• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti : le BHDA gonfle ses poings pour le respect du droit d’auteur

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 4
MauvaisTrès bien 

Dans le souci de renforcer son objectif ultime qu’est celui de protéger les créations de l’esprit, le Bureau haïtien du droit d’auteur (BHDA), organise, du mardi 15 au mercredi 16 juillet, à Pétion-Ville, un séminaire de formation qui réunit quelques dizaines d’artistes haïtiens, en vue de réfléchir sur la nécessité de plancher avec déférence sur la question du droit d’auteur en Haïti qui reste à date, un problème entier, a constaté Haiti Press Network.

Identifier les droits en jeu dans la production d'un album et de son exploitation, tel est l'objectif poursuivi dans le cadre de l'organisation de ce séminaire qui se déroule autour du thème: "Droit d'auteur et commerce de la musique".

Par cette initiative, le Bureau haïtien du droit d’auteur entend assumer pleinement ses responsabilités vis-à-vis les créateurs locaux, longtemps victimes du plagiat et du non respect de leurs droits d’auteur.

Un ensemble de mesures visant à réguler effectivement le secteur artistique et celui de la production intellectuelle seront rendues publiques à la fin du séminaire, a annoncé à l’ouverture des assises, la directrice générale du BHDA, Mme Emmelie Prophète.

Y ont pris part, musiciens professionnels (compositeurs, arrangeurs, auteurs de textes), producteurs de disques, managers, Disques Jockey (Djs), organisateurs de spectacles, agences de publicité.

Durant les deux journées du séminaire, ces intéressés se sont réunis sous l’obédience du BHDA pour débattre, entre autres, des questions liées à la production d’un album musical, exploitation d’un album musical, royalties et les usages de la musique.

Jean Bélony Murat dit Bélo, le premier intervenant à ce séminaire, a mis l’accent sur la nécessité pour tous les créateurs haïtiens de s’organiser, parallèlement au Bureau haïtien du droit d’auteur qui les encadre, afin de sécuriser leurs œuvres.

« Respect du droit d’auteur oui. Des avantages pour les artistes et l’État. Ce secteur qui dénote une certaine complication, nécessite aussi et en même temps, une profonde implication de l’État et du reste de la société », croit Bélo.  

Selon l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), le droit d’auteur est la protection juridique conférée au titulaire de droits sur l’œuvre originale qu’il a créée.

Le Bureau haïtien du droit d’auteur (BHDA), rappelons-le, est un organisme public, autonome fonctionnant sous la tutelle du ministère de la Culture. Il a été créé par décret présidentiel le 12 octobre 2005 pour garantir à tous les créateurs la jouissance pleine et entière de leurs droits.

Ce bureau a commencé à fonctionner au début de l'année 2007. Son rôle est d'assurer la défense des intérêts matériels et moraux des auteurs et interprètes de créations intellectuelles; de garantir la protection et l'exploitation des droits des créateurs d'œuvres de l'esprit.

Cet organe étatique est créé aussi pour travailler au regroupement d'auteurs haïtiens; d'œuvrer pour la professionnalisation des divers secteurs de la création artistique ; de porter les personnes physiques et morales qui utilisent les œuvres des auteurs à travailler à la promotion, à la protection et au respect des droits d'auteurs et des droits voisins.

Texte et photo : Alix Laroche
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 246 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter