• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-Société : l’Etat Haïtien accusé d’expropriation arbitraire - Page 4

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 11
MauvaisTrès bien 
Index de l'article
Haïti-Société : l’Etat Haïtien accusé d’expropriation arbitraire
Page 2
Page 3
Page 4
Page 5
Page 6
Toutes les pages

Si plusieurs propriétaires et locataires ont affirmé que quelques quinze (15) minutes avant l'arrivée des véhicules lourds de démolition, un individu est passé avec un porte-voix, invitant les habitants à abandonner leurs maisons, d'autres affirment n'avoir reçu aucun message. Par conséquent, ils se trouvaient encore dans leurs maisons, lors de la démolition. Ils ont dû courir pour préserver leur vie, laissant après eux toutes leurs possessions.

 

 

De plus, certains propriétaires et locataires tentaient de récupérer ce qu'ils pouvaient au cœur des débris. Et, des pillards, profitant du désarroi des citoyens et de la pagaille créée par les démolisseurs, volaient sans gêne aucune, les biens des autres. Ces actes de pillage sont perpétrés pour la plupart, sous le regard passif de certains agents de la Police Nationale d'Haïti (PNH). Il est même fait état de cas de pillage ayant précédé la démolition des maisons, notamment celles qui ne sont pas habitées ou celles dont les occupants étaient absents le jour de la démolition.

 

Par ailleurs, les moyens mis en œuvre pour la démolition des bâtiments font l'objet de nombreux questionnements. En effet, le Ministère des Travaux Publics, Transport et Communication n'a pas respecté les us et coutumes en matière de démolition massive et les démolisseurs n'avaient pas à leur disposition, tous les équipements nécessaires pour réaliser leur travail sans porter atteinte à la dignité de la population. C'est pourquoi, la zone a été envahie par la poussière, salissant les biens des citoyens ainsi que les citoyens eux-mêmes. Pour sa part, le gouvernement Haïtien, dans le cadre de ces opérations brutales, n'a pas pris le soin de protéger les édifices publics et privés considérés comme faisant partie du patrimoine national, tels que la Première Eglise Baptiste de Port-au-Prince, la Prison Civile de Port-au-Prince, etc.

 

En outre, les interventions se sont réalisées avec une brutalité et une soudaineté telles qu'elles risquent de laisser des séquelles psychologiques graves chez les victimes.

 

 

 

 

4.      Sur le droit à l'information des citoyens

 

Certaines personnes ont affirmé avoir été informées via des courriers, de la déclaration d'utilité publique impliquant l'imminente démolition de leurs bâtiments. Toutefois, les informations incluses dans ces courriers, faisant des indemnisations, ne sont ni claires, ni précises, ni explicites.

 

D'autres ont affirmé avoir pris part à au moins une rencontre, autour de l'expropriation et de la démolition de leurs maisons. Cependant, ils affirment n'avoir reçu aucune information effective quant au dédommagement et aux délais d'exécution desdites opérations.

 

 



 

Sur le meme sujet


HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 302 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter