• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-Société : Des syndicalistes exigent de l’Etat haïtien un nouveau code du travail

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

 

A la veille de la célébration de la fête de l’agriculture et du travail, la Coordination syndicale haïtienne (CSH), a annoncé ce mardi, une marche pacifique qui se tiendra le mercredi 1er mai, dans le but d’exiger de l’Etat haïtien un nouveau code du travail, l’accès à l’emploi, la protection sociale, la liberté syndicale et le respect des normes internationales du travail.

 

 

Selon Léonel Pierre, membre de la CSH, cette marche partira de la SONAPI (Aéroport) pour aboutir au ministère de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR), l’endroit où le gouvernement célèbrera la fête de l’agriculture et du travail. Pour M. Pierre, le 1er mai est une date historique et importante dans la lutte des travailleurs haïtiens.

« Nous devons renforcer le pouvoir des travailleurs et des travailleuses dans le pays », a déclaré pour sa part, Mme Kattia Paredes Moreno, représentante de CSI-CSA en Haïti, soulignant au passage que le mouvement syndical doit croître en vue de favoriser et mobiliser l’esprit de solidarité pour faire face à la fausse promesse du néolibéralisme.

De son côté, Antony Harry, membre de la Coalition nationale des syndicats de transport haïtien (CNSTH), dit avoir réclamé à l’Etat une meilleure condition de travail pour les chauffeurs assurant le transport en commun dans le pays.

Antony Harry déplore énergiquement les conditions de transport qui, selon lui, ne font pas très souvent différence entre passagers, marchandises et animaux. M. Harry a appelé les autorités concernées à réviser et mettre en application le décret du 26 mai 2006, statuant sur la question du transport en commun pour le bien-être des transporteurs et passagers.

Dans son intervention, la responsable des femmes travailleuses de la CSH, Mme Gina Georges, a plutôt mis l’accent sur les différentes crises auxquelles fait face le secteur agricole. D’après elle, le changement climatique a une répercussion néfaste sur l’agriculture qui, a-t-elle dit, représente un atout majeur dans l’économie haïtienne.

Par ailleurs, Mme Georges a demandé aux autorités étatiques du pays d’encadrer le secteur agricole qui, indique-t-elle, représentait jadis entre 80 à 85% de l’économie du pays.


Mackendy Emmanuel Alexis

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

 

Sur le meme sujet


HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 264 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter