Haïti-Éducation : 263 centres universitaires pour 10% d’enseignants détenant un doctorat

Jeudi, 10 Avril 2014 07:54 AL/HPN Societe & Culture - Societe
Imprimer
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

Des acteurs nationaux et internationaux impliqués dans le secteur éducatif continuent de réfléchir  sur la qualité de l’enseignement en Haïti. Après celles de la Petite enfance, l’école fondamentale, le Nouveau secondaire et la formation professionnelle, c’est autour de l’enseignement supérieur que des assises nationales se tiennent à Pétion-Ville du 10 au 11 avril.

 

Les travaux relatifs aux premières assises nationales de l’enseignement supérieur haïtien ont démarré ce jeudi. C’est le Premier ministre, Laurent Lamothe qui, en clôturant la première partie de ces assises qui planchait sur l’école classique et la formation professionnelle, a donné le coup d’envoi, mercredi soir, à l’hôtel Royal Oasis où se déroulent lesdites assises.

Il s’agit d’une réflexion en profondeur autour de l’enseignement universitaire afin de voir, après des propositions concrètes issues des assises, dans cinq ans, comment ce secteur aurait progressé. Ce, dans la perspective de moderniser l’enseignement supérieur dans le pays qui, juge-t-on, fonctionne trop longtemps déjà dans des conditions inadéquates par rapport aux normes standards internationales.

Au lancement de ces assises, les intervenants, qu’il s’agit du chef du gouvernement, du recteur de l’UEH, Jean Vernet Henry, de Mme Michaelle Jean et de Pierre Noreau, vice-recteur de l’AUF,  sont unanimes à reconnaître que la formation universitaire constitue une condition incontournable au développement des nations.

Selon le recteur de l’Université d’État d’Haïti (UEH), M. Jean Vernet Henry qui parlait au nom de la Conférence des recteurs et des présidents des universités d’Haïti (CORPUAH), sur environ 263 centres universitaires recensés dans le pays, seulement 10% du personnel enseignant détiennent soit un master, soit un doctorat.

Le Premier ministre, Laurent Lamothe qui s’est dit conscient du problème de qualité dans l’éducation en Haïti, a fait savoir que le gouvernement veut faire face à ce défi, en passant de l’accès à la qualité.

« Mon ambition c’est d’inscrire l’action de l’enseignement supérieur et de la recherche au cœur du projet de redressement national et dans la trajectoire du développement », a conclu le premier des ministres, avant de partir à la hâte pour le 26e Conseil de gouvernement dont il devrait assurer la présidence.

Texte et photo : Alix Laroche
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.