• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-:l’Unnoh préoccupée par la détérioration des conditions socio-économiques de la population

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 3
MauvaisTrès bien 

L’Union Nationale des Normaliens Haïtiens (Unnoh) a exprimé ses préoccupations face à la détérioration des conditions socio-économiques de la population haïtienne à la veille de la rentrée scolaire prévue le 8 septembre prochain. Le Coordonateur de l’Unnoh, Josué Mérilien, invite donc  le ministre de l’éducation nationale  à trouver une entente avec les directeurs d’écoles privées afin de permettre à tous les enfants de gagner les salles de classe dès le  premier jour de la rentrée.

 

A l’occasion de la rentrée des classes, les parents ne savent à quel saint se vouer  pour trouver les moyens nécessaires pour envoyer leurs enfants à l’école.  Chaque année, c’est toujours la même  rengaine, mais les conditions socio-économiques de la population se sont détériorées un peu plus cette année, ce qui explique, selon le coordonnateur de l’UNNOH, Josué Mérilien, le fait que bon nombre d’écoliers ne pourront regagner leurs salles de classe.

Cette situation est due  au fait que 85% des écoles  dans le pays sont des établissements privés, et que le chômage est à un taux élevé dans le pays, selon M. Mérilien.  Pour permettre à ce que tous les enfants gagnent les salles de classes dès le mois de septembre, l’Unnoh a fait un ensemble de propositions au ministère de l’éducation nationale.

Vu le manque d’établissements publics dans le pays, Josué Mérilien invite le ministère de l’éducation nationale à trouver une entente avec les directeurs d’établissements privés en demandant à ces derniers  de permettre aux enfants qui ne sont pas en mesure d’acheter leurs uniformes de venir en civil jusqu'à la fin du mois d’octobre.

Les enfants qui ne peuvent pas encore payer les frais d’entrée et le mois de septembre doivent être acceptés dans leurs  écoles jusqu'à la fin du mois d’octobre, a suggéré M. Mérilien.

En ce qui attrait aux enseignants qui ont, eux aussi des enfants à en voyer à l’école, l’Unnoh exige le paiement  urgent des arriérés de salaire. Pour ce faire,  l’Etat doit dégager un fonds spécial pour payer les enseignants, a recommandé Josué Mérilien expliquant que le retard dans le paiement des arriérés de salaire a une incidence négative sur le rendement scolaire.

L’Unnoh appelle également à une mobilisation générale des différents secteurs de la population afin de porter l’Etat haïtien à construire beaucoup plus d’écoles publiques dans le pays et créer les conditions pour la création d’emplois.

Par ailleurs, le responsable de coordination de l’Unnoh à Port-au-Prince, Ebens Cadet, a fait une analyse sur le taux d’échec enregistré cette année  dans les examens officiels.

Le problème de formation initiale et continue des enseignants, les mauvaises conditions de travail,  l’absence de cantine scolaire et la non disponibilité des matériels scolaires sont, entres autres, selon M. Cadet, les principales causes de ces échecs.

Le responsable de la coordination de Port-au-Prince de l'Unnoh, exige donc des centres universitaires à travers le pays pour assurer la formation initiale et continue des enseignants. Il réclame également des avantages sociaux et le paiement des arriérés de salaire, et l’établissement des cantines scolaires dans les écoles afin que les élèves puissent bénéficier d’au moins un plat chaud par jour.

Wilner Jean Louis

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Sur le meme sujet


HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 327 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter