Haïti-Éducation : des lycéens souffrent de l’absence des profs en salle de classe

Jeudi, 09 Février 2012 13:52 AL/HPN Societe & Culture - Societe
Imprimer
Note des utilisateurs: / 7
MauvaisTrès bien 

Trop occupés dans des écoles privées et/ou dans des activités personnelles, de nombreux enseignants d’établissements scolaires publics ne se présentent que rarement en salle de classe pour dispenser leurs cours. Les élèves qui apprennent dans des conditions déjà difficiles en souffrent énormément, a constaté Haïti Press Network.

 



Des enseignants ayant signé un contrat avec le ministère de l’Éducation nationale (MENFP) et payés par le Trésor public, s’amusent à pratiquer l’absentéisme en salle de classe. Ce qui contribue, de l’avis de plus d’un, aux mauvais résultats des écoles publiques à la fin de l’année scolaire.

« Depuis mon retour à l’école pour l’année 2012, je n’ai jamais suivi un cours de littérature haïtienne. Le professeur ne vient pas. Pourtant une amie à moi qui fréquente un collège de la capitale m’a informé qu’il y vient régulièrement s’acquitter de son contrat avec les responsables de cette école non publique », raconte Nadine à ses amies lors d’une conversation dans un tap-tap. Elles étaient trois à bord et reviennent toutes du Lycée national de Pétion-Ville.

Contrairement aux écoles privées, plus soucieuses du programme académique, cette situation n’est pas unique au Lycée national de Pétion-Ville. C’est pratiquement identique pour de nombreux établissements scolaires publics tant au niveau de la région métropolitaine de Port-au-Prince que dans nos villes de province où les professeurs s’absentent sans motifs valables.

Michel, élève de huitième année fondamentale au Lycée Toussaint Louverture, a avoué à HPN, avoir vécu la même situation dans son établissement. Les professeurs ne se présentent presque pas en salle de classe. C’est la réalité de presque toutes les classes de l’établissement, nous a-t-il confié.

Pourtant, a-t-il dit, quand la période des évaluations arrivent, les élèves doivent se débrouiller pour réussir. Sinon, ils risqueront de se faire mettre à la porte comme des intrus.

« Presque chaque jour, au balcon, dans les salles et/ou sur la cour du lycée, des élèves trainent, hurlent, bavardent et jouent comme si les vacances se poursuivent à l’école », fait remarquer Michel l’air inquiet.

Un autre élève plus avisé, visiblement meurtri par la frustration s’enchaîne. « Je reconnais que les conditions de travail ne sont pas toujours réunies tant pour les élèves que pour les enseignants. Mais, ce n’est pas une raison pour les professeurs absentéistes de nous punir. Nous ne sommes pas responsables de la mauvaise gestion du système », a-t-il déclaré.  

Des mesures en perspective
Contacté au téléphone par HPN, le responsable de l’Enseignement fondamental au niveau du ministère de l’Éducation nationale, le professeur Renold Telfort, a affirmé que le MENFP est au courant de cette situation et que toutes les dispositions sont sur le point d’être prises pour assurer de la présence régulière des enseignants en salle de classe.

« Nous sommes très certainement au courant de cette dérive. Nous nous appuyons sur la loi concernant la fonction publique et celle de 1984 relative au statut particulier du personnel enseignant pour rappeler aux responsables départementaux de la nécessité d’assumer leurs responsabilités en ce sens », a fait savoir M. Telfort, avant d’indiquer que des dispositions spéciales seront prises cette année pour pallier cette situation irrégulière du système.


Alix Laroche
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

CREDIT PHOTO: RFI