• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-Énergie : Des riverains appellent les autorités à faire lumière sur le black-out

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 4
MauvaisTrès bien 

Plusieurs quartiers de la région métropolitaine de Port-au-Prince font face à un problème de rationnement en énergie électrique depuis quelques jours, a constaté Haiti Press Network. Ce qui amène des citoyens de part et d’autres à commenter la crise énergétique de plus en plus aigue en Haïti depuis 1986.



« J’aurais bien aimé que les autorités concernées me fournissent des explications sur ces coupures constantes d’électricité enregistrées à la capitale ? Enfin de compte, quand est-ce que l’Électricité d’Haïti trouvera une solution définitive à ce problème criant ? À quoi servent les contrats signés par-ci, par-là à cette fin ? Que devient la centrale de 30 mégawatts de l’accord tripartite, Haïti-Venezuela-Cuba, devant augmenter la capacité de l’Ed’H ? »

C’est à partir de ces phrases interrogatives lancées par Boss Onel, un propriétaire de maison à Delmas 60, qu’un débat autour du black-out à Port-au-Prince, a débuté lors d’une conversation d’un groupuscule de voisins à la rue Maurepas. Une façon justement pour Boss Onel de soulever le problème de la crise énergétique que traverse le pays depuis plus d’un quart de siècle.

Ils étaient six (6) voisins au total mercredi soir 29 février, à lancer cette discussion autour de ce sujet qui ne cesse d’alimenter l’actualité au quotidien.

L’un d’entre eux avait conduit sa réflexion jusqu’à questionner même les échecs répétés essuyés année après année par les élèves haïtiens, notamment les bacheliers victimes, selon lui, du rationnement de l’énergie électrique.

Il prend comme exemple, la débâcle du baccalauréat depuis quelques années, notamment au niveau du département de l’Ouest où le taux de réussite aux examens officiels a tendance à décroitre de plus en plus.

« Bien qu’ils soient pour la plupart peu intéressés à l’école, mais il y a lieu de dire que le black-out constitue un facteur important dans le fiasco de nos écoliers. Souvent, ils ne trouvent pas de l’électricité pour étudier et faire leurs devoirs », a-t-il fait remarquer à ses interlocuteurs.

 

Tout en soutenant les arguments de Boss Onel, un autre voisin a indiqué avoir cru effectivement, que le black-out ne constituait pas l’unique mobile de l’inefficacité des élèves haïtiens, mais il se révèle sans conteste l’un des éléments qui provoquent la paresse et le découragement chez les écoliers et les écolières.

Très souvent pour réussir l’année scolaire, la plupart des élèves d’établissements moyens doivent déployer plus d’efforts que d’autres mais ils ne peuvent pas compter sur l’Ed’H. Ces élèves qui éprouvent toutes les peines du monde pour étudier, se réfugient parfois aux abords des stations d’essence et/ou dans tous autres endroits où apparait un brin de lumière.

« Je ne peux plus contrôler le nombre de jours sans avoir vu l’électricité à la maison. Tout le quartier est plongé dans le noir depuis plusieurs semaines », a déploré Nérestan, un troisième voisin du groupe.

Pour ce dernier, le problème des coupures répétitives de l’électricité dans le pays, particulièrement à la capitale, génère l’insécurité qui, souvent, oblige certaines personnes à rester cloîtrées chez-elles à la tombée de la nuit.

Réfléchissant sur la gestion de la nouvelle équipe dirigeante du pays, ces citoyens laissent croire que celle-ci tarde encore à prouver l’efficacité d’une bonne gouvernance. Ils se demandent perplexe, est-ce que le chef de l’État, Michel Joseph Martelly qui, lui aussi, soulevait le problème du black-out dans l’une de ses chansons lorsqu’il était musicien, va faire de son mieux pour porter l’État à résoudre finalement ce dilemme, afin de favoriser les investissements dans le pays.

À la vérité, ces citoyens sont loin d’être les seuls à avoir s’interroger depuis des années sur le problème crucial du rationnement du courant électrique dans le pays. Qu’elles soient du secteur des affaires et de l’industrie qui utilise quotidiennement des génératrices pour faire fonctionner les entreprises ou dans les ménages où l’on peut trouver des ampoules électriques  et parfois quelques appareils électroniques et électroménagers, les complaintes autour du dilemme d’énergie électrique sont nombreuses.

Les gouvernements se succèdent mais la situation ne connaît pas d’amélioration en Haïti, constate-t-on. Sauf en période de coupe du monde de football quand l’Argentine et le Brésil s’affrontent.

Entre temps, face à la continuité de la crise énergétique, des riverains appellent les autorités concernées, notamment les responsables de l’Électricité d’Haïti (Ed’H), à apporter un peu de lumière sur le nouveau système black-out installé à la capitale ces derniers jours.


Alix Laroche
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Sur le meme sujet


HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 441 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter