulants utilisent les clôtures pour exposer des produits de toutes sortes. Il ne reste du Palais national que les cours avant et arrière où montent la garde des agents de la Police nationale et des militaires étrangers de la mission de paix des Nations unies.

Sur la cour avant embellie par un gazon un peu jauni sous l’effet du soleil, est hissé le drapeau national. Tandis que, sur la cour arrière, on trouve le bureau du président, aménagé peu après la tragédie, une kyrielle d’employés, des bureaux de cadres placés dans le périmètre, sans oublier quelques rares volailles restant, notamment des oies et des paons.

Tout autour, des débrouillards, des éclopés, des malades mentaux et des mendiants passent leur journée quémandent le pain aux rares passants pas toujours généreux.
Des chômeurs en provenance d’horizons divers, particulièrement des camps du Champ-de-Mars se trouvent perchés à longueur de journée à la clôture.

« Je ne me rappelle pas exactement depuis quand je me suis installée aux abords du Palais présidentiel. J’y suis venue à une période carnavalesque. Depuis, c’est là que j’écoule des bouteilles de gazeuse, des canettes de jus artificiel et de bière. Même des employés du petit personnel du Palais en achètent entre mes mains. Je suis prête à me déplacer si l’on me le demanderait », affirme une marchande bien installée avec son géant thermos aux abords du monument historique.

Que fait-on ?
Personne ne sait s’il existe un projet en cours de reconstruction du Palais. Rien concernant ce patrimoine national n’a encore publiquement été communiqué. En décembre de l’année dernière, interrogé à ce sujet sur la cour du Palais national par un groupe de journalistes, le président de la République, Michel Joseph Martelly, avait déclaré que le projet de reconstruction du Palais national ne figurait pas parmi ses principales priorités.



Toutefois, le chef du gouvernement, Garry Conille, a annoncé le vendredi 6 janvier en cours, lors d’une rencontre avec la presse à l’hôtel Karibe, un projet de construction d’une vingtaine d’édifices publics, sans préciser si le Palais présidentiel se trouvait sur cette liste.

Par ailleurs, a-t-on appris, le groupe constitué par l’Institut de sauvegarde du patrimoine national (ISPAN), après consultations avec divers secteurs de la société, mais aussi des consultations techniques sur l’état de conservation du Palais national, avait formulé des recommandations aux autorités concernées.

« Il s’agit particulièrement de la nécessité de prendre en compte les valeurs exceptionnelles du Palais national, en tant que monument historique à part entière », indique-t-on dans les recommandations.

« Le Palais national construit entre 1913 et 1922 selon les plans de l’architecte haïtien Georges Baussan, poursuit-on dans le document, est, sans conteste, l’expression la plus achevée d’une grande période de l’architecture en Haïti et est probablement l’un des plus beaux exemples d’architecture néo-classique transplantée en Amérique ».

« Les qualités plastiques, architecturales et architectoniques du Palais national en ont fait l’un des bâtiments les plus importants de l’histoire de l’architecture en Haïti. Réalisé en béton armé, cet édifice constitue, de plus, une avancée remarquable dans la technologie de la construction en Haïti. Il possède les trois valeurs définissant un monument historique : une signification, une valeur documentaire et une valeur architecturale. Pour toutes ces raisons, le Palais national mériterait largement de rester en place dans la mémoire collective », conclut-on.

En avril 2010, des équipes d’ouvriers aux commandes de matériels lourds y étaient à l’œuvre en vue de faire table rase. Des morceaux de structures et de béton étaient alors arrachés dans une atmosphère bruyante et des nuages de poussières sous les yeux des déplacés du Champ-de-Mars. Depuis lors, les débris du Palais où loge le bureau du chef de l’État reste littéralement figé comme une statue mal sculptée abîmée par le temps.

Selon les archives, le Palais national fut déjà détruit en deux occasions. D’abord le 19 décembre 1869 sous la présidence de Sylvain Salnave et ensuite le 8 août 1912 sous la présidence de Cincinnatus Leconte. Il fut reconstruit en 1918. Aujourd’hui, d’aucuns se demandent à quand la nouvelle reconstruction du Palais?

Alix Laroche
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

 

HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 233 invités en ligne


Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter