• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti: les funérailles d'un étudiant chantées 2 mois après sa mort violente

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

Deux mois après sa mort par balles dans l'enceinte de la Faculté de Droit et des Sciences économiques (FDSE) le 9 novembre dernier, les funérailles de Damaël D’Haïti, étudiant en 4e année en sciences économique dudit faculté ont été finalement chantées vendredi au Parc du Souvenir à Route de Frère où ses dépouilles ont été enterrées, a constaté Haïti Press Network.


Famille, amis, camarades de classe de la FDSE(UEH) et de l’université épiscopale d’Haïti ainsi que les responsables de l’Université d’Etat d’Haïti (UEH), et l’université épiscopale d’Haïti, étaient venus rendre un dernier hommage à Damaël (24 ans)

Voix tremblotante et pleine d’émotion au moment de prendre la parole en la circonstance, Félix d’Haïti, frère de Damaël, a présenté son frère  comme un homme intelligent, studieux, altruiste, éveillé, un génie qui a gagné la confiance de beaucoup de ses professeurs et qui se battait toujours pour être le premier en classe. "Il était aussi un très bon joueur de basketball", a-t-il révélé.

«  Ti Zo, the money maker, communément appelé par ses camarades, s’était toujours distingué par son dynamisme, son dévouement, son sens de leadership, son esprit novateur, son talent d’entrepreneur », a décrit, Jules Emmanuel, coordonnateur du comité central de la FDSE qui parlait au nom des étudiants.

Regrettant la mort de Ti zo, Emmanuel  a fait comprendre que "cet ami, ce frère, cette lueur d’espoir de toute une génération, cet arbre préparé et cultivé pour une floraison abondante n’a pas pu faire long feu au moment le plus capital de son existence à cause de l’insécurité qui infeste le pays".

«  Nous avons perdu un frère un ami, un collègue » a exprimé Clavens Zidor au nom des étudiants de l’université épiscopale d’Haïti, se questionnant , « est-ce que nous aurons à commémorer le 1er ,2e anniversaire de la mort de Ti zo chaque année comme celle de Jean Dominique, Père Jean Marie Vincent et tant d’autres dont on  réclame toujours leur justice  20,30,40 ans après ».

« La mort de l’étudiant Damaël  au sein de la faculté doit interpeller les responsables du pays à tous les niveaux  pour leur demander d’arrêter la machine infernale et destructrice de l’insécurité », a déclaré le recteur de l’UEH, Jean Vernet Henry, rappelant que le meurtre de l'étudiant était survenu dans un espace universitaire, un espace sacré.


Notant que les étudiants de la communauté université présents à la cérémonie funéraire, avaient organisé une marche pour continuer de réclamer justice pour leur camarade tout en critiquant les autorités du pouvoir en place et ceux de l’UEH.


« Pour symboliser, mémoriser  Damaël dans notre mémoire, nous avons érigé un mémorial au sein de la FDSE en mémoire du défunt », a déclaré le coordonateur du comité central de la FDSE.

 

 

Evens Prosper
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.


 

HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 274 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter