• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Le 3e bulletin du SOCAPP exige une réforme en profondeur de la gouvernance du système éducatif

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 3
MauvaisTrès bien 

L’Initiative de la Société Civile (ISC), le  Conseil Haïtien des Acteurs non Étatiques (CONHANE) et l’Union Européenne ont présenté, mercredi, leur troisième bulletin dans le cadre du projet des Organisations de la Société Civile et Actions des Pouvoirs Public (SOCAPP). Ce troisième bulletin traite, entre autres, de la nécessité de reformer en profondeur la gouvernance  du système éducatif haïtien.

 

Les auteurs du document ont fait une analyse des problèmes du secteur éducatif sur le plan légal et règlementaire, au niveau du cadre opérationnel, et concernant la mise en œuvre du programme de scolarisation universelle gratuite et obligatoire (PSUGO).

Selon le bulletin, les résultats des examens officiels et l’évaluation de la qualité de l’enseignement, révèlent que le ministère de l’Education  a un énorme effort à fournir pour améliorer l’efficacité de l’éducation haïtienne en reformant la gouvernance du système, aussi bien dans sa composante publique que dans sa composante non-publique.

Sur le plan légal et règlementaire, le bulletin révèle un manque de respect par le MENFP, des normes, des procédures et des plans établis. Il y a un déficit en matière de cadre légal et règlementaire, a-t-on lu.

Selon le secrétaire exécutif de l’ISC, Rosny Desroches, les rôles dévolus à l’Office de Management des Ressources Humaines (OMRH) ne sont pas respectés en ce qui concerne les concours de recrutement, la formation des cadres et des enseignants.

Aujourd’hui, sur les 53,000 employés du MENFP, 15,000 soit plus d’un quart sont des contractuels et non des fonctionnaires alors que, selon la loi, un contractuel peut être engagé pour six mois au moins et un an au plus, a-t-on-on lu dans le dernier bulletin du SOCAPP faisant état d’un véritable désordre administratif au niveau de la gestion du personnel.

En ce qui concerne le PSUGO, selon une enquête du SOCAPP, les syndicats et les structures d’encadrement sont unanimes à reconnaître qu’il s’agit d’une excellente idée d’appliquer cette disposition constitutionnelle haïtienne  visant la gratuité de l’école aux deux cycles. Cependant, l’appréciation de l’exécution concrète du programme et très négative, a révélé l’enquête.

Parmi les critiques avancées, le bulletin du  SOCAPP a noté le manque de régularité du versement des trois tranches contractuelles. Sur les 220 écoles de l’échantillon, seulement 18 avaient reçu la 3e tranche pour l’année 2013-2014 et qu’aucune n’avait reçu la première tranche pour la nouvelle année, alors que l’enquête a été menée en octobre. De plus, les contrats 2014-2015 n’étaient pas encore signés, a-t-on ajouté.

Le SOCAPP recommande, en ce sens, qu’on revoie entièrement l’approche du PSUGO, qu’on se préoccupe non seulement de l’accès, mais aussi de la qualité de l’éducation. La subvention devrait être accordée après une évaluation de l’école et l’établissement d’un programme approprié  de formation des enseignants, a-t-on ajouté

Le projet SOCAPP est financé par l’Union européenne à hauteur de 300,000 euros, sur un budget total de 400,000 euros. Il permet à la société civile d’observer pendant deux ans, l’action des pouvoirs publics dans les départements de l’Artibonite, du Nord et du Sud, fait savoir Raphael Brigandi, chargé des affaires politiques et de communication de l'UE.

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 307 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter